Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Notre magazine

HUMAINS N°14 - ÊTRE HUMAIN, ÊTRE DIGNE

Valeur centrale du mandat de l'ACAT, la dignité est aussi l'un des fondements du combat plus global en faveur des droits de l'homme. Dans ce dossier, l'ACAT donne la parole à un philosophe, un politologue, mais aussi à une ancienne personne détenue et à l'association ATD Quart Monde pour réaffirmer la dignité comme faisant intrinséquement partie de l'être humain.
01-H14-COVER
Le 06 / 11 / 2019

Edito

  • « La dignité transfigure les visages » (Brigitte Vilanova, vice-présidente orthodoxe de l'ACAT)

Focus

Regards sur le monde

Fondamentaux

  • L'ONU, ça ne sert à rien !

Une infographie à partager !
 

Dossier - Être humain, être digne

Agir

Télécharger Humains n°14 au format PDF

Articles associés

Notre magazine
H26_Cover

HUMAINS N°26 - JOURNÉE MONDIALE CONTRE LA PEINE DE MORT

Le 29 / 09 / 2022
En juin 2001 la déclaration pour une abolition universelle de la peine de mort était adoptée à Strasbourg lors du premier congrès mondial contre cette barbarie. Même si des progrès ont été accomplis et des victoires obtenues çà et là, la peine de mort reste hélas d’actualité. Ce dossier revient sur 20 ans d’actions. Plus que jamais, la Coalition mondiale contre la peine de mort est un lieu indispensable d’échanges et de soutien aux abolitionnistes du monde entier
Notre magazine
H25_Cover

HUMAINS N°25 - COMBATTRE LA TORTURE SOUS TOUTES SES FORMES

Le 31 / 05 / 2022
Nombreux sont ceux qui considèrent encore que les peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (PTCID) ne peuvent avoir des conséquences aussi graves ou aussi dramatiques que la torture. À l’occasion de la Journée internationale de soutien aux victimes de la torture (26 juin), l’ACAT-France rappelle que l’interdiction de la torture est un absolu qui ne souffre aucune dérogation.
Notre magazine
H24_Actu

HUMAINS N°24 - DROIT D'ASILE EN EUROPE : LA GRANDE TRAHISON ?

Le 04 / 04 / 2022
Si l’ACAT-France salue la mobilisation pour l’accueil des réfugiés ukrainiens, elle constate que c’est la première fois que la directive européenne relative à la « protection temporaire » est activée depuis sa création en 2001. Dès lors, n’est-il pas légitime de se demander pourquoi ce qui est possible aujourd’hui ne l’a pas été auparavant pour des demandeurs d’asile en provenance d’autres pays ?