FranceSyrie
Communiqué

Enquête pour crimes de guerre en Syrie : l’action de la France contre l’impunité ne doit pas s’arrêter là

Le parquet de Paris a ouvert le 15 septembre une enquête préliminaire pénale pour crimes de guerre visant le régime de Bachar al-Assad. Selon l’ACAT, il s’agit d’un signal très positif concernant le dossier syrien, mais la France doit lever les obstaclesqui limitent la poursuite en France d’auteurs de graves violations des droits de l’homme à l’étranger.
14135683605_a5650500d5_b
Crédits : Tori Rector / Flickr Creative Commons
Le 30 / 09 / 2015

Le parquet de Paris a ouvert le 15 septembre une enquête préliminaire pénale pour crimes de guerre visant le régime de Bachar al-Assad. Selon l’ACAT, il s’agit d’un signal très positif concernant le dossier syrien, mais la France doit impérativement lever les obstacles juridiques qui limitent la poursuite en France d’auteurs de graves violations des droits de l’homme à l’étranger.

Selon Jean-Etienne de Linares, délégué général de l’ACAT : « Nous nous réjouissons de l’ouverture de cette enquête pénale préliminaire pour crimes de guerre visant le dictateur syrien. Il est essentiel pour les victimes d’établir les responsabilités du régime syrien dans les tortures de masse pour qu’elles obtiennent justice, réparation, et pour mettre fin à l’impunité. »

« Cette enquête est ouverte aujourd’hui uniquement parce que le pouvoir exécutif l’a décidé. Les poursuites judiciaires d’actes aussi graves ne doivent pas relever de seules contingences politiques et diplomatiques. Les victimes et le pouvoir judiciaire doivent également pouvoir initier de telles procédures. »

« Il s’agit d’un signe positif, mais la France doit aller plus loin dans la lutte contre l’impunité que Laurent Fabius  a mise en avant. Elle doit mettre en place une véritable compétence universelle permettant de juger tous les auteurs de crimes contre l’humanité, crimes de guerre et crimes de génocide commis à l’étranger contre des étrangers [1]. »

L’ACAT réclame depuis plus de 10 ans une véritable application compétence universelle en France. Elle a lancé dans ce but en 2015 une campagne de mobilisation pour l’application par la France de la compétence universelle. Un mécanisme essentiel car il permet de réduire  l’espace dans lequel les pires criminels du monde (auteurs de crimes de guerre, génocides, crimes contre l’humanité) trouvent refuge.

Contact presse :

Pierre Motin : 01 40 40 40 24 / 06 12 12 63 94 pierre.motin@acatfrance.fr  

Note aux rédactions :

[1] Pour en savoir plus sur le mécanisme de compétence universelle : http://www.acatfrance.fr/actualite/bons-baisers-de-bachar-pour-que-la-france-cesse-d-etre-terre-d-asile-pour-les-criminels-de-guerre  

Articles associés

Article
EUROPARL-1160x600_by-Ralf-Roletschek
France

élections et droit d'asile : notre tribune pour la Journée m...

Le 20 / 06 / 2024
« Il faut mettre le droit d’asile à l’abri de la fièvre de haine qui se propage comme une trainée de poudre » Dans le cadre de la Journée mondiale des réfugiés jeudi 20 juin et dans le contexte des élections, Yves Rolland, président de l’ACAT-France, alerte, dans une tribune parue dans La Croix, sur la mise en danger du droit d’asile en France et en Europe, portée par une politique déshumanisée qui ne cesse du gagner du terrain.
Communiqué
AN-1160x600_by-ZeusUpsistos
France

Législatives anticipées : déclaration de l’ACAT-France

Le 20 / 06 / 2024
En cette Journée mondiale des réfugiés et avant de commémorer la Journée internationale de soutien aux victimes de la torture le 26 juin, l’ACAT-France souhaite s’exprimer sur les risques que présente la situation politique en France.
Communiqué
Gaza-Airstrike-20231010_by-Wafa-APAimages
FranceIsraëlPalestine

Action juridique pour stopper les livraisons d’armes à Israël

Le 12 / 04 / 2024
L'ACAT-France et un ensemble d'ONG de défense des droits de l'Homme saisissent la justice en urgence pour stopper les ventes d'armes par la France à Israël. Objectif : obliger la France à respecter le droit international, qui interdit de transférer des armes vers un pays susceptible de les utiliser pour commettre de graves crimes internationaux. Par ces transferts, la France contribue au risque de faire basculer le droit légitime d'Israël à se défendre en génocide.