FranceArabie SaouditeYémen
Communiqué

Le cargo Bahri Yanbu gagne l’Espagne sans sa cargaison d’armes françaises

Depuis mercredi, le cargo Bahri Yanbu, attendait au large du Havre de pouvoir effectuer son chargement d'armes françaises à destination de l’Arabie saoudite. L’ACAT ayant déposé un référé devant le tribunal administratif de Paris pour bloquer cet acheminement d’armes, constate que son action ainsi que la mobilisation citoyenne a contraint le cargo saoudien à renoncer au chargement.
visuel-campagne-yemen-acat_1
Le 10 / 05 / 2019

Le cargo Bahri Yanbu a finalement pris la route du port de Santander en Espagne sans son chargement d’armes françaises. Il s’agissait notamment de canons Caesar, dont une note de la Direction du renseignement militaire a déjà attesté de leur utilisation dans le conflit yéménite. Face à l’illégalité de ces livraisons au regard du TCA (Traité sur le commerce des armes, signé et ratifié par la France) en raison de la possibilité que ces armes soient utilisées au Yémen contre des populations civiles, l’ACAT a mandaté le cabinet Ancile Avocats pour déposer un référé afin de bloquer l’acheminement des armes.

« Nous nous réjouissons que le cargo ait renoncé à charger ces armes françaises au Havre, alors qu’il est clair que cette livraison contrevenait au Traité sur le commerce des armes » indique Nathalie Seff, déléguée générale de l’Acat-France. « L’annonce de ce chargement a soulevé un mouvement de protestation de citoyens, d’ONG et de certains parlementaires. Par cette action et cette mobilisation, nous démontrons que la société civile française peut constituer un réel contre-pouvoir face à des intérêts internationaux qui mettent à mal les droits fondamentaux de millions de personnes » ajoute Bernadette Forhan, présidente de l’ACAT-France.

Une décision de justice cynique

C’est grâce à la mobilisation citoyenne et médiatique, non à une décision de justice, que le trajet du cargo a été modifié. Dans son jugement, le tribunal administratif de Paris a rejeté le référé de l’ACAT considérant que « l’autorisation de sortie douanière de ces armements ne crée pas un danger caractérisé et imminent pour la vie des personnes. » L’ACAT s’indigne de cette décision cynique et lourde de conséquences dès l’instant où ces armes se trouveront entre les mains d’un pays ayant perpétré des crimes de guerre envers des populations civiles yéménites. Il faut rappeler le caractère illégal du transfert d’armes dès lors que la France « a connaissance, au moment où l'autorisation est demandée, que ces armes ou ces biens pourraient servir à commettre un génocide, des crimes contre l'humanité, des violations graves des Conventions de Genève de 1949, des attaques dirigées contre des civils ou d'autres crimes de guerre » (Traité sur le commerce des armes, article 6 alinéa 3).  Le 2ème critère de la position commune 2008/944/PESC indique également que « les états membres refusent l’autorisation d’exportation s’il existe un risque manifeste que la technologie ou les équipements militaires dont l’exportation est envisagée servent à commettre des violations graves du droit humanitaire international ».

C’est cette même notion de risque qui avait mené le Parlement européen, dès 2016, à rappeler l’interdiction pour tous les pays membres de poursuivre le transfert d’armes vers l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis. Le 14 novembre dernier, une résolution de ce même parlement critiquait le fait que certains Etats membres « semblent ne pas prendre en considération le comportement du pays destinataire et l’utilisateur final des armes et des munitions » et s’inquiétait que « la fourniture de systèmes d’armes en période de guerre et dans des situations caractérisées par des tensions politiques importantes puisse avoir des répercussions disproportionnées sur les civils. »

Selon le cabinet Ancile Avocats, cette décision est d’autant plus choquante que « la justice est le dernier rempart pour empêcher un chargement constituant le dernier acte sur lequel les autorités ont prise avant une livraison sur un terrain de massacre. » Face à cette décision, l’ACAT s’apprêtait à se pourvoir en cassation devant le Conseil d’Etat, quand l’annonce du non-chargement de la cargaison d’armes et de la nouvelle destination du cargo est tombée. L’ACAT reste et restera vigilante sur la suite du parcours du cargo ainsi que sur les prochaines livraisons de canons Caesar prévues dans les mois à venir.

Articles associés

Communiqué
AN-1160x600_by-ZeusUpsistos
France

Déclaration de l’ACAT-France sur la situation politique

Le 20 / 06 / 2024
En cette Journée mondiale des réfugiés et avant de commémorer la Journée internationale de soutien aux victimes de la torture le 26 juin, l’ACAT-France souhaite s’exprimer sur les risques que présente la situation politique en France.
Communiqué
Gaza-Airstrike-20231010_by-Wafa-APAimages
FranceIsraëlPalestine

Action juridique pour stopper les livraisons d’armes à Israël

Le 12 / 04 / 2024
L'ACAT-France et un ensemble d'ONG de défense des droits de l'Homme saisissent la justice en urgence pour stopper les ventes d'armes par la France à Israël. Objectif : obliger la France à respecter le droit international, qui interdit de transférer des armes vers un pays susceptible de les utiliser pour commettre de graves crimes internationaux. Par ces transferts, la France contribue au risque de faire basculer le droit légitime d'Israël à se défendre en génocide.
Actualité
Police-France_1160x600_by-Frederic-Legrand-COMEO
France

Usage excessif de la force par la police : la France persiste

Le 15 / 03 / 2024
Le 15 mars est la Journée internationale contre les violences policières. L’occasion pour l’ACAT-France de revenir sur les recommandations adressées par l’ONU au gouvernement français pour encadrer l’usage de la force par la police et la gendarmerie. Après son « examen périodique universel », c’est-à-dire son bilan en matière de droits de l’Homme, quelles recommandations la France a-t-elle accepté de mettre en œuvre ? Lesquelles ont été retoquées ? Analyse.