Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
France
Communiqué

Plus qu'un mois avant la Nuit des Veilleurs 2022

Ensemble, portons la flamme de l’espérance pour soutenir les victimes de la torture !​ Comme chaque année depuis maintenant 17 ans, la Nuit des Veilleurs rassemblera chrétiens –   catholiques, protestants, orthodoxes – sympathisants, toutes générations confondues, mais également celles et ceux qui disent NON à la torture et sont sensibles à la défense des droits humains !
NDV2022_Main
Le 25 / 05 / 2022

Ensemble, portons la flamme de l’espérance pour soutenir les victimes de la torture !​ Comme chaque année depuis maintenant 17 ans, la Nuit des Veilleurs rassemblera chrétiens – catholiques, protestants, orthodoxes – sympathisants, toutes générations confondues, mais également celles et ceux qui disent NON à la torture et sont sensibles à la défense des droits humains !

Organisé par l’ACAT-France cet évènement œcuménique se déroulera en France, et à l’international. Le thème choisi cette année est :

« Discerner la vérité ; trouver le chemin  »

(Jean 14,6)

C’est à la fois dans le cadre du mandat de l’ACAT-France, ainsi que dans celui de la Journée internationale des Nations unies pour le soutien aux victimes de torture (26 juin), que depuis 2005, plus de 160 victimes ont été soutenues au cours de cet événement.

Alors, comment ?

Par la prière, l’envoi de messages et de courriers personnalisés à chacune des victimes (plus de 4 000 en 2021), ou tout simplement en allumant une bougie directement sur le site de la Nuit des Veilleurs : www.nuitdesveilleurs.fr

Cette chaine de fraternité propose aussi de sensibiliser autour de nous sur la violation des droits humains avec l’histoire racontée derrière de chaque vie, de prier pour elles grâce aux ressources du site mis à jour chaque année en fonction du thème.

Comment participer à cette Nuit des Veilleurs ?

Jusqu’en 2019, les chrétiens étaient invités à veiller pendant des évènements organisés près de chez eux : nuit de prière, veillées de feu, célébrations œcuméniques, concerts, processions aux lanternes… En 2020, il a fallu s’adapter pour respecter les gestes barrières imposés par la crise sanitaire. Le site internet a alors proposé des ressources spirituelles, des chants et des psaumes, le cas de victimes à soutenir, le suivi de victimes mises en lumière l’année précédente, avec en plus, la possibilité d’allumer une bougie virtuelle, de faire des dons via une obole et d’inscrire tout moment de recueillement personnel, en famille ou avec des amis proches pour s’y joindre par la pensée, au téléphone, à distance…

Cette Nuit des Veilleurs 2022, nous permet de nous retrouver, mais le site continue de proposer dès maintenant des ressources spirituelles. Avec une nouveauté : un livret téléchargeable proposant un exemple de célébration œcuménique.

Quel que soit le visage que prendra cette veillée, là où vous serez, l’important sera de se rassembler autour des victimes de la torture ou de mauvais traitements, dans un même élan spirituel et solidaire.

Rejoignez-nous pour faire vivre et grandir la flamme de l’Espérance !

Articles associés

Communiqué
RIO_Conférence-Presse_20220926
France

Nous saisissons la justice contre l'impunité policière

Le 26 / 09 / 2022
Il y a deux mois, nous avons sollicité le ministre de l’Intérieur afin de changer la réglementation sur le port du numéro « RIO » qui permet, en France, d’identifier policiers et gendarmes lors des opérations de maintien de l’ordre. Nous demandons que le non port du « RIO » soit plus souvent sanctionné et que le matricule des agents soit visible quelles que soient les circonstances. Des demandes pourtant simples pour lutter contre l'impunité qui n'a pas sa place dans un État de droit. Face à une fin de non-recevoir, nous saisissons désormais la justice pour contraindre le ministère.
Actualité
igpn_thumbnail
France

Rapport d’activité de l’IGPN : entre hausse de l’usage ...

Le 27 / 07 / 2022
L’Inspection générale de la police nationale vient de rendre public son rapport d’activité annuel : en 2021, 1093 enquêtes judiciaires lui ont été confiées dont la moitié relèvent d’allégations de violences commises par les forces de l’ordre. Un chiffre constant depuis 2020.