Action

Les migrants doivent pouvoir demander l'asile dans le pays de leur choix

L’ACAT dénonce « Dublin », un règlement injuste qui contraint les migrants à déposer leur demande d’asile dans le premier pays européen où ils arrivent, c’est-à-dire, majoritairement en Grèce, en Italie et plus récemment en Hongrie, qui doivent faire face à un afflux massif de migrants.
photopubli-REFUGIES-web
Crédits : AFP PHOTO / ANGELOS TZORTZINIS

Le 16 / 09 / 2015

Bassel a fui l’oppression et la guerre. Il veut vivre libre en Suède. A la frontière entre la Hongrie et l’Allemagne, Bassel regarde ses doigts avec angoisse. Il sait que son destin et celui de toute sa famille va se jouer à peu de choses : l’endroit où il donnera ses empreintes. Si elles sont prises en Suède, le pays où il aspire à s’installer, il sera logé, nourri, et pourra chercher un travail pendant que les autorités suédoises examineront sa demande d’asile. Si en revanche, c’est la police hongroise qui les prélève, son rêve s’arrêtera là : même s’il parvient à gagner la Suède, il ne pourra y rester. Il sera renvoyé en Hongrie où ses chances d’obtenir l’asile sont bien moindres.

Telle est la dure réalité du règlement de « Dublin » : un système kafkaïen qui interdit aux exilés de décider dans quel pays ils vont demander l’asile.

Le sort de Samir, Syrien soutenu par l’ACAT, est tout aussi kafkaïen. La France et la Suède jouent au ping pong avec lui, et se renvoient la responsabilité de l’accueillir. La France lui a accordé un visa, mais le hasard a fait qu’il a atterri en Suède, où on lui a pris ses empreintes. La Suède a refusé d’examiner sa demande puisque son visa est français. Arrivé en France, la « logique » de Dublin lui imposerait de retourner à Stockholm. Absurde. Inhumain.

L’ACAT dénonce « Dublin », un règlement injuste qui contraint les migrants à déposer leur demande d’asile dans le premier pays européen où ils arrivent, c’est-à-dire, majoritairement en Grèce, en Italie et plus récemment en Hongrie, qui doivent faire face à un afflux massif de migrants. En septembre 2015, sur plus de 350 000 exilés qui ont atteint les rives de l’Union européennes, 244 000 sont arrivées en Grèce.

Comme toute réponse sécuritaire au désespoir des migrants, le règlement de Dublin peut s’avérer mortifère : pour contourner ces règles, et passer les frontières, ils sont obligés de prendre des risques énormes.

Mais il n’y a pas que les ONG : aux Nations unies, certaines voix font le constat de l’échec systémique de ce règlement, et appellent les États européens à permettre aux demandeurs d’asile de déposer leur demande dans le pays de leur choix. De son côté, le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe s’est exprimé début septembre en faveur de la révision des règles de Dublin.

Synonyme d’errance, de renvois entre différents pays, et de délais d’attente extrêmement longs, Dublin impose des parcours d’exil absurdes pour des personnes déjà fragilisées. Jusqu’à quand l’Europe compte-t-elle pérenniser ce mécanisme injuste et défaillant ? Les demandeurs d’asile ont fui l’oppression pour être libres, libres de choisir leur pays d’accueil.

Signez la pétition

Frans Timmermans
Premier Vice-Président de la Commission européenne,
Chargé de l'amélioration de la législation, des relations interinstitutionnelles, de l'État de droit et de la Charte des droits fondamentaux

Monsieur le Premier Vice-Président,

L’Europe continue d’appliquer le règlement de Dublin, un mécanisme injuste et défaillant qui presse les migrants et les futurs demandeurs d’asile dans les États des frontières extérieures de l’Union européenne, en particulier la Grèce et l’Italie. L’application de ce mécanisme réduit fortement les droits des demandeurs d’asile, la qualité des conditions d’accueil dans ces pays, et sape les droits fondamentaux des demandeurs d’asile. Terre d’accueil, l’Europe et ses États membres doivent montrer davantage de solidarité et prendre acte de l’échec du mécanisme de Dublin. Le Parlement européen s’est engagé à réviser le règlement de Dublin. Il faut aller plus loin, et supprimer ce système injuste.

Nous vous demandons donc la suppression du mécanisme de Dublin pour tous les demandeurs d’asile, quelle que soit leur nationalité, pour que les migrants ne soient plus contraints à demander l’asile dans le premier pays  européen où ils arrivent.

Articles associés

Actualité
Elections-Europeens-2024_ACTU

le 9 juin, vous voterez aussi pour la dignité des réfugiés

Le 21 / 05 / 2024
À l’approche des élections européennes, l’ACAT-France alerte sur les enjeux inhérents à ces élections, notamment pour toutes les personnes contraintes de fuir les persécutions dans leur pays et trouver asile en Europe. Le faible taux de participation enregistré sur les scrutins passés contraste avec les impacts pourtant déterminants que pourraient avoir les futurs députés pour une Europe plus respectueuse des droits de l’Homme. Pour préserver la dignité humaine, chaque voix compte.
Actualité
VOEUX2024-ACTU

Des droits de l’Homme pour l’avenir

Le 17 / 01 / 2024
Yves Rolland, président de l’ACAT-France, vous adresse ses vœux 2024 alors que notre organisation marquera 50 années d’action pour les droits de l’Homme. Soyons fiers des victoires obtenues et restons mobilisés pour un monde sans torture ni peine de mort.
Actualité
ACAT_actu CFA23

Menacés d'exil : la nouvelle campagne de l'ACAT-France

Le 02 / 12 / 2023
En cette fin d’année, l’ACAT-France lance sa nouvelle campagne d’appel à la générosité intitulée « Menacés d’exil », afin d’alerter sur le sort des nombreuses victimes obligées de fuir leurs pays pour échapper à la torture, aux menaces de mort ou aux persécutions. Quand l’exil n’est pas un choix, l'ACAT-France appelle à la solidarité vis-à-vis de toutes celles et ceux qui subissent, partout dans le monde, de graves violations de leurs droits humains.
Notre magazine
actu H31 1160 x 600

Humains 31 - Abus de pouvoir : les chrétiens luttent

Le 16 / 11 / 2023
Veiller, résister, espérer : Dans le cadre de la lutte contre les abus de pouvoir au sein des Églises chrétiennes, des personnes et des collectifs résistent pour faire valoir leurs droits de citoyens et de fidèles. Ce dossier donne des outils psychologiques et bibliques pour prendre du recul, tout d’abord sur ses propres comportements et ses jugements. Il rappelle des figures chrétiennes contemporaines qui sont entrées dans une résistance légitime et exemplaire.