Tchad
Communiqué

Deux activistes torturés pendant leur détention en secret doivent être immédiatement libérés

Les autorités tchadiennes doivent immédiatement libérer deux activistes de la société civile qui ont été torturés pendant leur détention en secret et dont le procès s’ouvre ce 4 mai, ont déclaré plusieurs organisations de droits humains et de mouvements citoyens d’Afrique et d’Europe.
7383962388_454d0dd941_z
Le 03 / 05 / 2017

Les autorités tchadiennes doivent immédiatement libérer deux activistes de la société civile qui ont été torturés pendant leur détention en secret et dont le procès s’ouvre ce 4 mai, ont déclaré plusieurs organisations de droits humains et de mouvements citoyens d’Afrique et d’Europe.

Nadjo Kaïna Palmer et Bertrand Solloh Gandere, figures de proue du mouvement de jeunes « Iyina » et membres de la campagne internationale « Tournons la page », ont été torturés avec des sacs de piment sur la tête et des jets d’eau à forte pression.   Le  26 avril dernier, le procureur de la République les a inculpés pour « tentative de complot » et « provocation à l’attroupement » et a requis le lendemain une peine de cinq ans de prison ferme. Cette décision est significative d’un régime agissant dans l’impunité la plus totale et souhaitant faire taire toute voix dissidente Nous,  exigeons leur libération immédiate et sans condition.

« Les activistes n’ont fait que jouir de leur droit inaliénable à la liberté d’expression. Le fait de réclamer plus de justice et de liberté ne saurait constituer ni au Tchad ni ailleurs une infraction. Ils n’auraient jamais dû être arrêtés ni détenus au secret. Les autorités doivent les libérer immédiatement et sans condition » ont déclaré les organisations signataires.

« Les actes de torture subis doivent également faire l’objet d’une enquête approfondie et indépendante, et les auteurs identifiés et sanctionnés. »

Nadjo Kaïna Palmer et Bertrand Solloh Gandere ont été détenus au secret dans les locaux de  l’Agence nationale pour la sécurité (ANS) pendant respectivement 16 et 8 jours. Selon leurs avocats, « ils ont été enchaînés, des sacs de piment sur la tête, des jets d'eau à forte pression... ça ne laisse pas trop de traces mais 'ils ont le visage tuméfié »,  Les violations des droits humains dont sont victimes les voix dissidentes au Tchad sont de plus en plus nombreuses depuis la réélection du président Idriss Deby Itno en avril 2016. Nadjo Kaïna et d’autres membres de la société civile tchadienne avaient d’ailleurs été détenus pendant  plusieurs semaines, en mars 2016, peu avant le scrutin, à la suite d’un appel à manifester, un droit pourtant inscrit dans la Constitution du Tchad.

Les organisations signataires :

  • condamnent  les actes de violence et de torture  commises par les autorités tchadiennes contre ces activistes
  • exigent la libération immédiate de Nadjo Kaïna Palmer et Solloh Gandere et l’abandon des charges retenues à leur encontre ;
  • réclament de la justice tchadienne l’ouverture d’une enquête concernant les actes de tortures, des traitements inhumains ou dégradants infligés aux militants pacifistes par les agents de l’ANS, entité de l’Etat relevant directement de la présidence de la République ;
  • appelent à la fin des poursuites et violences systématiques à l’encontre des membres de la société civile qui réclament de manière pacifique la démocratie et l’instauration d’un véritable Etat de droit au Tchad.

Contacts presse :

Articles associés

Actualité
AFP-000_32LR7MT
Tchad

Au Tchad, une loi d’amnistie qui s’avère loi d’impunité !

Le 14 / 12 / 2023
Une loi d’amnistie a été adoptée au Tchad, plus d’un an après la répression du 20 octobre 2022 qui avait fait au moins 128 morts. L’ACAT-France condamne cette décision qui instrumentalise le droit et légitime la culture de l’impunité. Ce faisant, la junte militaire au pouvoir ne respecte pas ses engagements en faveur du respect des droits humains et de l’État de droit.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette4
Tchad

La France doit œuvrer contre l’impunité !

Le 31 / 05 / 2023
Au-delà des mots et des déclarations de principe, que fait réellement la France pour que les auteurs et responsables des graves violations des droits humains commis le 20 octobre 2022 et les jours suivants au Tchad soient identifiés, que leurs crimes soient documentés précisément, et qu’ils répondent de leurs crimes devant la justice.
Appel du mois
WEB-Sendiblue_1160-600-ACTU-TCHAD-23.06
Tchad

Je soutiens les victimes du 20 octobre 2022 !

Le 22 / 05 / 2023
Le 20 octobre 2022, des manifestations interdites ont été violemment réprimées dans plusieurs villes du Tchad. La Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH) a documenté de graves violations des droits de l’Homme. Il faut que justice soit rendue !