Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Émirats arabes unisAllemagneFranceArabie SaouditeYémen
Communiqué

Vente d'armes : 5 ONG saluent l'engagement de l'Allemagne et appellent les autres gouvernement à faire de même

ACAT-France, ALQST, Campaign Against Arms Trade (CAAT), Gulf Centre for Human Rights (GCHR) et MENA Rights Group saluent la décision de l'Allemagne de prolonger son embargo sur les armes à destination de l'Arabie Saoudite et appellent les autres gouvernements à suivre son exemple, alors que la guerre du Yémen marque sa cinquième année. En outre, les organisations demandent aux autorités allemandes de l'étendre en y incluant l'interdiction d'exporter des pièces détachées et des composants et en suspendant les ventes d'armes à toutes les parties au conflit.
YEMEN-visuel_actu
Le 31 / 03 / 2020

Cinq ans après le début de la guerre au Yémen, ACAT-France et 4 organisations partenaires saluent dans une déclaration commune la décision de l'Allemagne de prolonger son embargo sur les armes à destination de l'Arabie Saoudite jusqu’au 31 décembre 2020. Les organisations appellent les autres gouvernements à suivre son exemple mais demandent aux autorités allemandes de renforcer l’embargo en y incluant l'interdiction d'exporter des pièces détachées et des composants vers des pays européens fabriquant des armes pour l’Arabie saoudite comme la France, et en suspendant les ventes d'armes à toutes les parties au conflit, comme les Émirats arabes unis. L’ACAT-France avec 32 organisations majoritairement allemandes avait appelé la Chancelière Angela Merkel et le Conseil fédéral allemand de sécurité à prolonger à nouveau l’embargo sur les ventes et transferts d’armes à l’Arabie saoudite dans une lettre commune du 13 mars 2020.

 

 

ACAT-France, ALQST, Campaign Against Arms Trade (CAAT), Gulf Centre for Human Rights (GCHR) et MENA Rights Group saluent la décision de l'Allemagne de prolonger son embargo sur les armes à destination de l'Arabie saoudite et appellent les autres gouvernements à faire de même, alors que la guerre du Yémen marque sa cinquième année. En outre, les organisations demandent aux autorités allemandes d'étendre son embargo en y incluant l'interdiction d'exporter des pièces détachées et des composants et en suspendant les ventes d'armes à toutes les parties au conflit.

Le 23 mars 2020, le Conseil de sécurité allemand a décidé de renouveler la suspension des licences d'exportation pour les ventes d'armes à l'Arabie saoudite, qui devait expirer le 31 mars, pour une troisième fois jusqu'à la fin du mois de septembre 2020. Cela signifie que le gouvernement allemand ne délivrera pas de nouvelles licences d'exportation vers l'Arabie saoudite, ni ne livrera d'armes au Royaume sur la base des licences existantes. Cette décision n'exclut cependant pas les exemptions pour les livraisons de composants allemands dans le cadre de projets européens communs, y compris les composants pour les avions de chasse européens Typhoons.

En mars 2018, le gouvernement de coalition allemand a accepté de mettre fin aux exportations d'armes pour tous les pays "directement" impliqués dans la guerre du Yémen. Toutefois, la suspension totale des livraisons d'armes à l'Arabie saoudite n'a été mise en œuvre qu'après l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi à l'ambassade saoudienne à Istanbul en octobre 2018. Bien que le moratoire sur les ventes d'armes à l'Arabie saoudite soit en vigueur depuis lors, le gouvernement a continué à approuver les licences d'exportation vers d'autres pays impliqués dans la guerre au Yémen, comme les Émirats arabes unis.

Depuis mars 2015, l'Arabie saoudite dirige une coalition militaire qui soutient le gouvernement yéménite reconnu internationalement, dans une opération militaire contre le groupe armé Houthi, qui a pris le contrôle de Sanaa la capitale du Yémen en 2014. Selon l’organisation ACLED, qui suit les décès dans le conflit, le nombre cumulé de morts a dépassé la barre des 100 000 en 2019, dont plus de 12 000 civils tués lors d'attaques directes. Au Yémen, que l'ONU a qualifié de pire crise humanitaire au monde, la grande majorité de la population a besoin d'une aide humanitaire et des millions de personnes sont au bord de la famine. Le Yémen a également connu la pire épidémie de choléra de l'histoire moderne, avec plus d'un million de cas suspects, et est confronté cette année au virus mortel COVID-19, qui pourrait se propager largement en raison du manque d'installations sanitaires adéquates, dont une grande partie a été endommagée ou détruite pendant le conflit.

