Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Sri Lanka
Actualité

Je soutiens la quête de justice des victimes du conflit

En mai 2016, le Sri Lanka célébrera le 7ème anniversaire de la fin de la guerre civile. Pourtant, les autorités sri lankaises n’ont toujours pas traduit en justice les responsables présumés des crimes de guerre et des atteintes aux droits de l’homme perpétrés pendant le conflit – suspendant tout espoir de réconciliation.
srilanka
Le 15 / 04 / 2016

La quête de vérité et de justice comme prérequis à la réconciliation nationale

En 2009, Mahindan a 15 ans. Enrôlé de force durant la guerre civile par le mouvement des Tigres de libération de l'Îlam Tamoul, il se rend volontairement à l’armée sri lankaise dès la fin du conflit. Depuis, il a disparu. Sa famille n’a plus aucune nouvelle de lui, et se heurte sans cesse au silence de l’armée. Sa mère, Jeyakumari Balendra, a tenté en vain d’obtenir des informations, mais elle ne sait toujours pas s’il est mort ou vivant, s’il a été tué ou s’il est détenu. Arrêtée à plusieurs reprises par le passé pour avoir demandé des nouvelles de son fils, elle est désormais en liberté sous caution. Comme de nombreux proches de disparus ou de victimes du conflit, elle exige la vérité.

7 ans de paix, mais l’impunité des criminels de guerre demeure

Le 18 mai 2016, cela fera 7 ans que la guerre civile opposant les forces gouvernementales du Sri Lanka au groupe armé des Tigres tamouls a pris fin, après avoir mis le pays à feu et à sang pendant plus de 25 ans. 7 ans également que les victimes du conflit et leurs proches réclament justice pour les 100 000 morts et 80 000 victimes de disparitions forcées… 7 ans, enfin, que le Sri Lanka vit dans l’attente d’une réconciliation nationale. Après de nombreuses alertes des organisations de la société civiles et des ONG internationales, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme des Nations Unies s’est rendu au Sri Lanka en février 2016. Son constat est sans appel : de nombreuses avancées demeurent à accomplir dans la lutte contre l’impunité et pour le respect des droits de l’homme.

Les espoirs déçus du changement de gouvernement

En janvier 2015, les élections présidentielles ont été remportées par l’opposition, suscitant un espoir nouveau parmi la population. Le président sortant s’est engagé dans un dialogue avec la société civile et la communauté internationale. Il a notamment favorisé l’adoption d’une Résolution sur le Sri Lanka par le Conseil des droits de l’homme, et accepté le principe d’une enquête nationale sur les crimes commis durant la dernière phase du conflit, dont certains n’ont encore jamais été reconnus officiellement. Néanmoins, depuis le début de l’année 2016, le Sri Lanka a multiplié les signes d’un recul, rejetant par exemple la proposition du Haut-Commissaire aux droits de l’homme que soient établis des tribunaux hybrides composés de magistrats nationaux et étrangers. Or, l’impunité des auteurs de violations graves des droits de l’homme  constitue un défi majeur pour la réconciliation et la reconstruction du Sri Lanka.

Pour agir, envoyez ce modèle de lettre par courrier

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_SriLanka_TWITER_20221011
Sri Lanka

Détention de deux militants d’une organisation étudiante :...

Le 12 / 10 / 2022
L’Inter-University Student Federation (IUSF) est la plus grande organisation étudiante du Sri Lanka, grâce à une confédération de près de 70 syndicats. Le 18 et août 2022, trois de ses membres ont été arrêtés pour avoir simplement et pacifiquement participé à des manifestations. La police a fait un usage disproportionné de la force à leur encontre, en utilisant notamment du gaz lacrymogène, des canons à eau et des matraques. Depuis, deux d’entre eux sont toujours détenus, en application de la loi de Prévention contre le terrorisme (Prevention of Terrorism Act (PTA), en anglais).
Actualité
Journée-Internationale-Disparitions-Forcées_Sri-Lanka_20220830
Sri Lanka

Journée des personnes disparues au Sri Lanka

Le 30 / 08 / 2022
Le 30 août marque la Journée internationale des victimes de disparition forcée. Protection contre la torture ou les traitements cruels, inhumains ou dégradants, droit à un procès équitable, libertés d’opinion, d’expression ou de manifestation : derrière chaque disparition, ce sont autant de graves atteintes aux droits humains qui mettent en péril l’État de droit. L’ACAT‑France décide cette année de mettre en lumière le cas du Sri Lanka, où jusqu’à 100 000 personnes seraient toujours portées disparues. Retour sur un fléau qui mine la société sri lankaise d’après-guerre civile.
Appel du mois
AM 2022-09-Eknaligoda COVER
Sri Lanka

Je soutiens la famille de Prageeth Eknaligoda, porté disparu

Le 24 / 08 / 2022
Prageeth Eknaligoda, journaliste et caricaturiste sri lankais, a critiqué et dénoncé le gouvernement du président Mahinda Rajapaksa au cours de son premier mandat. Il a été enlevé le 24 janvier 2010. Douze ans après, sa famille demeure sans nouvelles de lui.