Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
FranceArabie SaouditeYémen
Communiqué

L'ACAT et le Cabinet Ancile déposent un référé afin d’empêcher un cargo chargé d’armes de prendre la mer

Le cargo Bahri Yanbu, attendu aujourd’hui au Havre, doit effectuer un chargement d'armes françaises à destination de l’Arabie Saoudite, un des belligérants principaux du conflit yéménite. Face à l’illégalité de ces livraisons et la possibilité que ces armes soient utilisées au Yémen à l’encontre des populations civiles, l’ACAT a mandaté le cabinet Ancile Avocats pour déposer un référé permettant de bloquer l’acheminent des armes.
visuel-campagne-yemen-acat_1
Le 08 / 05 / 2019

Ce mercredi, la France a reconnu qu'un cargo saoudien effectuait un chargement d'armes « en application d'un contrat commercial ».  Il s’agit notamment de canons Caesar, dont une note de la Direction du renseignement militaireatteste de leur utilisation dans le conflit yéménite. « La Direction du renseignement militaire a informé le gouvernement que les canons César étaient susceptibles de frapper plus de 400 000 civils yéménites. La France doit respecter le TCA et interdire l’exportation, au moins le temps que les exactions cessent » selon Maître Joseph Breham, du Cabinet Ancile Avocats. La livraison de ces armes constituerait une violation du Traité sur le commerce des armes.

 

Sur la base d’une étude juridique publiée en mars 2018, l’ACAT-France alertait déjà sur l’illégalité de la vente d’armes françaises à la coalition engagée dans le conflit yéménite, dont l’Arabie saoudite, qui serait responsable de graves violations du droit international humanitaire. « Le respect de contrats commerciaux ne peut pas se faire au détriment de la protection de populations civiles. Nous demandons à la France de prendre ses responsabilités et de respecter ses engagements internationaux » déclare Luisa Fenu, Directrice des Programmes et du Plaidoyer à l’ACAT-France.  

 

En effet, en vertu de ce traité, la France s’est engagée à ne pas autoriser de transfert d’armes dès lors qu’elle « a connaissance, au moment où l'autorisation est demandée, que ces armes ou ces biens pourraient servir à commettre un génocide, des crimes contre l'humanité, des violations graves des Conventions de Genève de 1949, des attaques dirigées contre des civils ou d'autres crimes de guerre » (TCA, article 6 alinéa 3).  C’est le cas avec le chargement du cargo Bahri Yanbu.

 

C’est sur ce fondement que l’ACAT (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture) a mandaté le Cabinet Ancile pour déposer un référé exigeant que soit levé le dédouanement (c’est-à-dire l’autorisation pour le cargo de prendre la mer, avec son chargement) en vue de faire en sorte que la France ne puisse se rendre complice des exactions commises au Yémen et respecte ses obligations internationales.

 

Des dizaines de milliers de personnes ont été tuées au Yémen, dont de nombreux civils, dans un conflit qui a généré, selon les Nations Unies, la « pire crise humanitaire au monde ».

Articles associés

Communiqué
Gerald-Darmanin-2021
France

Stop à l’enfermement administratif des enfants

Le 01 / 02 / 2023
Le projet de loi immigration, présenté ce jour en conseil des ministres, prévoit l’interdiction du placement des enfants de moins de 16 ans en centre de rétention à l’horizon 2025. Nos 21 organisations saluent ce premier pas indispensable mais appellent les parlementaires à se mobiliser pour mettre un terme définitif et sans délai à l’enfermement administratif de tous les enfants.
Appel du mois
WEB 1160 x 600_ACTU 2023-02
Arabie Saoudite

J’agis pour Israa al-Ghomgham

Le 23 / 01 / 2023
Arrêtée pour avoir simplement manifesté en décembre 2015, Israa al-Ghomgham risquait la peine de mort. Suite à une mobilisation en sa faveur, elle a été condamnée à huit ans d’emprisonnement en 2021 avant de voir sa détention augmentée de cinq années supplémentaires en 2022.
Communiqué
Gerald-Darmanin-2021
France

Le ministre de l'Intérieur méconnaît la réalité des perso...

Le 28 / 11 / 2022
Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, a demandé que soient appliquées les mêmes mesures de suivi aux étrangers faisant l'objet d'une OQTF que ceux ayant commis une infraction. Une atteinte sévère à l'état de droit qui assimile les personnes étrangères à des personnes délinquantes.