Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
FranceMaroc
Communiqué

La réconciliation au prix de l’impunité ?

A la veille de la rencontre de haut niveau franco-marocaine qui a lieu jeudi 28 mai, les ONG appellent les parlementaires à rejeter un projet de loi qui favoriserait l’impunité pour les présumés responsables marocains de graves violations des droits humains.
37df6887eff07aec6e0620c7208b296ad756ff47_3
Le 28 / 05 / 2015

Le projet de loi autorisant l’approbation du protocole additionnel à l’accord de coopération judiciaire franco-marocain doit être examiné à l’Assemblée nationale mardi 2 juin.

A la veille de la rencontre de haut niveau franco-marocaine qui aura lieu jeudi 28 mai, l’ACAT, Amnesty International France, la FIDH, Human Rights Watch et la LDH appellent les parlementaires à rejeter ce projet de loi qui, au prétexte du rétablissement de la coopération entre les deux pays, favoriserait l’impunité pour les présumés responsables marocains de graves violations des droits humains.

« Ce Protocole oblige le juge français à informer le Maroc de l’ouverture de toute procédure relative à des crimes commis au Maroc qui pourrait mettre en cause la responsabilité d’un Marocain. Cette mesure sonne le glas du secret de l'enquête et de l’instruction indispensable à l’efficacité et à la sérénité des enquêtes », estime Françoise Dumont, Présidente de la LDH.

« Cet accord enjoint le juge français à se dessaisir au profit du juge marocain. Cela constitue un déni de justice en particulier pour les victimes de torture qui ont saisi, en dernier recours, les juridictions françaises précisément car elles n'avaient pas obtenu justice et réparation au Maroc » déclare Stéphane Oberreit, directeur général d’Amnesty International France.

« Cet accord va à l’encontre de l’engagement de la France à traduire en justice les personnes accusées des crimes les plus graves qui sont sur son sol sur la base de la compétence universelle. Ainsi l’accord risque de mettre la France en violation de ces obligations internationales en vertu des traités internationaux qu’elle a ratifiés », ajoute Leslie Haskell, conseillère juridique au programme de justice internationale de Human Rights Watch.

Selon Hélène Legeay, responsable des programmes Maghreb / Moyen-Orient à l’ACAT, « ce texte contrevient à la Constitution française à bien des égards. Il est indispensable qu’au moins soixante députés saisissent le Conseil constitutionnel pour que ce dernier s’assure que nos principes fondamentaux seront sauvegardés ».

« L’adoption de ce protocole créerait un dangereux précédent. D’autres pays ne manqueront pas de réclamer le même traitement de faveur. En effet, ce protocole aura pour conséquence de priver les personnes victimes de crimes et délits perpétrés au Maroc, y compris les victimes françaises, du droit de saisir la justice française, puisque celle-ci sera fortement incitée à renvoyer les affaires à la justice marocaine » regrette Patrick Baudouin, président d’honneur de la FIDH.

Contacts presse :

  • Pour l’ACAT, Pierre Motin (français, anglais) : 01 40 40 40 24 / 06 12 12 63 94 ou pierre.motin@acatfrance.fr  
  • Pour Amnesty International France, Maryline Griffon (français, anglais) : 01 53 38 65 75 / 06 76 94 37 05 ou mgriffon@amnesty.fr
  • Pour la FIDH, Arthur Manet (français, anglais, espagnol) : 06 72 28 42 94 ou presse@fidh.org  
  • Pour la FIDH, Lucie Kroening (français, anglais, allemand, arabe) : +33 6 48 05 91 57 ou presse@fidh.org  
  • Pour Human Rights Watch, Leslie Haskell (français, anglais) : 06 37 69 15 92 ou haskell@hrw.org    
  • Pour Human Rights Watch,  Jean-Marie Fardeau (français, anglais) : 06 45 85 24 87 oujm.fardeau@hrw.org  
  • Pour la LDH, Virginie Perron : 01 56 55 51 07

Articles associés

Actualité
Sultana-site
Sahara OccidentalMaroc

Sahara occidental : Sultana Khaya, le visage des défenseures ...

Le 26 / 09 / 2022
Le 16 septembre 2022, l’ACAT-France a eu le plaisir de recevoir Sultana Khaya, défenseure des droits humains et activiste pacifique sahraouie, lors de son passage à Paris. Après un an et demi de résidence surveillée, de harcèlements, d’agressions physiques et sexuelles, elle a enfin pu quitter son domicile de Boujdour le 1er juin 2022 pour se rendre en Espagne où elle a pu recevoir des soins.
Communiqué
RIO_Conférence-Presse_20220926
France

Nous saisissons la justice contre l'impunité policière

Le 26 / 09 / 2022
Il y a deux mois, nous avons sollicité le ministre de l’Intérieur afin de changer la réglementation sur le port du numéro « RIO » qui permet, en France, d’identifier policiers et gendarmes lors des opérations de maintien de l’ordre. Nous demandons que le non port du « RIO » soit plus souvent sanctionné et que le matricule des agents soit visible quelles que soient les circonstances. Des demandes pourtant simples pour lutter contre l'impunité qui n'a pas sa place dans un État de droit. Face à une fin de non-recevoir, nous saisissons désormais la justice pour contraindre le ministère.