Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Sri Lanka
Action

Justice et protection pour une victime de torture

Agissez pour que soient poursuivis les tortionnaires d'Aberathna Bandara, un Sri Lankais détenu depuis février 2014 et qui subit des menaces de mort .
sri_lanka_securite jpg
Crédits : Felix Krohn / Flickr Creative Commons

Le 28 / 04 / 2014

Cette pétition est désormais fermée. Merci à tous les signataires de la pétition, nous vous informerons en cas de nouvelles évolutions.

 

Le soir du 7 février 2014, quatre policiers sont entrés dans la maison de M. A.A. Aberathna Bandara sans explication ni mandat. Ils l’ont menotté devant sa femme et son enfant de deux mois et l’ont emmené sans l’informer des motifs de son arrestation. Son épouse s’est rendue le lendemain au poste de police de Giriulla (district de Kegalle). Les agents ont nié le détenir. Sa femme s’est alors rendue dans tous les postes de police voisins. Quatre jours plus tard, elle a enfin été informée qu’il était bien en garde à vue au poste de Giriulla.

Elle a pu le voir et a constaté qu’il avait été torturé par les policiers. Il a indiqué avoir été suspendu par les pieds et battu, qu’il souffrait de douleurs au ventre et qu’il avait du sang dans les urines. Il était incapable de se tenir debout ou de se déplacer seul car il avait été frappé sur la plante des pieds.

Aberathna Bandara n’a été présenté devant un magistrat qu’au bout de 39 jours. Les policiers ont déclaré de façon fallacieuse qu’il s’était enfui et qu’il venait juste d’être ré-arrêté. Le magistrat a décidé de le maintenir en détention.

Son épouse a déposé une plainte et a appris, un mois plus tard, qu’une enquête avait été ouverte. Un inspecteur lui a alors demandé de retirer sa plainte contre une importante somme d’argent. Face au refus de la famille, il a menacé de mort Aberathna.

Aberathna Bandara, toujours détenu à la publication cet appel urgent, et sa famille demandent une protection, une enquête concernant les allégations de torture, ainsi que des poursuites judiciaires et des sanctions adaptées contre les auteurs de ces actes.

Menaces contre la société civile

Menaces, disparitions et assassinats de membres de la société civile se poursuivent dans le pays. Les auteurs de ces actes demeurent impunis. Des ministres du gouvernement assimilent publiquement les militants et journalistes, qui enquêtent sur les violations des droits de l’homme, à des « terroristes », « traîtres » ou « ennemis » de la patrie et incitent à la violence à leur encontre.

Des arrestations récentes de défenseurs des droits de l’homme (voir l'appel urgent de l’ACAT) ont envoyé un message fort d’intimidation. Elles constituent une menace très claire aux autres militants et à la société sri lankaise afin de les dissuader de critiquer le gouvernement et de dénoncer les atteintes aux libertés.

La torture, une pratique routinière

Près de cinq ans après la fin du conflit, le règne de l’arbitraire perdure au Sri Lanka. L’ACAT a publié un rapport sur le phénomène tortionnaire dans le pays. Elle constate que la torture demeure une pratique routinière et répandue ; l’impunité des tortionnaires y est généralisée. Placé sous l’emprise du pouvoir politique, le pouvoir judiciaire s’est effondré. Il est entravé dans tout effort de lutte contre l’impunité. Il n’y a pas d’enquête à la suite d’allégations de torture. Les tribunaux n’exercent plus de contrôle judiciaire indépendant dans la plupart des affaires et le procureur général protège les agents de l’État accusés de torture en bloquant les affaires pénales. Les victimes et les témoins sont régulièrement soumis à des intimidations et des représailles.

Articles associés

Actualité
Journée-Internationale-Disparitions-Forcées_Sri-Lanka_20220830
Sri Lanka

Journée des personnes disparues au Sri Lanka

Le 30 / 08 / 2022
Le 30 août marque la Journée internationale des victimes de disparition forcée. Protection contre la torture ou les traitements cruels, inhumains ou dégradants, droit à un procès équitable, libertés d’opinion, d’expression ou de manifestation : derrière chaque disparition, ce sont autant de graves atteintes aux droits humains qui mettent en péril l’État de droit. L’ACAT‑France décide cette année de mettre en lumière le cas du Sri Lanka, où jusqu’à 100 000 personnes seraient toujours portées disparues. Retour sur un fléau qui mine la société sri lankaise d’après-guerre civile.
Appel du mois
AM 2022-09-Eknaligoda COVER
Sri Lanka

Je soutiens la famille de Prageeth Eknaligoda, porté disparu

Le 24 / 08 / 2022
Prageeth Eknaligoda, journaliste et caricaturiste sri lankais, a critiqué et dénoncé le gouvernement du président Mahinda Rajapaksa au cours de son premier mandat. Il a été enlevé le 24 janvier 2010. Douze ans après, sa famille demeure sans nouvelles de lui.
Actualité
Sri-Lanka_Lutte-Impunité-2022
Sri Lanka

Sri Lanka : vers la fin de l'impunité ?

Le 28 / 07 / 2022
Le Sri Lanka connaît actuellement d’importants changements politiques à la suite des manifestations massives de la société civile qui ont débuté en mars 2022. La population, victime d’une crise économique sans précédent, a poussé le clan Rajapaksa, à la tête du pays depuis les élections de 2019, à la démission.
Actualité
Munoz disparitions forcées
ChineSri LankaMexiqueCorée du NordSyrieTchad

POURSUIVRE LE COMBAT CONTRE LES DISPARITIONS FORCEES

Le 16 / 12 / 2020
Le 23 décembre marque le 10ème anniversaire de l’entrée en vigueur de la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées. En ce jour, l’ACAT alerte sur l’étendue de ce crime, quotidiennement perpétré dans de nombreux pays. Un crime qui touche non seulement le /la disparu.e, mais également les proches, en proie à une insoutenable incertitude.