Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Bonne nouvelle

Wang Quanzhang enfin réuni avec sa famille !

Le 27 avril 2020, Wang Quanzhang a enfin pu retrouver son épouse et son fils à leur domicile pékinois, après quatre ans et demi de détention, dont trois années au secret, deux semaines de quarantaine et une semaine d’assignation à résidence à 400km de sa famille.
WQZfamily
Li Wenzu, Wang Quanzhang et leur fils Quan Quan dans la soirée du 27 avril 2020, à Pékin. Photo partagée sur Twitter par Li Wenzu (@709liwenzu)
Le 28 / 04 / 2020

Lundi 27 avril dans la soirée, l’avocat Wang Quanzhang est arrivé au domicile familial de Pékin et y a retrouvé son épouse Li Wenzu et leur fils, Quan Quan, en présence de plusieurs soutiens de la famille.

Après sa libération le 5 avril dernier, au terme de quatre ans et demi de prison, Wang Quanzhang a été forcé de retourner vivre à Jinan, dans la province du Shandong, d’où il est originaire. Initialement placé en quarantaine à cause de la pandémie du COVID-19, il était depuis le 19 avril empêché de retrouver sa famille à Pékin.

Constat doux-amer : c’est finalement l’hospitalisation en urgence de son épouse qui aura précipité le retour de Wang Quanzhang chez lui. En effet, Li Wenzu se met à souffrir de douleurs au ventre durant le week-end, et est hospitalisée le 26 avril pour une crise d’appendicite. En l’apprenant, Wang Quanzhang tente dès le 27 avril de quitter Jinan à bord d’un taxi. Il est intercepté par la police, qui finira par l’escorter jusqu’à Pékin. Peu après 19h, il finit par se présenter au domicile familial, accompagné de plusieurs policiers en civil. L’avocat a été accueilli par son épouse Li Wenzu, entourée de quelques amis venus la soutenir à son retour de l’hôpital le matin même, et a enfin pu serrer dans ses bras son fils Quan Quan, aujourd’hui âgé de 8 ans. “C’est un rêve devenu réalité” a déclaré Li Wenzu, en sanglots.

Wang Quanzhang doit désormais être soumis à une nouvelle période de quarantaine, cette fois-ci à son domicile de Pékin. La surveillance policière sous laquelle se trouve l’avocat depuis sa libération risque néanmoins de perdurer.

---

Retrouvez la couverture de l’affaire Wang Quanzhang par l’ACAT :

Articles associés

Appel à mobilisation
Ding Jiaxi
Chine

3 ans de détention arbitraire, 1 procès au secret, et... rien

Le 28 / 11 / 2022
Ding Jiaxi, ancien avocat spécialisé dans la défense des droits humains et membre actif du Mouvement des nouveaux citoyens, un réseau informel de militants cherchant à promouvoir la transparence des affaires publiques et à dénoncer la corruption, est détenu arbitrairement depuis trois ans. Après plusieurs reports de son procès, il a finalement été jugé le 24 juin 2022, au secret, pour « subversion du pouvoir de l’État ». Depuis, le verdict reste inconnu.
Appel à mobilisation
Zhang-Zhan_Thumbnail
Chine

L’état de santé de Zhang Zhan est toujours inquiétant

Le 02 / 11 / 2022
Zhang Zhan est une journaliste indépendante, avocate et défenseuse des droits humains, détenue arbitrairement depuis mai 2020, pour le seul fait d’avoir exercé sa liberté d’expression en informant ses concitoyens de la réalité de la situation à Wuhan, lors du pic de la pandémie de Covid-19. D’abord portée disparue, elle a été officiellement inculpée en septembre 2020 et condamnée quelques mois plus tard à une peine de quatre ans de détention. Il y a un an, l’ACAT-France se mobilisait pour obtenir sa libération immédiate, d’autant que sa vie était en danger en raison de ses conditions de détention. Aujourd’hui, son état de santé reste inquiétant. Ne l’oublions pas.
Article
ThisIsXinjiang_Thumbnail
Chine

Ouïghours : l’effacement institutionnalisé d’une identité

Le 31 / 10 / 2022
Installés dans la région du Xinjiang, les Ouïghours sont l'une 56 ethnies officiellement reconnues par la République populaire de Chine. Pourtant, malgré cette officialisation, ils font l’objet de répressions de la part des autorités, fondées sur cette seule appartenance ethnique. Des crimes contre l’humanité, continuellement niés par les autorités chinoises.