Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
FranceArabie SaouditeYémen
Communiqué

L'ACAT et le Cabinet Ancile déposent un référé afin d’empêcher un cargo chargé d’armes de prendre la mer

Le cargo Bahri Yanbu, attendu aujourd’hui au Havre, doit effectuer un chargement d'armes françaises à destination de l’Arabie Saoudite, un des belligérants principaux du conflit yéménite. Face à l’illégalité de ces livraisons et la possibilité que ces armes soient utilisées au Yémen à l’encontre des populations civiles, l’ACAT a mandaté le cabinet Ancile Avocats pour déposer un référé permettant de bloquer l’acheminent des armes.
visuel-campagne-yemen-acat_1
Le 08 / 05 / 2019

Ce mercredi, la France a reconnu qu'un cargo saoudien effectuait un chargement d'armes « en application d'un contrat commercial ».  Il s’agit notamment de canons Caesar, dont une note de la Direction du renseignement militaireatteste de leur utilisation dans le conflit yéménite. « La Direction du renseignement militaire a informé le gouvernement que les canons César étaient susceptibles de frapper plus de 400 000 civils yéménites. La France doit respecter le TCA et interdire l’exportation, au moins le temps que les exactions cessent » selon Maître Joseph Breham, du Cabinet Ancile Avocats. La livraison de ces armes constituerait une violation du Traité sur le commerce des armes.

 

Sur la base d’une étude juridique publiée en mars 2018, l’ACAT-France alertait déjà sur l’illégalité de la vente d’armes françaises à la coalition engagée dans le conflit yéménite, dont l’Arabie saoudite, qui serait responsable de graves violations du droit international humanitaire. « Le respect de contrats commerciaux ne peut pas se faire au détriment de la protection de populations civiles. Nous demandons à la France de prendre ses responsabilités et de respecter ses engagements internationaux » déclare Luisa Fenu, Directrice des Programmes et du Plaidoyer à l’ACAT-France.  

 

En effet, en vertu de ce traité, la France s’est engagée à ne pas autoriser de transfert d’armes dès lors qu’elle « a connaissance, au moment où l'autorisation est demandée, que ces armes ou ces biens pourraient servir à commettre un génocide, des crimes contre l'humanité, des violations graves des Conventions de Genève de 1949, des attaques dirigées contre des civils ou d'autres crimes de guerre » (TCA, article 6 alinéa 3).  C’est le cas avec le chargement du cargo Bahri Yanbu.

 

C’est sur ce fondement que l’ACAT (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture) a mandaté le Cabinet Ancile pour déposer un référé exigeant que soit levé le dédouanement (c’est-à-dire l’autorisation pour le cargo de prendre la mer, avec son chargement) en vue de faire en sorte que la France ne puisse se rendre complice des exactions commises au Yémen et respecte ses obligations internationales.

 

Des dizaines de milliers de personnes ont été tuées au Yémen, dont de nombreux civils, dans un conflit qui a généré, selon les Nations Unies, la « pire crise humanitaire au monde ».

Articles associés

Actualité
BADINTER-ACTU-20240209
France

Hommage à Robert Badinter

Le 09 / 02 / 2024
Artisan de l’abolition de la peine de mort, Robert Badinter a permis à la France d’entrer dans le cercle très restreint des pays abolitionnistes en 1981. Son action pour les droits de l’Homme a inspiré et continue d’inspirer celle de l’ACAT-France qui lui rend ici hommage.
Communiqué
CeasefireNOW
FranceIsraëlPalestine

Notre tribune collective d'ONG pour un cessez-le-feu à Gaza

Le 19 / 12 / 2023
L'ACAT-France, au sein d'une une large coalition d'ONG, interpelle le président de la République et demande un cessez-le-feu à Gaza. Le déluge de bombes que la population subit constitue une véritable torture à laquelle il est impératif de mettre fin immédiatement.
Article
JNP2023_VISUEL_ACTU
France

Densité carcérale contre droits humains

Le 27 / 11 / 2023
La surpopulation carcérale est un phénomène chronique en France. Avec un taux d’occupation moyen de 122%, les prisons françaises occupent le bas du classement européen. Derrière ces chiffres se cachent des abus, des violations des droits humains et des traitements cruels, inhumains et dégradants comme l’a souvent dénoncé l’ACAT-France. Des solutions existent, comme un mécanisme contraignant de régulation carcérale.