Dans son dernier rapport, le groupe d'éminents experts des Nations unies sur le Yémen a constaté que les attaques de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont à plusieurs reprises frappé des zones densément peuplées, telles que des zones résidentielles et des marchés. Les frappes aériennes de la coalition ont notamment détruit des infrastructures civiles essentielles telles que des terres agricoles, des installations d'approvisionnement en eau, des hôpitaux, des écoles et des infrastructures portuaires, qui sont indispensables à la survie de la population civile. En outre, les forces de la coalition ont imposé un blocus naval de facto au Yémen et la fermeture de l'aéroport international de Sanaa depuis août 2016, et ont gravement entravé l'importation de fournitures de secours essentielles, notamment de nourriture, de médicaments et de carburant.  Le groupe d'éminents experts a estimé que la coalition dirigée par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis était responsable de graves violations du droit humanitaire international, dont beaucoup peuvent être assimilées à des crimes de guerre.

Au cours des cinq dernières années, les Nations unies et les organisations non gouvernementales ont documenté des centaines d'attaques aveugles et disproportionnées contre des civils. À la lumière de la documentation abondante sur les violations graves du droit international humanitaire, le Parlement européen a adopté une résolution demandant l'interdiction, à l'échelle de l'UE, de l'exportation, de la vente, de la mise à jour et de la maintenance de toute forme d'équipement militaire et de sécurité en Arabie saoudite, ainsi que de l'exportation de technologies de surveillance utilisées pour espionner et emprisonner les défenseurs des droits humains et les cyber-activistes, afin de les empêcher de signaler les violations des droits humains en Arabie saoudite, au Yémen et dans la région. Il est essentiel que les États prennent des mesures pour démontrer leur opposition à ces violations du droit international. L'instauration d'un moratoire sur les ventes d'armes est un moyen évident d'y parvenir.

Si nous saluons la décision du gouvernement allemand de prolonger son embargo sur les armes à l'Arabie saoudite, nous demandons instamment aux autorités de l'étendre en y incluant l'interdiction d'exporter des pièces détachées et des composants pour des projets communs de l'UE, lorsqu'il existe un risque majeur qu'ils soient utilisés pour commettre ou faciliter des violations du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’homme. Cela inclut les composants des Typhoons européens, des avions de chasse qui sont couramment utilisés pour mener des frappes aériennes de la coalition. Afin de mener une politique globale et efficace sur le Yémen, l'Allemagne doit également mettre en œuvre une suspension stricte des ventes d'armes à toutes les parties au conflit.

En outre, nous demandons à tous les gouvernements de mettre fin à l'exportation de technologies de surveillance vers le royaume et de se joindre à l'Allemagne pour établir un moratoire sur les exportations d'armes vers l'Arabie saoudite jusqu'à ce qu'elle mette fin aux attaques illégales, mène des enquêtes crédibles sur les allégations de violations graves du droit humanitaire international par ses forces et les forces sous son contrôle, et offre une réparation appropriée aux victimes civiles.

Nous pensons que cela enverrait un message fort sur l'importance primordiale de la protection des vies civiles alors que nous célébrons le cinquième anniversaire de la guerre au Yémen.

Organisations signataires :

  • ACAT– France
  • ALQST for Human Rights
  • Campaign Against Arms Trade (CAAT)
  • Gulf Centre for Human Rights (GCHR)
  • MENA Rights Group

Articles associés

Actualité
AG2022_Main_Article-20220620
France

L’ACAT-France convoque son assemblée générale 2022

Le 20 / 06 / 2022
Du 10 au 12 juin 2022, les délégués de l’ACAT-France se sont réunis en assemblée générale. Un temps de rencontres, d’échanges et de témoignages, après deux années de pandémie. Surtout, un temps essentiel pour la vie démocratique de l’association qui a renouvelé le mandat de son comité directeur et élu son nouveau président.
Actualité
NDV2022_Radio-Notre-Dame_ITW-Bernadette-Forhan
ChineCamerounSahara OccidentalFranceMarocMexiqueVietnam

La Nuit des Veilleurs est l'invitée de Radio Notre Dame

Le 16 / 06 / 2022
Bernadette Forhan, vice-présidente catholique de l'ACAT-France, était ce matin au micro de l'émission « Rencontre » sur Radio Notre Dame pour présenter la 17ème édition de la Nuit des Veilleurs. L'occasion de rappeler que la torture, loin d'être consignée à une image du Moyen-Âge continue de sévir. Mais que veillée après veillée, nos actions lui opposent une solidarité d'ampleur à l’égard des victimes.
Communiqué
1160-600_SITE_NDV2022
ChineCamerounSahara OccidentalFranceMarocMexiqueVietnam

Allumons une chaîne de solidarité internationale

Le 10 / 06 / 2022
L’ACAT-France organise, les 25 et 26 juin 2022, la 17ème édition de la Nuit des Veilleurs, dédiée à 8 cas de tortures dans le monde. Cet évènement œcuménique s’inscrit dans le travail au long cours mené par l’ACAT-France contre les pratiques tortionnaires dont les exemples continuent d’essaimer partout sur la planète. Ensemble, nous portons la flamme de l’espérance.