Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Sahara OccidentalMaroc
Communiqué

Gdeim Izik : six nouvelles plaintes contre le Maroc devant le Comité conte la torture

En cette date du 12ème anniversaire du démantèlement du campement de Gdeim Izik, l’ACAT‑France se félicite du dépôt de six nouvelles plaintes contre le Maroc devant le Comité contre la torture des Nations unies concernant six prisonniers d’opinion sahraouis membres du groupe de Gdeim Izik. Celles-ci s’inscrivent dans la suite des quatre plaintes déjà déposées par l’ACAT‑France et ses partenaires le 9 juin 2022.
Gdeim-Izik_Thumbnail
Le camp de Gdim Izik en octobre 2010. © Photo Miquel Garcia
Le 08 / 11 / 2022

Alors que l’on marque aujourd'hui les douze ans du démantèlement du campement de Gdeim Izik par les autorités marocaines, l’ACAT-France se félicite du dépôt de nouvelles plaintes devant le Comité contre la torture des Nations unies à Genève concernant six défenseurs sahraouis des droits humains, membres du « Groupe de prisonniers politique de Gdeim Izik ». Ces plaintes ont été rédigées et remises par nos partenaires, Me Francesca Doria, Me Brigitte Jeannot, Me Ingrid Metton, l’Association internationale des juristes démocrates (AIJD) avec France Weyl et la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH), et le soutien de la Ligue pour la protection des prisonniers politiques Sahraouis dans les prisons marocaines (LPPS).

Les six requérants, Mohamed Boutenguiza , Abdellahi Lakhfaouni, Sidi Ahmed Lemjiyed, Ahmed Sbai, Adbelahi Toubali et El Houssein Zaoui, demandent au Comité d’enquêter sur les sévices subis suite à leurs interpellations mais aussi durant leur longue de détention. Détenus dans des conditions inhumaines et dégradantes depuis douze ans, ils ont été condamnés définitivement par la Cour d’appel de Rabat en 2017, sur la base d’aveux obtenus sous la torture, à des peines allant de 20 ans de réclusion criminelle à la perpétuité.

Condamné à plusieurs reprises par le Comité contre la torture, le Maroc refuse systématiquement de se conformer aux décisions du Comité.

Suite à une plainte déposée par l’ACAT-France, le Comité avait condamné le Maroc en décembre 2016 pour avoir torturé Monsieur Naâma Asfari, porte-parole du camp. Sa femme, la défenseure des droits humains Claude Mangin et lui-même sont encore à ce jour, victimes de représailles répertoriées chaque année dans le rapport du Secrétaire général des Nations unies, le dernier étant paru en octobre 2022. En 2022, le Comité a de nouveau condamné le Maroc pour les actes de torture commis sur deux autres membres du même groupe de Gdeim Izik.

En juin 2022, l’ACAT-France et des partenaires avaient déjà déposé auprès du Comité quatre plaintes de requérants sahraouis, dont trois membres du groupe dit de Gdeim Izik et un membre du groupe dit d’El Ouali. L’ACAT-France avait notamment présenté le cas de Mohamed Lamine Haddi, qui a mené plusieurs grèves de la faim pour protester contre ses conditions d’emprisonnement et sa détention arbitraire.


Contact presse :

Louis Linel, chargé de communication et plaidoyer
communication@acatfrance.fr | +33 1 40 40 74 10 | +33  6 27 76 83 27

Articles associés

Bonne nouvelle
BN-Rida-Benotmane-202404
Maroc

Le journaliste Rida Benotmane est libre !

Le 18 / 04 / 2024
Condamné pour ses opinions, le journaliste Rida Benotmane, a été libéré le 9 mars dernier, après avoir purgé une peine d’un an et demi de prison. Il avait été arrêté à la suite de contenus postés sur les réseaux sociaux puis condamné à trois ans de prison, avant de voir sa peine réduite en appel. L’ACAT-France dénonce la torture subie par Rida Benotmane qui est resté à l'isolement en permanence. Elle rappelle l’importance de la liberté de la presse et de la liberté d’expression en démocratie.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette4
Maroc

Libérons Saïda el Alami, condamnée pour ses propos sur les ...

Le 28 / 06 / 2023
La militante des droits humains Saïda El Alami a été condamnée le 25 mai à deux ans d’emprisonnement dans une nouvelle affaire, alors qu’elle purge déjà une peine de trois ans pour avoir simplement exprimé son opinion sur les réseaux sociaux.
Communiqué
Hassan-Al-Rabea
MarocArabie Saoudite

Pourquoi Hassan al-Rabea a-t-il été extradé ?

Le 13 / 02 / 2023
Dans une lettre ouverte au Premier ministre du Maroc, 24 organisations signataires demandent des explications sur l'extradition de Hassan al-Rabea vers l'Arabie saoudite qui souhaite le poursuivre pour terrorisme. Issu de la minorité chiite, victime de discrimination, son extradition l'expose à de nombreux risque de persécutions et de torture.