Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
République Dém. du Congo
Actualité

« L’homme qui répare les femmes » : lever le voile sur plus de 20 ans d’exactions et d’impunité en RDC

Prix Sakharov 2014, le docteur Mukwege est internationalement reconnu comme l’homme qui répare ces milliers de femmes, violées durant 20 ans de conflits à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Ce documentaire, soutenu par l'ACAT, qui retrace son parcours sortira dans les salles le 17 février.
mukwege
Le 27 / 01 / 2016

Prix Sakharov 2014, le docteur Mukwege est internationalement reconnu comme l’homme qui répare ces milliers de femmes, violées durant 20 ans de conflits à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Sa lutte incessante, pour mettre fin à ces atrocités et dénoncer l’impunité dont jouissent les responsables, dérange. Menacé de mort, ce médecin au destin exceptionnel vit dorénavant cloîtré dans son hôpital de Bukavu, sous la protection des Casques bleus. Mais il n’est plus seul à lutter. A ses côtés, ces femmes, auxquelles il a rendu leur intégrité physique et leur dignité, sont devenues grâce à lui de véritables activistes de la paix.

« L’homme qui répare les femmes » n’est pas seulement un film sur le Dr. Mukwege, gynécologue reconnu qui s’est spécialisé dans la reconstitution génitale des femmes victimes de violences sexuelles en temps de guerre. C’est un documentaire percutant de justesse qui pose comme décor le Sud Kivu, région magnifique et dévastée par les conflits, située à la frontière avec le Rwanda et le Burundi. En toile de fond s’agitent le génocide rwandais, les crises humanitaires, et leurs lots d’atrocités qui continuent de s’alourdir jour après jour…

Le Dr Denis Mukwege symbolise l’expression même de la résistance d’un peuple face à la guerre et à l’exploitation. Ce film-documentaire dénonce également l’impunité des auteurs des violations graves des droits de l’homme commises dans l’Est de la RDC depuis plus de vingt ans, et rappelle que ces responsables, militaires comme ex-rebelles, occupent aujourd’hui des postes importants au sein du pouvoir en place.

Nous avons ici un outil extraordinaire de sensibilisation de l’opinion public et de mobilisation pour dire « stop » aux violences sexuelles contre les femmes dans les conflits armés, aux violations des droits de l’homme et à l’impunité des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis en RDC.

L’ACAT, qui travaille avec le réalisateur Thierry Michel depuis longtemps, ne peut que soutenir « L’Homme qui répare les femmes : La colère d’Hippocrate » ; et s’associer à la lutte contre l’impunité menée par le Dr. Mukwege. Mobilisez-vous avec nous autour de ce film essentiel : organisez une projection dans votre ville !

Retrouvez le kit de sensibilisation du film !

*L'affiche du film
*Le dossier de presse
*Le livret d'accompagnement

Vous pouvez également contacter Clément Boursin, Responsable des programmes Afrique à l’ACAT : clement.boursin@acatfrance.fr

 

Articles associés

Communiqué
 Felix-Tshisekedi_Thumbnail
République Dém. du Congo

Non au rétablissement de la peine de mort en RDC !

Le 08 / 02 / 2024
Alors qu’un conflit armé déchire l’est de la République démocratique du Congo, le ministre de la Défense a plaidé, le 5 février 2024, pour l’exécution des personnes coupables de « trahison ». Le spectre de la peine de mort, aussi inhumaine qu’inutile, ressurgit après 20 ans sans exécutions. L’ACAT-France et 76 partenaires appellent le président Félix Tshisekedi, nouvellement réélu, à protéger les droits de l’Homme.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette9
République Dém. du Congo

Stanis Bujakera Tshiamala doit être libéré !

Le 07 / 02 / 2024
Le journaliste congolais Stanis Bujakera Tshiamala croupit dans une cellule de la prison de Makala à Kinshasa. Il est arbitrairement détenu depuis le 8 septembre 2023, date à laquelle il a été arrêté à l'aéroport de Ndjili à Kinshasa.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette9
République Dém. du Congo

Appel à une enquête indépendante sur Goma !

Le 10 / 10 / 2023
La fin du procès rapide devant la cour militaire du Nord-Kivu de six militaires impliqués dans le massacre de Goma, survenu le 30 août 2023, et la condamnation de quatre d’entre eux – dont un haut gradé – n’exonère pas les autorités congolaises de diligenter une enquête indépendante et impartiale pour établir l’ensemble des faits et toutes les responsabilités dans ce massacre de plus de 50 civils non armés.