Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Maroc
Communiqué

Le Maroc assigne en justice des victimes de torture et l’ACAT. On aura tout vu !

L’ACAT a reçu une convocation de la justice marocaine, dans le cadre d’une plainte pour « diffamation, outrage envers les corps constitués, utilisation de manœuvre et de fraude pour inciter à faire de faux témoignages, complicité et injure publique » . Le Maroc tente une nouvelle fois de faire taire les victimes de torture et les ONG qui luttent contre la pratique de la torture au Maroc.
maroc_drapeau_3
Crédits : Amanda Padilla / Flickr Creative Commons
Le 27 / 01 / 2015

Vendredi 23 janvier, l’ACAT a reçu une convocation du ministère de la Justice marocain, dans le cadre d’une plainte pour « diffamation, outrage envers les corps constitués, utilisation de manœuvre et de fraude pour inciter à faire de faux témoignages, complicité et injure publique » [1]. Avec cette injonction ubuesque, le Maroc tente une nouvelle fois de faire taire les victimes de torture et les ONG qui luttent contre la pratique de la torture au Maroc.

Selon Jean-Etienne de Linares, délégué général de l’ACAT, « En nous poursuivant en justice, le Maroc espère intimider les victimes de torture. Frapper une ONG qui œuvre en France, c’est dire aux victimes au Maroc : ‘voilà ce qui vous attend si vous osez protester’.» 

En mai 2013, l’ACAT a porté plainte pour « complicité de torture » contre Abdellatif Hammouchi, le chef de la Direction générale de la surveillance du territoire marocain. Le 20 février 2014, alors que ce dernier était en visite en France, sur demande d’une juge d’instruction [2], la police s’est rendue à la résidence de l’ambassadeur du Maroc à Paris pour lui remettre une convocation. En représailles, le Maroc suspendait ses accords de coopération judiciaire avec la France [3], faisant ainsi obstacle aux enquêtes de la justice française sur des cas de torture au Maroc et au transfèrement de nouvelles victimes en France.

Pour Hélène Legeay, responsable Maghreb et Moyen-Orient à l’ACAT, « N’oublions pas que la crise diplomatique trouve son origine non dans nos plaintes, mais dans le fait que le Maroc est un État tortionnaire. L’entêtement du Maroc est clairement dû à la crainte de Rabat de voir des hauts responsables traduits en justice pour complicité de torture. Cette plainte est tout à fait ubuesque. »

Immunité contre coopération ?

Laurent Fabius a annoncé qu’il se rendra « bientôt » au Maroc. Une visite du ministre des Affaires étrangères marocain, Salaheddine Mezouar, prévue vendredi 23 janvier, a quant à elle été annulée. Selon l’agence de presse Reuters, le Maroc souhaiterait négocier une immunité de ses responsables contre la reprise de la coopération judiciaire, ce qui a donné lieu à un démenti des autorités marocaines.

« Le rétablissement de la coopération judiciaire est urgent, mais ne doit pas passer par un chantage à l’immunité. » souligne Hélène legeay. « La France ne peut pas fermer les yeux sur le fait que le Maroc mène une véritable campagne de harcèlement à l’encontre des victimes de torture qui portent plainte. » L’ACAT a demandé à être reçue par Laurent Fabius.

Torture et hypocrisie

Le dépôt d’une plainte contre l’ACAT est d’autant plus étonnant qu’en mars 2014, le Maroc a participé à l’initiative mondiale pour la ratification de la Convention contre la torture. En juin 2014, le ministre de la Justice marocain, Mustapha Ramid, déclarait que « la volonté de l’Etat marocain pour combattre toutes les formes de torture est catégorique, même pour des dommages mineurs […] L’Etat marocain ne donnera jamais son aval pour que de la torture soit pratiquée ». Pourtant, depuis le lancement de cette initiative, les mesures de rétorsion à l’encontre des victimes de tortures et des ONG qui luttent contre le phénomène tortionnaire se sont multipliées [4].

Contact presse :

Pierre Motin, 01 40 40 40 24 / 06 12 12 63 94 pierre.motin@acatfrance.fr

Notes aux rédactions :

Articles associés

Communiqué
Gdeim-Izik_Thumbnail
Sahara OccidentalMaroc

Gdeim Izik : six nouvelles plaintes contre le Maroc

Le 08 / 11 / 2022
En cette date du 12ème anniversaire du démantèlement du campement de Gdeim Izik, l’ACAT‑France se félicite du dépôt de six nouvelles plaintes contre le Maroc devant le Comité contre la torture des Nations unies concernant six prisonniers d’opinion sahraouis membres du groupe de Gdeim Izik. Celles-ci s’inscrivent dans la suite des quatre plaintes déjà déposées par l’ACAT‑France et ses partenaires le 9 juin 2022.
Actualité
Visite-Sultana-Khaya_2022
Sahara OccidentalMaroc

Sahara occidental : Sultana Khaya, le visage des défenseures ...

Le 26 / 09 / 2022
Le 16 septembre 2022, l’ACAT-France a eu le plaisir de recevoir Sultana Khaya, défenseure des droits humains et activiste pacifique sahraouie, lors de son passage à Paris. Après un an et demi de résidence surveillée, de harcèlements, d’agressions physiques et sexuelles, elle a enfin pu quitter son domicile de Boujdour le 1er juin 2022 pour se rendre en Espagne où elle a pu recevoir des soins.
Bonne nouvelle
Libération-Sultana-Khaya_20220701
Maroc

La défenseure des droits humains sahraouie Sultana Khaya enfi...

Le 01 / 07 / 2022
Sultana Khaya, présidente de la Ligue pour la défense des droits de l’Homme et contre le pillage des ressources naturelles, retenue abusivement par les autorités marocaines depuis le mois de novembre 2020 dans sa résidence et victime d’agressions sexuelles à répétition, a été libérée le 1er juin dernier.