Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
France
Communiqué

Un détenu risque de mourir faute de soins

Atteint d’une maladie grave, Steven Barillet voit son état de santé se détériorer de jour en jour en détention. À défaut de soins appropriés, l’ACAT redoute que sa vie ne soit mise en péril.
prison_barbeles jpg
Crédits : istock
Le 30 / 10 / 2013

Steven Barillet pèse aujourd’hui 35 kg. Une proche témoigne l’avoir trouvé « dans état squelettique, amaigri, déshydraté. Son visage est jauni, creusé, il n'a que la peau sur les os ».

Condamné à 20 ans de prison, ce jeune homme de 25 ans est détenu au centre pénitentiaire de Châteauroux. Il est atteint d’une maladie invalidante et dégénérative qui touche les intestins. Selon un médecin du Centre hospitalier de Châteauroux, qui a alerté l’administration pénitentiaire le concernant, il est « indispensable, vu l’état physique et la gravité actuelle de l’état de santé de M. Barillet, que ce patient soit adressé dans une UHSI [unité hospitalière sécurisée], voir que soit proposé une suspension de peine pour raison médicale, et ce dans les plus brefs délais afin que ce patient ne décède pas en détention ». Malgré une demande faite en ce sens il y a quelques jours, Steven Barillet n’a toujours pas été hospitalisé.

Très affaibli, il est alité. Faute d’un régime alimentaire adapté à sa pathologie, il peut à peine se nourrir. Par ailleurs, Steven Barillet affirme ne pas disposer en prison du suivi médical spécialisé qui lui est indispensable. En tout état de cause, son état de santé s’est gravement détérioré depuis son incarcération. Son avocat et ses proches s’inquiètent de sa situation et redoutent son décès en détention.

Pour Aline Daillère, responsable des programmes prisons/police au sein de l’ACAT, « il appartient à l’administration pénitentiaire de ne pas laisser l’état de santé de Steven Barillet continuer à se dégrader et de ne pas le laisser mourir en prison. Il doit pouvoir bénéficier des soins et des conditions de vie que son état de santé lui impose. Une simple question de respect de la dignité humaine.»

Contacts presse :

Aline Daillère : 06 60 48 88 74 ; aline.daillere@acatfrance.fr

Mise à jour :

Le 25 novembre 2013, Steven Barillet a obtenu une suspension de peine pour raison médicale et pourra être hospitalisé. "Après des examens médicaux poussés, le tribunal d'application des peines a reconnu que ses conditions d'incarcération sont incompatibles avec sa maladie, dont elles accélèrent considérablement le processus", explique son avocat, Me Loic Bussy.

Articles associés

Communiqué
RAE2022_Note-Asile_Main
BelgiqueAllemagneFranceGrèceHongrieItaliePays-BasSuède

Porté disparu : le droit d'asile en Europe

Le 27 / 06 / 2022
Dans une nouvelle note sortie ce 27 juin, l’ACAT-France alerte sur les politiques de l’asile au sein l’Union européenne. Des pratiques contradictoires et des textes lacunaires pourraient bien entrainer la disparition pure et simple de ce droit fondamental.
Actualité
AG2022_Main_Article-20220620
France

L’ACAT-France convoque son assemblée générale 2022

Le 20 / 06 / 2022
Du 10 au 12 juin 2022, les délégués de l’ACAT-France se sont réunis en assemblée générale. Un temps de rencontres, d’échanges et de témoignages, après deux années de pandémie. Surtout, un temps essentiel pour la vie démocratique de l’association qui a renouvelé le mandat de son comité directeur et élu son nouveau président.
Actualité
NDV2022_Radio-Notre-Dame_ITW-Bernadette-Forhan
ChineCamerounSahara OccidentalFranceMarocMexiqueVietnam

La Nuit des Veilleurs est l'invitée de Radio Notre Dame

Le 16 / 06 / 2022
Bernadette Forhan, vice-présidente catholique de l'ACAT-France, était ce matin au micro de l'émission « Rencontre » sur Radio Notre Dame pour présenter la 17ème édition de la Nuit des Veilleurs. L'occasion de rappeler que la torture, loin d'être consignée à une image du Moyen-Âge continue de sévir. Mais que veillée après veillée, nos actions lui opposent une solidarité d'ampleur à l’égard des victimes.