France
Communiqué

Les "pays d'origine sûrs" de nouveau en question

Le 10 mars, le Conseil d’État examinera une requête demandant l’annulation de la décision qui place l’Albanie, le Kosovo et la Géorgie sur la liste des pays d'origine sûrs.
france_conseil_etat png
Crédits : rouge et bleu (Flickr / Creative Commons)
Le 10 / 03 / 2014

Le 10 mars à 10h30, le Conseil d’État examinera en urgence la requête de douze associations – dont l’ACAT [1] – demandant la suspension et l’annulation de la décision du Conseil d'administration de l'Office français de Protection des Réfugiés et des Apatrides (OFPRA) du 16 décembre 2013 qui place l’Albanie, le Kosovo et la Géorgie sur la liste des pays dits d'origine sûrs.

Selon l’ACAT, cette décision est contestable à de nombreux égards.

Depuis le 30 juin 2005, l’OFPRA peut décider qu’un pays ne présente pas a priori de risque de persécutions pour ses ressortissants,  s’il considère que cet État « veille au respect des principes de liberté, de la démocratie et de l’État de droit ainsi que des droits de l’homme et des libertés fondamentales ».

Si un ressortissant d’un des pays figurant sur la liste des pays d’origine sûrs de l’OFPRA forme une demande d’asile, sa demande est automatiquement traitée de manière accélérée (selon une procédure dite prioritaire). On lui refuse alors tous droits au séjour et à l’aide sociale liés au statut de demandeur d’asile. Il est surtout privé de recours effectif suspensif qui le protège contre un renvoi forcé en cas de rejet de sa demande par l’OFPRA, ce qui est contraire aux principes du droit international.

L’OFPRA est à la fois juge et partie, puisqu’il choisit à la fois, selon sa seule appréciation, quels pays doivent être considérés comme sûrs, tout en étant en charge de trancher les cas individuels de demande d’asile.

Selon la coordination française pour le  droit d’asile (CFDA), dont l’ACAT est membre, la liste établie par l’OFPRA n’est pas réellement fonction des évolutions démocratiques de tels ou tels pays, mais répond le plus souvent à des considérations de diminution des flux et des dépenses. Les trois nationalités visées par cette récente décision correspondaient à 20% des demandes d'asile en 2013. 

De nombreux pays figurent sur cette liste et continuent d’être considérés comme sûrs alors que les droits de l’homme y sont régulièrement bafoués ou que des situations de violence y sont constatées. L’Ukraine en est actuellement un exemple emblématique [2].

En seulement 6 ans, le Conseil d’État a annulé des décisions de l’OFPRA concernant la liste des pays d’origine sûrs à quatre reprises. Dans le cas de l’Albanie et du Kosovo, le Conseil d’État avait déjà annulé le 26 mars 2012 une décision de l’OFPRA de 2011 qui les considérait à tort comme sûrs [3].

« L’OFPRA fait la sourde oreille et reprend un an plus tard une décision à l’identique, et nous oblige à demander au Conseil d’Etat de redire le droit. » déplore Eve Shahshahani, responsable de l’asile à l’ACAT. « Dans ce contexte, il est nécessaire que le gouvernement supprime la liste des pays d’origine sûrs. » 

Contact presse :

Pierre Motin, 01 40 40 40 24 / 06 12 12 63 94 pierre.motin@acatfrance.fr

Notes aux rédactions :

• [1] Eve Shahshahani, responsable des programmes Asile à l’ACAT, sera présente à l’audience publique.

• [2] En parallèle de leur action devant le Conseil d’Etat, l’ACAT et les autres associations membres de la coordination française pour le droit d’asile (CFDA) ont demandé au directeur de l’OFPRA de retirer l’Ukraine de sa liste des pays d’origine sûrs.

• [3] Le 26 mars 2011, le directeur de l’OFPRA avait pris une décision qui considérait l’Albanie et le Kosovo comme des pays d’origine sûrs.

Articles associés

Communiqué
Gaza-Airstrike-20231010_by-Wafa-APAimages
FranceIsraëlPalestine

Action juridique pour stopper les livraisons d’armes à Israël

Le 12 / 04 / 2024
L'ACAT-France et un ensemble d'ONG de défense des droits de l'Homme saisissent la justice en urgence pour stopper les ventes d'armes par la France à Israël. Objectif : obliger la France à respecter le droit international, qui interdit de transférer des armes vers un pays susceptible de les utiliser pour commettre de graves crimes internationaux. Par ces transferts, la France contribue au risque de faire basculer le droit légitime d'Israël à se défendre en génocide.
Actualité
Police-France_1160x600_by-Frederic-Legrand-COMEO
France

Usage excessif de la force par la police : la France persiste

Le 15 / 03 / 2024
Le 15 mars est la Journée internationale contre les violences policières. L’occasion pour l’ACAT-France de revenir sur les recommandations adressées par l’ONU au gouvernement français pour encadrer l’usage de la force par la police et la gendarmerie. Après son « examen périodique universel », c’est-à-dire son bilan en matière de droits de l’Homme, quelles recommandations la France a-t-elle accepté de mettre en œuvre ? Lesquelles ont été retoquées ? Analyse.
Actualité
BADINTER-ACTU-20240209
France

Hommage à Robert Badinter

Le 09 / 02 / 2024
Artisan de l’abolition de la peine de mort, Robert Badinter a permis à la France d’entrer dans le cercle très restreint des pays abolitionnistes en 1981. Son action pour les droits de l’Homme a inspiré et continue d’inspirer celle de l’ACAT-France qui lui rend ici hommage.