Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
AngolaRépublique Dém. du Congo
Communiqué

Viol de milliers de Congolaises en Angola

L’ACAT condamne le silence accablant des autorités de RDC sur les violences sexuelles commises ces dix dernières années à l’encontre de plusieurs milliers de Congolaises expulsées d’Angola.
rdc_viols jpg
© Pierre-Yves Ginet
Le 03 / 03 / 2014

Le président congolais Joseph Kabila accueille le 2ème Forum mondial des femmes francophones à Kinshasa les 3 et 4 mars 2014. Sa ministre du Genre, de la famille et de l’enfant, Geneviève Inagosi Kassongo affirme que « les femmes francophones en symbiose avec celles de la RDC vont se concerter sur les actions communes à engager pour la protection et la promotion de leurs droits au sein de l’espace francophone » [1]. L’ACAT condamne le silence accablant des autorités de la République démocratique du Congo (RDC) sur les violences sexuelles commises ces dix dernières années à l’encontre de plusieurs dizaines de milliers de Congolaises expulsées d’Angola.

Dix ans de violences sexuelles demeurées impunies

Entre janvier et novembre 2013, Médecins du Monde a soigné 950 Congolaises violées et expulsées d’Angola [2]. Depuis décembre 2003, plusieurs dizaines de milliers de femmes et de jeunes filles congolaises, en situation irrégulière sur le territoire angolais, ont indiqué avoir fait l’objet de violences sexuelles de la part de militaires et de policiers lors de leurs expulsions [3]. « A notre connaissance, aucun auteur de violences sexuelles ou responsable hiérarchique au sein des forces de défense et de sécurité angolaises n’a été poursuivi en justice ni même sanctionné pour ces violences sexuelles » indique Clément Boursin, responsable des programmes Afrique à l’ACAT.

Les autorités congolaises n’ont jamais publiquement condamné ces graves violations des droits de l’homme ni apporté une aide humanitaire et juridique aux victimes. « Ce sujet fait l’objet d’une omerta au sein des autorités congolaises, y compris au sein des instances internationales. La peur de critiquer le puissant voisin angolais prime sur la reconnaissance de ces crimes. Ce silence pèse sur les victimes et leurs familles. » affirme Clément Boursin.

Silence accablant des autorités angolaises et congolaises

Le caractère récurrent de ces violences sexuelles sur le sol angolais depuis plus de dix ans et l’absence de réponses des autorités angolaises et congolaises pour y mettre un terme et pour juger leurs auteurs contraignent aujourd’hui la communauté internationale à agir. Le 2ème Forum mondial des femmes francophones est l’occasion idoine pour que les femmes francophones s’emparent de ce sujet tabou et se mobilisent publiquement pour condamner ces violences sexuelles. Cet événement doit servir de levier pour une mobilisation plus importante de la communauté internationale sur le sujet.

Il est temps de mettre un terme, en Angola, aux violences qui accompagnent le renvoi des Congolais en situation irrégulière et de mettre en place une politique migratoire entre les deux pays qui respecte et garantisse les droits et la dignité des personnes expulsées. Il est également temps de rendre justice aux victimes de violences sexuelles.

Contact presse :

Notes aux rédactions :

  • [1] http://forumfemmes.kin2014.org/
  • [2] « RDC : redoubler de vigilance face à la recrudescence des violences », MDM, 18 décembre 2013, http://www.medecinsdumonde.be/%C2%AB-rdc-redoubler-de-vigilance-face-%C3%A0-la-recrudescence-des-violences-%C2%BB
  • [3] La forte croissance économique de l’Angola depuis la fin de la guerre civile en 2002 attire de nombreux Congolais qui traversent la longue frontière poreuse entre les deux pays et viennent travailler pour la plupart sans autorisation, notamment dans le secteur informel de la recherche de diamants le long des cours d’eau des provinces de Lunda Norte et de Lunda Sul. Les autorités angolaises expulsent régulièrement les Congolais en situation irrégulière.

Articles associés

Article
Kopax-ACAT_Thumbnail
République Dém. du Congo

Lutte contre l’impunité en RDC : une étape incontournable

Le 19 / 09 / 2022
L’ACAT-France a récemment répondu présente à l’invitation du mouvement citoyen Conscience Congolaise pour la Paix qui œuvre en faveur de la justice et la paix en République démocratique du Congo (RDC) lors d’une Conférence internationale pour la paix en RDC, le 16 septembre 2022. Clément Boursin, responsable Afrique, est intervenu dans un panel d’experts sur la thématique de la « lutte contre l’impunité ». L’occasion de passer en revue les défis qui attendent le pays en matière de justice, alors que les responsables de nombreuses et graves violations des droits humains commises ces dernières années restent impunis et que leurs victimes attendent encore vérité, justice et réparation.
Appel à mobilisation
AAM_Lucha_Thumbnail_20220421
République Dém. du Congo

Condamnation inique de 13 militants de la Lucha

Le 21 / 04 / 2022
Treize jeunes membres du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) ont été condamnés, le 1er avril 2022, à un an de prison ferme par le Tribunal militaire de Béni en violation de leurs droits à la liberté de manifestation et d’expression. Ils avaient manifesté pacifiquement contre l’insécurité dans leur province, le 11 novembre 2021.
Actualité
EDS_Visuel-Site-Thumbnail
République Dém. du Congo

L’ACAT-France soutient le film L'Empire du silence

Le 01 / 04 / 2022
L’ACAT-France soutient la sortie nationale du film L’Empire du silence, prévue le 16 mars 2022.