Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Sahara OccidentalMaroc
Communiqué

Déception après le renouvellement de la MINURSO

L’ACAT exprime déception face au renouvellement du mandat de la mission de l'ONU au Sahara occidental, qui n'intègre toujours pas un volet droits de l'homme
sahara_occidental_drapeaux jpg
Crédits : Daniel Bobadilla / Flickr Creative Commons
Le 29 / 04 / 2014

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté mardi une résolution qui renouvelle pour un an le mandat de la mission de l’ONU au Sahara occidental (Minurso) sans intégrer dans son mandat la surveillance des droits de l’homme. L’ACAT fait part de sa déception face à la décision du Conseil de sécurité, la situation des droits de l’homme au Sahara occidental restant préoccupante.

Selon Hélène Legeay, responsable des programmes Maghreb et Moyen Orient à l’ACAT :

« Malgré la persistance des violations des droits de l’homme dans cette région, la France continue d’empêcher le Conseil de sécurité d’intégrer dans le mandat de la Minurso un volet droits de l’homme, tant dans la partie sous contrôle marocain que dans les camps de réfugiés en territoire algérien. L’appel réitéré du Conseil de sécurité d’améliorer la situation des droits de l’homme est un geste encourageant, mais risque de demeurer une année encore lettre morte. L’introduction d’un volet droits de l’homme dans le mandat de la mission aurait en revanche contribué à sérieusement améliorer la donne. »

« La situation des droits de l’homme au Sahara occidental reste préoccupante. Les Sahraouis continuent de subir des discriminations sociales et le non-respect des libertés d’expression, de rassemblement et d’association. Des cas de détention arbitraire sont régulièrement signalés et les manifestations restent le plus souvent réprimées par les forces de sécurité marocaines. Le Front Polisario, de son côté, est accusé par les autorités marocaines de commettre des violations des droits de l’homme contre les populations habitant les camps de réfugiés en territoire algérien. »

« Le maintien en détention de 22 militants sahraouis arrêtés en 2010 dans le cadre du démantèlement du camp de Gdeim Izik symbolise à lui seul les graves atteintes aux droits de l’homme perpétrées par les autorités marocaines à l’encontre des Sahraouis qui revendiquent le respect de leurs droits.[1] »

Contact presse :

Pierre Motin 01 40 40 40 24 / 06 12 12 63 94 pierre.motin@acatfrance.fr  

Note aux rédactions :

[1] Pour plus d’informations sur la détention des 22 militants sahraouis de Gdeim Izik : http://www.acatfrance.fr/communique-de-presse/sahara-occidental-depot-plaintes-torture-naama-asfari et http://www.acatfrance.fr/action/des-victimes-de-torture-toujours-emprisonnees  

Articles associés

Communiqué
Gdeim-Izik_Thumbnail
Sahara OccidentalMaroc

Gdeim Izik : six nouvelles plaintes contre le Maroc

Le 08 / 11 / 2022
En cette date du 12ème anniversaire du démantèlement du campement de Gdeim Izik, l’ACAT‑France se félicite du dépôt de six nouvelles plaintes contre le Maroc devant le Comité contre la torture des Nations unies concernant six prisonniers d’opinion sahraouis membres du groupe de Gdeim Izik. Celles-ci s’inscrivent dans la suite des quatre plaintes déjà déposées par l’ACAT‑France et ses partenaires le 9 juin 2022.
Actualité
Visite-Sultana-Khaya_2022
Sahara OccidentalMaroc

Sahara occidental : Sultana Khaya, le visage des défenseures ...

Le 26 / 09 / 2022
Le 16 septembre 2022, l’ACAT-France a eu le plaisir de recevoir Sultana Khaya, défenseure des droits humains et activiste pacifique sahraouie, lors de son passage à Paris. Après un an et demi de résidence surveillée, de harcèlements, d’agressions physiques et sexuelles, elle a enfin pu quitter son domicile de Boujdour le 1er juin 2022 pour se rendre en Espagne où elle a pu recevoir des soins.
Bonne nouvelle
Libération-Sultana-Khaya_20220701
Maroc

La défenseure des droits humains sahraouie Sultana Khaya enfi...

Le 01 / 07 / 2022
Sultana Khaya, présidente de la Ligue pour la défense des droits de l’Homme et contre le pillage des ressources naturelles, retenue abusivement par les autorités marocaines depuis le mois de novembre 2020 dans sa résidence et victime d’agressions sexuelles à répétition, a été libérée le 1er juin dernier.