Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Guinée
Rapport

La force fait loi

L'ACAT a dressé un état des lieux du phénomène tortionnaire en Guinée principalement en s'associant à plusieurs organisations guinéennes de défense des droits de l’homme.
Le 11 / 11 / 2011

Dans le cadre d’un projet financé par la Commission européenne intitulé « Renforcer les mécanismes d’enquête, d’information, d’alerte et de suivi en matière de tortures et autre mauvais traitements », l’ACAT a mené une mission en Guinée du 20 juin au 1er juillet 2011.

Cette mission, composée des responsables des programmes Afrique et France – Clément Boursin et Florence Boreil –, a reçu un appui technique et logistique du Programme concerté de Renforcement des capacités des Organisations de la société
civile et de la Jeunesse Guinéennes (PROJEG) pour sa mise en oeuvre sur le terrain.

Le choix de la Guinée a été déterminé en raison, d’une part, de notre connaissance ancienne de la pratique de la torture dans ce pays et de nos actions de plaidoyer et, d’autre part, de notre travail de recueil de témoignages de Guinéens qui à l’occasion de leur demande d’asile en France ont fait état de tortures.

L’objectif de la mission était de dresser un état des lieux du phénomène tortionnaire en Guinée principalement depuis 2010 et d’associer à ce travail, les organisations guinéennes de défense des droits de l’homme.

A l’issue de la publication de ce rapport, des actions seront entreprises afin de mettre en place, avec les défenseurs locaux, des mécanismes d’alerte en cas d’allégations de torture ou de risques de torture.

Au cours de cette mission, l’équipe de l’ACAT a rencontré successivement les autorités guinéennes, internationales, européennes et françaises ainsi que des organisations de la société civile. Des entretiens se sont également déroulés avec du personnel médical, des avocats et des partis politiques. La délégation de l’ACAT a pu également visiter la Maison centrale de Conakry et les prisons de Kindia, Mamou et Labé.

La délégation a recueilli, au cours d’entretiens confidentiels, les témoignages de 36 personnes indiquant avoir été victimes d’actes de tortures ou de peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants commis par des agents des forces de défense et de sécurité essentiellement entre 2010 et 2011. La plupart d’entre elles présentaient des cicatrices et des traces de ligotages excessifs.

Pour des raisons de protection des victimes et des personnes rencontrées, les noms de certaines d’entre elles, ainsi que ceux de lieux où des faits de torture ont été rapportés ne sont pas systématiquement mentionnés.

Les noms de tortionnaires, souvent cités par les victimes, ont également été volontairement omis.

Le rapport a été présenté à Conakry, Guinée, le 9 novembre 2011, par l’ACAT et les organisations partenaires.

Note :

  • Le rapport "La force fait loi" est disponible en suivant ce lien.

Articles associés

Communiqué
Lettre-Ouverte-Guinée-20220614
Guinée

Appel au respect de la liberté d'association en Guinée

Le 09 / 06 / 2022
Nos organisations, Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT-France), Agir ensemble pour les droits humains (AEDH) et Human Rights Watch (HRW), sont profondément préoccupées de la détérioration du climat politique actuel en République de Guinée et du choix pris par le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), le 13 mai 2022, d’empêcher préventivement toutes manifestations de l’opposition et de la société civile en interdisant « toutes manifestations sur la voie publique, de nature à compromettre la quiétude sociale et l'exécution correcte des activités contenues dans le chronogramme jusqu'aux périodes de campagne électorale ».
Communiqué
Communiqué-Presse-Conjoint_Liberté-Manifestation-Guinée_20220525
Guinée

Guinée : la liberté de manifester déjà en danger

Le 25 / 05 / 2022
Le 13 mai 2022, le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), c’est-à-dire la junte militaire au pouvoir en Guinée, a décidé de l’interdiction de « toutes manifestations sur la voie publique de nature à compromettre la quiétude sociale […] jusqu’aux périodes électorales ». Sept organisations et collectifs de la société civile exigent le rétablissement immédiat du droit de manifestation pacifique.
Actualité
AM 2022-02-Zoghota-COVER
Guinée

Je soutiens les victimes de Zoghota !

Le 19 / 01 / 2022
Le 10 novembre 2020, la Cour de Justice de la CEDEAO a déclaré coupables les forces de sécurité guinéennes d’assassinats, de tortures et d’arrestations arbitraires de citoyens de Zoghota pour des faits survenus en août 2012. Mais en Guinée, la procédure judiciaire reste bloquée faute de volonté politique.