Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
IsraëlPalestine
Communiqué

Droit légitime à la sécurité pour les Israéliens et respect du droit international vis-à-vis des Palestiniens

L’ACAT-France condamne fermement l’attaque à grande échelle lancée le 7 octobre 2023 par le Hamas contre Israël. Le peuple israélien a le droit légitime à la sécurité. Pour autant, les menaces d’élimination de milliers de Palestiniens qu’Israël veut détruire sont contraires au droit international. Il faut éviter à tout prix ce que l’ONU qualifie déjà de tragédie.
Israël
Des Palestiniens marchent avec leurs valises à la recherche d'un endroit sécurisé. © Photo Mahmud Hams/AFP
Le 13 / 10 / 2023

En ce qu’il frappe sans distinction des personnes du seul fait qu’elles sont désignées comme membres d’une communauté déterminée, le terrorisme est injustifiable en tout lieu et en toutes circonstances.

Chrétiens engagés, nos liens avec le judaïsme nous font d’autant plus ressentir et partager les souffrances causées par les attaques mortelles, aveugles, destructrices du Hamas et comprendre le désir d’Israël de se protéger de ces crimes.

Si nous reconnaissons au peuple d’Israël un droit légitime à la sécurité, nous avons l’obligation de nous élever contre une politique qui consisterait à « éliminer » des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants décrits comme des « animaux » qu’il s’agirait de détruire, au seul prétexte de leur proximité géographique avec un mouvement terroriste dans ce qui est reconnu internationalement comme une immense prison à ciel ouvert.

Les Nations unies ont indiqué avoir été informées par l’armée israélienne qu’environ 1,1 million de Palestiniens résidant dans le nord de la bande de Gaza devaient se déplacer au sud de l’enclave sous 24 heures, ce qui laisse envisager l’imminence d’une offensive au sol.

Faire le siège total d’un territoire palestinien que l’on prive pour une durée indéterminée de tout accès et de tout approvisionnement, alors que l’on sait que ses habitants n’ont nulle part où aller, est contraire au droit international et constitue un crime de guerre comme l’a rappelé l’ONU.

Nous attendons des femmes et hommes politiques ainsi que des citoyennes et citoyens d’Israël qu’ils trouvent la force de dépasser le désir de vengeance pour proposer une solution politique durable, seule perspective d’éradiquer un jour le terrorisme.

Yves Rolland, président de l'ACAT-France.

Luc Bellière, vice-président protestant de l'ACAT-France.

Bernadette Forhan, vice-présidente catholique de l'ACAT-France.

Brigitte Vilanova, vice-présidente orthodoxe de l'ACAT-France.


Contact presse :

Barthélemy Dioh, directeur de la communication
direction-communication@acatfrance.fr | +33 1 40 40 40 25

Articles associés

Communiqué
CeasefireNOW
FranceIsraëlPalestine

Notre tribune collective d'ONG pour un cessez-le-feu à Gaza

Le 19 / 12 / 2023
L'ACAT-France, au sein d'une une large coalition d'ONG, interpelle le président de la République et demande un cessez-le-feu à Gaza. Le déluge de bombes que la population subit constitue une véritable torture à laquelle il est impératif de mettre fin immédiatement.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette10
IsraëlPalestine

Des arrestations et des mauvais traitements en forte hausse

Le 29 / 11 / 2023
Alors que la Guerre entre Israël et le Hamas a fait plus de 15 000 morts dans la Bande de Gaza, une trêve a permis de libérer des otages contres des prisonniers palestiniens, ainsi que le passage de centaines de camions chargés d’aide humanitaire. Mais dans les prisons israéliennes et en Cisjordanie, la situation est des plus préoccupantes, avec chaque jour des arrestations et des morts.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette4
IsraëlPalestine

Exigeons le cessez-le-feu à Gaza pour sauver les civils

Le 25 / 10 / 2023
En réaction à la terrible attaque du 7 octobre 2023 par le Hamas entraînant la mort de plus de 1000 victimes civiles, l’armée israélienne mène depuis de très nombreux bombardements et impose un siège complet de la bande de Gaza. Une nouvelle fois, les civils en sont les premières victimes.