France
Communiqué

Le préfet de police condamné à plus de 135 reprises pour violation du droit d’asile

A Paris, plusieurs associations dont l'ACAT ont décidé d’accompagner plusieurs demandeurs d’asile qui se sont vus remettre soit un rendez-vous à plusieurs mois, soit pas de rendez-vous, afin qu’ils engagent une action devant le tribunal administratif de Paris. En deux semaines, plus de 135 requêtes ont abouti positivement, le tribunal ayant enjoint à la préfecture de convoquer les personnes sous 10 jours pour l'enregistrement de leur demande d'asile.
prefecture_police_paris
La préfecture de police de Paris. Crédits : Luc Mercells / Flickr Creative Commons
Le 21 / 04 / 2016

Collectif asile en Ile de France (ACAT, la Cimade Ile de France - Champagne, Comede, Dom'asile, GAS, Secours catholique Ile de France, Solidarité Jean Merlin, Centre Primo Levi, JRS, GISTI)

Depuis l’entrée en vigueur de la réforme de l’asile en novembre 2015, déposer une demande d’asile dans un des départements d’Ile de France relève du parcours du combattant. Si la nouvelle législation impose au préfet d’enregistrer toute demande d’asile dans un délai maximal de 3 jours, de nombreuses personnes en besoin d’une protection internationale n’ont pas accès à la procédure d’asile et sont contraintes de recourir à la justice pour que l’administration enregistre leur demande.

En effet, la réforme oblige toute personne sollicitant l’asile à se préenregistrer auprès de la plateforme d’accueil des demandeurs d’asile (PADA) d’un département pour obtenir une convocation préfectorale en vue de déposer effectivement sa demande. Ces plateformes, gérées par des personnes morales (opérateurs associatifs ou sociétés privées) disposent d’un quota de rendez-vous attribué parcimonieusement par l’autorité préfectorale, ce qui les conduit à refuser de nombreuses personnes qui se présentent chaque jour à leurs portes.

Or, tant que leurs demandes ne sont pas enregistrées, ces personnes sont en séjour irrégulier et risquent d’être arrêtées puis expulsées. Elles sont également maintenues dans une situation de grande précarité. En effet, il leur est impossible d’accéder à leurs droits : à un hébergement, à une allocation de subsistance et à une protection maladie. Comble de l’absurde, l’administration fait même porter la responsabilité de ses propres dysfonctionnements sur les demandeurs d’asile eux même en les sanctionnant par la suite pour avoir tardé à présenter leur demande d’asile dans les délais impartis.

Déjà avant l’entrée en vigueur de la réforme, nos organisations avaient averti le ministre de l’Intérieur du risque d’un sous-dimensionnement des moyens mis en œuvre en région parisienne. Aujourd’hui, nos différentes interpellations auprès des services de l’asile du ministère restent sans réponse.

A Paris, nos associations ont décidé d’accompagner plusieurs demandeurs d’asile  qui se sont  vus remettre soit un rendez-vous à la PADA à plusieurs mois, soit pas de rendez-vous, afin qu’ils engagent une action devant le tribunal administratif de Paris.  En deux semaines, plus de 135 requêtes ont abouti positivement, le tribunal ayant enjoint à la préfecture de convoquer les personnes sous 10 jours pour l'enregistrement de leur demande d'asile.

Alors que la nouvelle loi était présentée par le Ministère de l’Intérieur comme une loi « simplifiant la procédure » et permettant de « raccourcir les délais », nos organisations déplorent que le recours au juge s’impose pour que l’administration applique et respecte les droits des demandeurs d’asile. Elles constatent cependant que, malgré ces nombreuses condamnations par le tribunal administratif, la préfecture n'a pas pris de mesures pour améliorer l'accès à la procédure. Les dysfonctionnements constatés en Île-de-France ne sont en rien la conséquence d’un « afflux massif » imprévisible. En laissant s’installer la pénurie, par le biais d’une sous-traitance insuffisamment équipée et l’instauration de quotas de rendez-vous, les pouvoirs publics assument une politique de maltraitance des demandeurs d’asile probablement destinée à les dissuader de rester à Paris.

Contacts presse :

  • ACAT / Pierre Motin : 01 40 40 40 24 / 06 12 12 63 94 pierre.motin@acatfrance.fr
  • Le Secours Catholique IDF / Marion Casanova : 01 48 39 80 57
  • La Cimade IDF / Antoine Decourcelle : 01 40 08 17 22

Articles associés

Communiqué
Gaza-Airstrike-20231010_by-Wafa-APAimages
FranceIsraëlPalestine

Action juridique pour stopper les livraisons d’armes à Israël

Le 12 / 04 / 2024
L'ACAT-France et un ensemble d'ONG de défense des droits de l'Homme saisissent la justice en urgence pour stopper les ventes d'armes par la France à Israël. Objectif : obliger la France à respecter le droit international, qui interdit de transférer des armes vers un pays susceptible de les utiliser pour commettre de graves crimes internationaux. Par ces transferts, la France contribue au risque de faire basculer le droit légitime d'Israël à se défendre en génocide.
Actualité
Police-France_1160x600_by-Frederic-Legrand-COMEO
France

Usage excessif de la force par la police : la France persiste

Le 15 / 03 / 2024
Le 15 mars est la Journée internationale contre les violences policières. L’occasion pour l’ACAT-France de revenir sur les recommandations adressées par l’ONU au gouvernement français pour encadrer l’usage de la force par la police et la gendarmerie. Après son « examen périodique universel », c’est-à-dire son bilan en matière de droits de l’Homme, quelles recommandations la France a-t-elle accepté de mettre en œuvre ? Lesquelles ont été retoquées ? Analyse.
Actualité
BADINTER-ACTU-20240209
France

Hommage à Robert Badinter

Le 09 / 02 / 2024
Artisan de l’abolition de la peine de mort, Robert Badinter a permis à la France d’entrer dans le cercle très restreint des pays abolitionnistes en 1981. Son action pour les droits de l’Homme a inspiré et continue d’inspirer celle de l’ACAT-France qui lui rend ici hommage.