Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Communiqué

Prisons noires, répression de la société civile et impunité : en Chine, la torture reste endémique

A l’occasion du nouvel an chinois, lundi 8 février, l’ACAT publie une analyse de la torture en Chine, qui détaille le caractère extrêmement répandu du phénomène tortionnaire et la multiplicité des méthodes de torture et des lieux de détention utilisés par les forces de sécurité publique du pays.
2016-visuel-pdm-chine-web-G
Le 08 / 02 / 2016

En Chine, toute personne suspectée d’infraction pénale est susceptible d’être touchée par la torture. Les risques sont encore plus élevés pour les dissidents, les militants des droits de l’homme, les pétitionnaires, les membres de minorités ethniques ou les membres du Falungong et ceux des églises clandestines.

Malgré la suppression de la rééducation par le travail (laojiao) fin 2013, la détention au secret reste une pratique communément utilisée contre les populations marginalisées, des pétitionnaires aux consommateurs de drogues en passant par les prostituées. La multiplication des prisons noires, des centres de détention et d’éducation ou encore des centres de désintoxication forcée souligne le règne de l’arbitraire dans l’empire du Milieu. Par ailleurs, depuis le lancement de la campagne de lutte contre la corruption par le Président Xi Jinping, la détention secrète sous la pratique du shuanggui est devenu l’un des outils de prédilection des cadres de la Commission centrale de discipline du parti pour faire parler les suspects.

L’année 2015 a été marquée par une forte répression de la société civile, des féministes, des ouvriers et des avocats ayant été détenus et maltraités. Les condamnations successives d’avocats pour des crimes tels que « subversion du pouvoir de l’Etat » en ce début d’année 2016 n’augurent rien de bon pour l’avenir. En s’en prenant aux avocats et aux militants, le pouvoir prive les victimes d’abus de défenseurs et le pays des principaux acteurs du respect de l’Etat de droit.

Ce rapport fait état de plusieurs témoignages de victimes détaillant les sévices auxquelles elles ont été soumises, les supplices les plus célèbres étant celui du « banc du tigre » et de la « chaise suspendue », souvent utilisés contre les membres du Falungong et les avocats des droits de l’homme. Il analyse également les manquements de la Chine à ses obligations internationales et la faiblesse des dispositions de son droit interne pour prévenir la torture et condamner les tortionnaires.

Selon Charles Desfarges, chargé de la Chine à l’ACAT, « près de quarante ans après le lancement de la période de "réformes et d’ouverture" par Deng Xiaoping, la torture reste une méthode d’interrogatoire fréquemment utilisées par les forces de sécurité chinoises. » L’absence d’organisme indépendant de supervision des forces de police, le rôle décisif des aveux dans la procédure pénale et le contrôle croissant exercé par le pouvoir sur les avocats sont autant d’éléments qui rendent l’éradication du phénomène tortionnaire en Chine particulièrement difficile.

Contact presse :

Pierre Motin, 01 40 40 40 24 / 06 12 12 63 94 pierre.motin@acatfrance.fr

Note aux rédactions :

  • Notre analyse de la torture en Chine peut être consultée en suivant ce lien
  • Toutes nos informations sur la Chine en suivant ce lien

Articles associés

Actualité
visuel actu CWS1
ChineCamerounVietnam

Libres d'informer : défendons les journalistes contre la to...

Le 28 / 06 / 2022
Derrière les murs des prisons, dans les sous-sols du pouvoir, à l’abri des regards, des hommes et des femmes sont séquestrés, humiliés, affamés, battus afin de briser leur volonté de défendre un droit fondamental : la liberté d’expression et d’information. À l'occasion de la journée internationale de soutien au victimes de la torture le 26 juin, soutenons celles et ceux qui, pour avoir simplement exercé leur droit fondamental, sont victimes des pires injustices dans leur pays.
Actualité
NDV2022_Radio-Notre-Dame_ITW-Bernadette-Forhan
ChineCamerounSahara OccidentalFranceMarocMexiqueVietnam

La Nuit des Veilleurs est l'invitée de Radio Notre Dame

Le 16 / 06 / 2022
Bernadette Forhan, vice-présidente catholique de l'ACAT-France, était ce matin au micro de l'émission « Rencontre » sur Radio Notre Dame pour présenter la 17ème édition de la Nuit des Veilleurs. L'occasion de rappeler que la torture, loin d'être consignée à une image du Moyen-Âge continue de sévir. Mais que veillée après veillée, nos actions lui opposent une solidarité d'ampleur à l’égard des victimes.
Communiqué
1160-600_SITE_NDV2022
ChineCamerounSahara OccidentalFranceMarocMexiqueVietnam

Allumons une chaîne de solidarité internationale

Le 10 / 06 / 2022
L’ACAT-France organise, les 25 et 26 juin 2022, la 17ème édition de la Nuit des Veilleurs, dédiée à 8 cas de tortures dans le monde. Cet évènement œcuménique s’inscrit dans le travail au long cours mené par l’ACAT-France contre les pratiques tortionnaires dont les exemples continuent d’essaimer partout sur la planète. Ensemble, nous portons la flamme de l’espérance.