France
Communiqué

Manifestation policière du 18 mai : nier les violences policières n’est pas une solution

Le syndicat de police Alliance organise mercredi 18 mai une mobilisation « pour dénoncer ceux qui dénoncent des prétendues violences policières ». Sans nier le mal-être d’une profession dont la mission est difficile, l’ACAT réaffirme que les violences policières sont une réalité dans notre pays et que ce problème grave doit recevoir une réponse concrète des autorités.
5069314052_03937d30a1_b
Crédits : Pablo Ibañez / Flickr Creative Commons
Le 18 / 05 / 2016

Le syndicat de police Alliance organise mercredi 18 mai une mobilisation « pour dénoncer ceux qui dénoncent des prétendues violences policières ». Sans nier le mal-être d’une profession dont la mission est difficile, l’ACAT réaffirme que les violences policières sont une réalité dans notre pays et que ce problème grave doit recevoir une réponse concrète des autorités.

Selon Aline Daillère, auteure du rapport « l’ordre et la force » [1] publié par l’ACAT en mars, « pour lutter contre la défiance envers les policiers dénoncées par les organisateurs de cette manifestation, le ministère de l’Intérieur doit enfin faire preuve de transparence sur les violences policières [2]. »

Annonçant une manifestation contre « la haine anti-flic », le syndicat de police Alliance se dit indigné « de cet acharnement irresponsable à vouloir faire croire que les policiers sont des brutes sauvages qui frappent aveuglément sur la jeunesse », et appelle le ministre de l’intérieur à « saisir la justice  contre ces attaques calomnieuses envers les représentants des forces de l’ordre et exige une vraie réponse pénale pour ceux qui portent atteinte aux forces de sécurité ».

Nul ne conteste l’extrême difficulté de la mission de policier, les manques d’effectifs et la pression croissante liée notamment à une situation sécuritaire dégradée, ainsi que la violence parfois subie par les policiers, occasionnant des victimes dans leurs rangs. Ces faits sont une réalité.  

Il est cependant tout aussi incontestable que des violences sont commises par des agents des forces de l’ordre. L’ACAT a mené une enquête approfondie pendant 18 mois sur ce sujet. Son rapport « L’ordre et la force », publié en mars 2016, repose sur des données factuelles soigneusement examinées, qui n’ont d’ailleurs à ce jour pas été contestées. Il fait état de cas d’usages abusifs ou disproportionnés de la force, ainsi que de l’impunité dont bénéficient de facto les forces de l’ordre. L’ACAT dénonce ces faits qui sont intolérables dans un État de droit.

L’ACAT soutient fermement que ce n’est pas jeter le discrédit sur toute une profession que de dénoncer les violences policières. C’est au contraire en s’obstinant à nier leur existence que les forces de l’ordre peuvent elles-mêmes se discréditer.

« Le refus obstiné des autorités de police et des pouvoirs publics à parler de cette problématique reflète l’omerta précisément dénoncée dans notre rapport. Pourquoi s’obstiner à ce point à reconnaitre la réalité de ce problème ? Nous savons que les violences policières sont le fait d’une minorité d’agents. Les seuls à y voir une accusation contre toute la profession sont des policiers eux-mêmes. », déclare Aline Daillère.

En tant que représentants de la loi, les policiers et gendarmes ont un devoir d’exemplarité. Le respect de la déontologie policière est absolument fondamental pour qu’un lien de confiance et de respect mutuel s’instaure. Les pouvoirs publics et les responsables policiers ont un rôle majeur à jouer sur cette question.

Contact presse :

Pierre Motin, 01 40 40 40 24 / 06 12 12 63 94 pierre.motin@acatfrance.fr

Notes aux rédactions :

Articles associés

Communiqué
AN-1160x600_by-ZeusUpsistos
France

Déclaration de l’ACAT-France sur la situation politique

Le 20 / 06 / 2024
En cette Journée mondiale des réfugiés et avant de commémorer la Journée internationale de soutien aux victimes de la torture le 26 juin, l’ACAT-France souhaite s’exprimer sur les risques que présente la situation politique en France.
Communiqué
Gaza-Airstrike-20231010_by-Wafa-APAimages
FranceIsraëlPalestine

Action juridique pour stopper les livraisons d’armes à Israël

Le 12 / 04 / 2024
L'ACAT-France et un ensemble d'ONG de défense des droits de l'Homme saisissent la justice en urgence pour stopper les ventes d'armes par la France à Israël. Objectif : obliger la France à respecter le droit international, qui interdit de transférer des armes vers un pays susceptible de les utiliser pour commettre de graves crimes internationaux. Par ces transferts, la France contribue au risque de faire basculer le droit légitime d'Israël à se défendre en génocide.
Actualité
Police-France_1160x600_by-Frederic-Legrand-COMEO
France

Usage excessif de la force par la police : la France persiste

Le 15 / 03 / 2024
Le 15 mars est la Journée internationale contre les violences policières. L’occasion pour l’ACAT-France de revenir sur les recommandations adressées par l’ONU au gouvernement français pour encadrer l’usage de la force par la police et la gendarmerie. Après son « examen périodique universel », c’est-à-dire son bilan en matière de droits de l’Homme, quelles recommandations la France a-t-elle accepté de mettre en œuvre ? Lesquelles ont été retoquées ? Analyse.