Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
France
Communiqué

Un détenu risque de mourir faute de soins

Atteint d’une maladie grave, Steven Barillet voit son état de santé se détériorer de jour en jour en détention. À défaut de soins appropriés, l’ACAT redoute que sa vie ne soit mise en péril.
prison_barbeles jpg
Crédits : istock
Le 30 / 10 / 2013

Steven Barillet pèse aujourd’hui 35 kg. Une proche témoigne l’avoir trouvé « dans état squelettique, amaigri, déshydraté. Son visage est jauni, creusé, il n'a que la peau sur les os ».

Condamné à 20 ans de prison, ce jeune homme de 25 ans est détenu au centre pénitentiaire de Châteauroux. Il est atteint d’une maladie invalidante et dégénérative qui touche les intestins. Selon un médecin du Centre hospitalier de Châteauroux, qui a alerté l’administration pénitentiaire le concernant, il est « indispensable, vu l’état physique et la gravité actuelle de l’état de santé de M. Barillet, que ce patient soit adressé dans une UHSI [unité hospitalière sécurisée], voir que soit proposé une suspension de peine pour raison médicale, et ce dans les plus brefs délais afin que ce patient ne décède pas en détention ». Malgré une demande faite en ce sens il y a quelques jours, Steven Barillet n’a toujours pas été hospitalisé.

Très affaibli, il est alité. Faute d’un régime alimentaire adapté à sa pathologie, il peut à peine se nourrir. Par ailleurs, Steven Barillet affirme ne pas disposer en prison du suivi médical spécialisé qui lui est indispensable. En tout état de cause, son état de santé s’est gravement détérioré depuis son incarcération. Son avocat et ses proches s’inquiètent de sa situation et redoutent son décès en détention.

Pour Aline Daillère, responsable des programmes prisons/police au sein de l’ACAT, « il appartient à l’administration pénitentiaire de ne pas laisser l’état de santé de Steven Barillet continuer à se dégrader et de ne pas le laisser mourir en prison. Il doit pouvoir bénéficier des soins et des conditions de vie que son état de santé lui impose. Une simple question de respect de la dignité humaine.»

Contacts presse :

Aline Daillère : 06 60 48 88 74 ; aline.daillere@acatfrance.fr

Mise à jour :

Le 25 novembre 2013, Steven Barillet a obtenu une suspension de peine pour raison médicale et pourra être hospitalisé. "Après des examens médicaux poussés, le tribunal d'application des peines a reconnu que ses conditions d'incarcération sont incompatibles avec sa maladie, dont elles accélèrent considérablement le processus", explique son avocat, Me Loic Bussy.

Articles associés

Actualité
BADINTER-ACTU-20240209
France

Hommage à Robert Badinter

Le 09 / 02 / 2024
Artisan de l’abolition de la peine de mort, Robert Badinter a permis à la France d’entrer dans le cercle très restreint des pays abolitionnistes en 1981. Son action pour les droits de l’Homme a inspiré et continue d’inspirer celle de l’ACAT-France qui lui rend ici hommage.
Communiqué
CeasefireNOW
FranceIsraëlPalestine

Notre tribune collective d'ONG pour un cessez-le-feu à Gaza

Le 19 / 12 / 2023
L'ACAT-France, au sein d'une une large coalition d'ONG, interpelle le président de la République et demande un cessez-le-feu à Gaza. Le déluge de bombes que la population subit constitue une véritable torture à laquelle il est impératif de mettre fin immédiatement.
Article
JNP2023_VISUEL_ACTU
France

Densité carcérale contre droits humains

Le 27 / 11 / 2023
La surpopulation carcérale est un phénomène chronique en France. Avec un taux d’occupation moyen de 122%, les prisons françaises occupent le bas du classement européen. Derrière ces chiffres se cachent des abus, des violations des droits humains et des traitements cruels, inhumains et dégradants comme l’a souvent dénoncé l’ACAT-France. Des solutions existent, comme un mécanisme contraignant de régulation carcérale.