Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
France
Communiqué

Policiers innocentés dans la mort de Zyed et Bouna : quand un soupçon d’impunité plane sur les forces de police

Le tribunal correctionnel de Rennes a prononcé la relaxe des deux policiers soupçonnés de non-assistance à personne en danger dans la mort de deux jeunes garçons. Selon l’ACAT, ce non-lieu et la lenteur de la procédure sont révélateurs du traitement différencié des affaires mettant en cause la police française.
france_zyed_bouna
Le 18 / 05 / 2015

Aujourd’hui, le tribunal correctionnel de Rennes a prononcé la relaxe des deux policiers soupçonnés de non-assistance à personne en danger dans la mort de deux jeunes garçons, Zyed et Bouna qui, poursuivis par la police, s’étaient réfugiés dans un transformateur EDF à Clichy-sous-Bois en 2005. Selon l’ACAT, ce non-lieu et la lenteur de la procédure sont révélateurs du traitement différencié des affaires mettant en cause la police française.

Les deux policiers risquaient jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende. De nombreux rassemblements sont prévus devant les tribunaux français afin d’exprimer soutien et solidarité envers les victimes et familles des victimes.

La parole des victimes déconsidérée

Selon Salomé Linglet, « À la suite de la mort de Zyed et Bouna, on a pu voir avec quel acharnement élus politiques, juges et fonctionnaires de la police s’évertuaient à décrédibiliser la parole des victimes et de leur famille [1]. Le déroulement de cette procédure judiciaire est emblématique de nombreux disfonctionnements dans le système de plaintes contre la police. La déconsidération de la parole de la victime ou des membres de la famille par rapport à celle des forces de l’ordre, les difficultés à porter plainte au commissariat, le classement sans suite des affaires quasi-systématique, la lenteur excessive de la procédure judiciaire et les nombreux non-lieux sont courants dans ce type d’affaire. »

« Obtenir vérité et justice relève souvent du parcours du combattant. Les entraves au cours du processus judiciaire constituent des mauvais traitements inacceptables dans un État de droit, et participent au développement d’une culture de l’impunité. »

Une lenteur des procédures qui pèse sur l’efficacité de la justice

Il aura fallu plus de dix ans d’enquête et de procédure judiciaire pour que la justice se prononce enfin sur la responsabilité des deux policiers. Selon Salomé Linglet, responsable violences policières à l’ACAT, « la lenteur de la justice dans cette affaire est caractéristique du traitement des cas d’allégations d’abus par les forces de la police. »

Pourtant, selon la Cour européenne des Droits de l’Homme, la célérité des procédures judiciaires et administratives est un principe fondamental qui concoure à l’efficacité des enquêtes sur les plaintes contre la police.

« Le manque de célérité dans le traitement de la plainte a un effet néfaste sur la confiance qu’accordent les citoyens à leur police mais aussi au système judiciaire. Lorsqu’un usage excessif de la force est soupçonné, l’enquête devrait être menée sans tarder. Les rassemblements qui s’expriment à l’occasion de ce verdict révèlent un malaise : l’efficacité et l’indépendance de la justice sont mises à mal. », souligne Salomé Linglet, responsable violences policières à l’ACAT.

Contact presse :

Pierre Motin, 01 40 40 40 24 / 06 12 12 63 94 pierre.motin@acatfrance.fr  

Note aux rédactions :

  • [1] Les procureurs, syndicats de police et de nombreux hommes politiques se sont évertués à présenter les trois enfants victimes, Zyed, Bouna et Muhittin, comme des délinquants. Nicolas Sarkozy, à l’époque ministre de l’Intérieur, était intervenu au journal télévisé de France 2 pour appuyer la version policière, affirmant notamment que la police ne poursuivait pas physiquement les trois jeunes. Delphine Dewailly,  procureure adjointe de la République de Rennes, avait déclaré à Mediapart « une tentative d’effraction (sur le chantier) interrompue par l’intervention de la police, c’est déjà une infraction », alors qu'aucun délit n’a été retenu contre les adolescents.

Articles associés

Actualité
AG2022_Main_Article-20220620
France

L’ACAT-France convoque son assemblée générale 2022

Le 20 / 06 / 2022
Du 10 au 12 juin 2022, les délégués de l’ACAT-France se sont réunis en assemblée générale. Un temps de rencontres, d’échanges et de témoignages, après deux années de pandémie. Surtout, un temps essentiel pour la vie démocratique de l’association qui a renouvelé le mandat de son comité directeur et élu son nouveau président.
Actualité
NDV2022_Radio-Notre-Dame_ITW-Bernadette-Forhan
ChineCamerounSahara OccidentalFranceMarocMexiqueVietnam

La Nuit des Veilleurs est l'invitée de Radio Notre Dame

Le 16 / 06 / 2022
Bernadette Forhan, vice-présidente catholique de l'ACAT-France, était ce matin au micro de l'émission « Rencontre » sur Radio Notre Dame pour présenter la 17ème édition de la Nuit des Veilleurs. L'occasion de rappeler que la torture, loin d'être consignée à une image du Moyen-Âge continue de sévir. Mais que veillée après veillée, nos actions lui opposent une solidarité d'ampleur à l’égard des victimes.
Communiqué
1160-600_SITE_NDV2022
ChineCamerounSahara OccidentalFranceMarocMexiqueVietnam

Allumons une chaîne de solidarité internationale

Le 10 / 06 / 2022
L’ACAT-France organise, les 25 et 26 juin 2022, la 17ème édition de la Nuit des Veilleurs, dédiée à 8 cas de tortures dans le monde. Cet évènement œcuménique s’inscrit dans le travail au long cours mené par l’ACAT-France contre les pratiques tortionnaires dont les exemples continuent d’essaimer partout sur la planète. Ensemble, nous portons la flamme de l’espérance.