Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Colombie
Communiqué

Communiqué rejetant la campagne de diffamation contre la Comisión Intereclesial de Justicia y Paz et son secrétaire exécutif

Les organisations qui composent le programme franco-colombien Ensemble pour la Paix - Vamos por la paz, ainsi que les autres organisations signataires, rejettent catégoriquement les accusations par lesquelles on a tenté de diffamer et de discréditer le précieux travail de la Comisión Intereclesial de Justicia y Paz et, plus particulièrement, de son secrétaire exécutif et représentant légal Danilo Rueda.
Ensemble-Pour-La-Paix
Le 05 / 05 / 2022

Télécharger le communiqué de presse

Les organisations qui composent le programme franco-colombien Ensemble pour la Paix - Vamos por la paz, ainsi que les autres organisations signataires, rejettent catégoriquement les accusations par lesquelles on a tenté de diffamer et de discréditer le précieux travail de la Comisión Intereclesial de Justicia y Paz et, plus particulièrement, de son secrétaire exécutif et représentant légal Danilo Rueda.

Nous soutenons le travail que la Comisión Intereclesial de Justicia y Paz a développé dans le domaine du droit réparateur1 et dont l'objectif est de contribuer positivement à l'objectif de non-répétition du processus de justice transitionnelle après la signature de l'accord de paix final.

Nous, les organisations signataires de la société civile nationale et internationale, sommes profondément préoccupés par les conséquences que cette campagne de diffamation peut avoir sur l'intégrité physique et morale de Danilo Rueda, des autres membres de la Comisión Intereclesial de Justicia y Paz, mais aussi sur les communautés, les jeunes victimes, les hommes et les femmes, les afro-descendants, les peuples indigènes et les paysans impliqués dans les plus de 160 processus ethniques-territoriaux et paysans liés aux actes de reconnaissance de la responsabilité des anciennes FARC-EP et autres responsables d’exactions.

Nous regrettons que le travail en faveur des victimes et du processus de paix soit instrumentalisé en plein processus électoral dans le but d'essayer de confondre l'opinion publique. Nous appelons le public à s'informer et à ne pas tirer de conclusions hâtives.

Nous demandons la fin de ce type d'attaques contre les organisations de la société civile et contre les différents processus qui se développent en faveur des dialogues et des rencontres qui contribuent à la construction de la paix en Colombie et à sa transformation sociale.

Nous saluons les efforts de la Comisión Intereclesial de Justicia y Paz pour générer une réflexion commune qui permettra progressivement la dépolarisation de la société et ainsi garantir la non-répétition du conflit armé.

Ensemble pour la paix est un programme mené par un consortium de 23 organisations de la société civile co-financé par l'Agence Française de Développement (AFD) et le Secours Catholique - Caritas France.

Signataires :

En Colombie :

  1. CENSAT- Agua viva

  2. CINEP-PPP

  3. Corporación CIASE

  4. Coalition Colombienne pour le Droit à l'Éducation - CCDE

  5. Commission Inter-ecclésiale de Justice et Paix - CIJP

  6. Colombia Nuestra

  7. Instituto Latinoamericano para una Sociedad y un Derecho Alternativos - ILSA

  8. Amis de la UNESCO

  9. Enfances 2/32 France-Colombie

  10. Association- MINGA

  11. Secretariado Nacional de la Pastoral Social - Caritas Colombia

  12. Taller Abierto

  13. Vamos Mujer

En France : les membres du Réseau France Colombie Solidarités (RFCS) :

  1. Action des chrétiens pour l'abolition de la torture - ACAT

  2. Agir ensemble pour les droits humains - AEDH

  3. Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement

  4. CCFD - Terre Solidaire

  5. Ecole de la Paix 

  6. Entre Todos France

  7. France Amérique Latine - FAL

  8. Travailler Ensemble Jeunes et Engagés - TEJE

  9. Peace Brigades International PBI - France

  10. Solidarité Laïque

Les 23 organisations suivantes se joignent également à ce communiqué :

  1. ARRAIGO

  2. Asociación de mujeres ASMEQUIDAD por equidad de género

  3. Associazione Jambo Fidenza-Italia

  4. Centro de Información sobre Empresas y Derechos Humanos

  5. COCOCAUCA

  6. Colectivo Sur Cacarica

  7. Corporación Claretiana Norman Pérez Bello

  8. Corporación Ensayos para la Promoción de la Cultura Política

  9. Equipo Claretiano ante la ONU

  10. Espacio Regional de Paz del Cauca

  11. Fondo Noruego para Los Derechos Humanos/Norwegian Human Rights Fund

  12. Iglesia Colombiana Metodista Cali

  13. Kolko e.V. Derechos humanos por Colombia

  14. MISEREOR, Alemania

  15. Movimiento por la Paz Francia

  16. Iglesia Presbiteriana de Colombia

  17. Pax Christi - Comisión Solidaridad Un Mundo, Alemania

  18. Pontificia Universidad Javeriana

  19. Consejo Mundial de Iglesias para América Latina y el Caribe

  20. Rete italiana Colombia vive

  21. SOLdePAZ.Pachakuti

  22. Universidad de Paz

  23. Washington Office on Latin America WOLA

Articles associés

Communiqué
49195320112_cbde7f21ca_o
Colombie

En soutien à la Commission pour la vérité

Le 28 / 07 / 2020
Avec le Réseau France Colombie Solidarités, l’ACAT réaffirme son soutien aux 11 membres de la Commission pour l’éclaircissement de la vérité et demande des garanties pour la poursuite sereine de leur mission essentielle à la paix.
Actualité
Capture d’écran 2020-05-13 à 16.49.39
Colombie

Surveillance illégale de défenseurs des droits humains

Le 13 / 05 / 2020
L'ACAT dénonce les agissements illégaux du renseignement militaire colombien à l'encontre d'au moins 130 défenseurs des droits humains, dirigeants sociaux, opposants politiques, signataires de l'accord de paix, magistrats et journalistes. Des garanties doivent être apportées pour protéger les personnes visées et empêcher que de telles pratiques ne se répètent.
Actualité
contagio radio
Colombie

Recrudescence des menaces contre les défenseur.e.s de la paix

Le 04 / 02 / 2020
Plus d’une trentaine de personnes et d’organisations mobilisées pour la paix et le respect des droits humains ont été menacées de mort récemment. La situation n’a cessé de se dégrader depuis la signature de l’accord de paix fin 2016 : selon les dernières statistiques de 2020, il y a pratiquement un assassinat de défenseur.e par jour. Les autorités doivent mettre en place des mesures rapides et efficaces pour assurer leur protection.