Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Guinée
Rapport

Torture et impunité

L'ACAT et quatre ONG guinéennes de défense des droits de l'homme publient un rapport adressé au comité de l'ONU contre la torture afin de dénoncer la torture et les mauvais traitements en Guinée
guinee_rapport_torture_impunite jpg
Crédits : Georges Gobet / AFP
Le 11 / 04 / 2014

Le rapport « Préoccupations de l’ACAT, AVIPA, CPDH, MDT et OGDH concernant l’usage de la torture et des mauvais traitements en République de Guinée » est le fruit d’une collaboration entre l’ACAT et les ONG guinéennes de défense des droits de l’homme (AVIPA, CPDH, MDT et OGDH), qui ont chacune mis à disposition leurs informations concernant l’usage de la torture et des mauvais traitements en République de Guinée dans l’objectif de rédiger et publier un rapport commun. Ce rapport est donc une compilation de nos diverses activités de prévention et de lutte contre la torture.

Le phénomène tortionnaire en Guinée est marqué par l’utilisation régulière de la torture et des mauvais traitements, notamment dans les affaires de droit commun, mais aussi dans la répression des manifestations ainsi que dans des affaires d’atteintes à la sûreté de l’Etat. Pour les tortionnaires, l’impunité est quasi systématique, malgré quelques avancées dans des affaires médiatisées. Plusieurs plaintes pour actes de torture sont actuellement bloquées du fait de la faiblesse de l’appareil judicaire dans le pays, mais également faute de coopération entre les forces de l’ordre et l’appareil judicaire et d’un manque plus global de volonté politique de lutter véritablement contre la torture.

Le rapport peut être consulté en suivant ce lien.

Présentation du rapport au Comité contre la torture de l'ONU à Genève

Dans le cadre de l’examen de la Guinée par le Comité contre la torture des Nations unies, Clémement Boursin, le responsable Afrique de l'ACAT, s’est rendu à Genève du 5 au 7 mai dernier, avec deux partenaires guinéens, afin de présenter le dernier rapport de l’ACAT et de ses partenaires aux membres du Comité contre la torture. Ce rapport alternatif, rédigé par l’ACAT et quatre associations guinéennes de défense des droits de l’homme présente la situation de la torture en Guinée entre 2011 et 2014 en mettant en valeur des cas de victimes, et insiste en particulier sur la nécessité d’incriminer en droit pénal tout acte de torture. Des rencontres ont également été organisées avec plusieurs mécanismes des Nations unies, le CICR et d’autres organisations afin de les sensibiliser quant à la situation de la torture en Guinée. Ce rapport a également été présenté au ministre guinéen des droits de l’homme et à l’Ambassadeur de la Guinée auprès des Nations Unies.

Articles associés

Communiqué
Lettre-Ouverte-Guinée-20220614
Guinée

Appel au respect de la liberté d'association en Guinée

Le 09 / 06 / 2022
Nos organisations, Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT-France), Agir ensemble pour les droits humains (AEDH) et Human Rights Watch (HRW), sont profondément préoccupées de la détérioration du climat politique actuel en République de Guinée et du choix pris par le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), le 13 mai 2022, d’empêcher préventivement toutes manifestations de l’opposition et de la société civile en interdisant « toutes manifestations sur la voie publique, de nature à compromettre la quiétude sociale et l'exécution correcte des activités contenues dans le chronogramme jusqu'aux périodes de campagne électorale ».
Communiqué
Communiqué-Presse-Conjoint_Liberté-Manifestation-Guinée_20220525
Guinée

Guinée : la liberté de manifester déjà en danger

Le 25 / 05 / 2022
Le 13 mai 2022, le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), c’est-à-dire la junte militaire au pouvoir en Guinée, a décidé de l’interdiction de « toutes manifestations sur la voie publique de nature à compromettre la quiétude sociale […] jusqu’aux périodes électorales ». Sept organisations et collectifs de la société civile exigent le rétablissement immédiat du droit de manifestation pacifique.
Actualité
AM 2022-02-Zoghota-COVER
Guinée

Je soutiens les victimes de Zoghota !

Le 19 / 01 / 2022
Le 10 novembre 2020, la Cour de Justice de la CEDEAO a déclaré coupables les forces de sécurité guinéennes d’assassinats, de tortures et d’arrestations arbitraires de citoyens de Zoghota pour des faits survenus en août 2012. Mais en Guinée, la procédure judiciaire reste bloquée faute de volonté politique.