Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Actualité

Évacuation de la place de la République : réaction de l’ACAT

Dans son rapport sur le maintien de l’ordre, l’ACAT questionnait cette volonté de l’ordre à tout prix qui semble s’imposer en France, au mépris des violences, des blessures graves et des restrictions au droit de manifester qu’elle engendre. L’évacuation des occupants de la place de la République menée lundi 23 novembre en est un rappel douloureux. Un ordre qui piétine les droits des personnes étrangères, qui bafoue les règles déontologiques de l’intervention des forces de l’ordre et qui menace le droit d’informer ne peut être la réponse d’un Etat démocratique.
Maintien ordre
Le 25 / 11 / 2020

L’ACAT prend note de l’annonce faite par le parquet de Paris de l’ouverture de deux enquêtes pour des faits commis par des agents des forces de l’ordre au cours de l’évacuation de la place de la République le 23 novembre. Toutefois, le procès éventuel  de quelques faits isolés ne peut être une réponse satisfaisante au regard de la gravité des faits qui se sont déroulés en plein Paris, sur une place symbole de la République.

Les procès individuels, essentiels, ne peuvent plus suffire au regard de la gravité et de la répétition de ces incidents. L’examen, par une autorité indépendante, d’autres éléments est impératif pour déterminer les responsabilités, prononcer d’éventuelles sanctions si des manquements sont constatés et éviter que tels faits puissent se reproduire sur notre territoire.

Des réponses sont nécessaires sur ces points, sans qu’ils soient exhaustifs :

Comment s’est décidée la mobilisation des différentes unités déployées sur la place, certaines spécialisées, d’autres non ? Que contenaient les  ordres donnés par la préfecture de police, évacuation, destruction de biens, refoulement au-delà du  Paris intra-muros ? De quelle façon ont-ils été relayés par le commandement déployé sur place ? Comment ce commandement a-t-il réagi devant les premiers débordements impliquant certains de leurs subordonnés, à qui et comment ont-ils rendu compte de ce qui se passait, quelles consignes ont alors été transmises par la préfecture pour y mettre fin ? Que contiennent les rapports d’intervention soumis par le commandement à sa hiérarchie à l’issue de ces actions ? Quelles mesures ont été envisagées par la hiérarchie, notamment en termes d’établissement des faits et de sanctions potentielles ?

Il est également essentiel que le public soit informé des résultats de ces enquêtes et des mesures qui seront prises. La transparence, réclamée par l’ACAT dans son rapport, est un impératif pour restaurer la confiance et garantir la cohésion de la société.  Il ne s’agit pas de jeter l’opprobre sur une profession mais de rappeler le devoir d’exemplarité, ainsi que de questionner la responsabilité hiérarchique et une certaine conception du maintien de l’ordre.

 

 

Articles associés

Communiqué
Lettre-Ouverte-Guinée-20220614
Guinée

Appel au respect de la liberté d'association en Guinée

Le 09 / 06 / 2022
Nos organisations, Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT-France), Agir ensemble pour les droits humains (AEDH) et Human Rights Watch (HRW), sont profondément préoccupées de la détérioration du climat politique actuel en République de Guinée et du choix pris par le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), le 13 mai 2022, d’empêcher préventivement toutes manifestations de l’opposition et de la société civile en interdisant « toutes manifestations sur la voie publique, de nature à compromettre la quiétude sociale et l'exécution correcte des activités contenues dans le chronogramme jusqu'aux périodes de campagne électorale ».
Communiqué
Communiqué-Presse-Conjoint_Liberté-Manifestation-Guinée_20220525
Guinée

Guinée : la liberté de manifester déjà en danger

Le 25 / 05 / 2022
Le 13 mai 2022, le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), c’est-à-dire la junte militaire au pouvoir en Guinée, a décidé de l’interdiction de « toutes manifestations sur la voie publique de nature à compromettre la quiétude sociale […] jusqu’aux périodes électorales ». Sept organisations et collectifs de la société civile exigent le rétablissement immédiat du droit de manifestation pacifique.
Appel à mobilisation
AAM_Mumbere-Ushindi_Thumbnail_20220210
République Dém. du Congo

Il faut enquêter sur la mort d’un militant de la Lucha

Le 10 / 02 / 2022
Mumbere Ushindi alias Dodo, militant de 22 ans du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), est décédé, le lundi 24 janvier 2022, à l’hôpital de Beni des suites d’une blessure par balle. Un agent des forces de défense et de sécurité congolaises (FDS) lui avait tiré une balle dans le ventre, presqu’à bout portant, dans le quartier Kanzuli, à Beni, au cours de la répression d’une journée « ville-morte » dénonçant l’insécurité dans la région. Il s’agit du troisième militant de la Lucha tué à Beni, en différentes occasions au cours des trois dernières années, par les balles d’agents des FDS.