Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
ArgentineFrance
Communiqué

Mario Sandoval doit être extradé en Argentine pour être jugé

Le premier ministre français a signé le décret d’extradition de Mario Sandoval vers l’Argentine. Cet ex-policier, accusé de crime contre l’humanité sous la dictature argentine de 1976 à 1983, réside en France depuis 1985. Nos organisations saluent cette décision.
sandoval-photo_1
Le 25 / 10 / 2018

Nos organisations se réjouissent d’apprendre que le décret d’extradition vient d’être signé par le premier ministre Édouard Philippe et contresigné par la ministre de la Justice Nicole Belloubet.

Nos organisations espèrent que le Conseil d’Etat, saisi immédiatement par un recours formé par Mario Sandoval, confirmera la mesure d’extradition pour permettre aux  autorités françaises de l’extrader rapidement vers l’Argentine.

En effet, toutes les conditions pour son extradition semblent réunies : une partie des crimes imputés à Mario Sandoval par l’Argentine sont également punissables en droit français et ne sont pas prescrits. Il est également attesté que l’accusé n’est pas poursuivi par l’Argentine pour des questions de race, de religion, de nationalité ou d’opinions politiques. L’accusé aura donc le droit à un procès équitable par la justice argentine.

CONTEXTE

Mario Sandoval, résidant en France depuis 1985, est réclamé par la justice argentine dans le cadre des procès du plus grand centre de détention et de torture clandestin sous la dictature : l’École supérieure de mécanique de la marine à Buenos Aires (ESMA). Il est accusé de faits qualifiés en droit argentin d’imposition de tortures, privation illégale de liberté aggravée et de crimes contre l’humanité commis au préjudice de l’ex- militant de la Jeunesse universitaire péroniste, Hernan Abriata, en 1976. La famille Abriata, en particulier la mère d’Hernán, Beatriz, âgée de plus de 92 ans, et son épouse, Mónica Dittmar, réclament justice depuis plus de 40 ans.

Articles associés

Communiqué
RIO_Conférence-Presse_20220926
France

Nous saisissons la justice contre l'impunité policière

Le 26 / 09 / 2022
Il y a deux mois, nous avons sollicité le ministre de l’Intérieur afin de changer la réglementation sur le port du numéro « RIO » qui permet, en France, d’identifier policiers et gendarmes lors des opérations de maintien de l’ordre. Nous demandons que le non port du « RIO » soit plus souvent sanctionné et que le matricule des agents soit visible quelles que soient les circonstances. Des demandes pourtant simples pour lutter contre l'impunité qui n'a pas sa place dans un État de droit. Face à une fin de non-recevoir, nous saisissons désormais la justice pour contraindre le ministère.
Actualité
igpn_thumbnail
France

Rapport d’activité de l’IGPN : entre hausse de l’usage ...

Le 27 / 07 / 2022
L’Inspection générale de la police nationale vient de rendre public son rapport d’activité annuel : en 2021, 1093 enquêtes judiciaires lui ont été confiées dont la moitié relèvent d’allégations de violences commises par les forces de l’ordre. Un chiffre constant depuis 2020.