Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
République Dém. du Congo
Communiqué

Des images contre le silence : l’impunité doit cesser en RDC !

L’ACAT-France soutient la sortie en salle, ce mercredi 16 mars, du dernier film de Thierry Michel, L’Empire du silence. Une plongée au cœur de la République démocratique du Congo (RDC) où l’impunité règne depuis 1993.
EDS_Visuel-Site_Main
Le 15 / 03 / 2022

>> Télécharger le communiqué de presse

Depuis les années 1990, un cycle de violences et d’impunité s’est cristallisé en RDC. Deux guerres successives, impliquant au moins sept puissances étrangères régionales et une multitude de groupes armés locaux, ont conduit à des violations massives des droits humains. Assassinats, viols, tortures... Les guerres terminées, leurs répercussions restent fortes : les plaies du passé sont laissées à vif, et de graves violences émaillent et déchirent toujours le pays.

Cette histoire longue constitue la toile de fond de L’Empire du silence. Le film revient sur le rôle de plusieurs responsables militaires et politiques, d’hier et d’aujourd’hui, qui n’ont à ce jour jamais été réellement inquiétés par la justice… ou qui, pour certains, gravitent autour du nouveau président congolais Félix Tshisekedi, pourtant symbole d’espoir lorsqu’il est élu en 2019. Le film de Thierry Michel dévoile ainsi un plaidoyer vibrant contre l’impunité, une situation que l’ACAT-France, partenaire du film, dénonce depuis des années.

Beaucoup de ces exactions seraient qualifiables de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre, voire de crimes de génocide, habituellement considérés comme les crimes les plus graves. Or, la documentation à leur sujet ne manque pas. Les Nations unies ont par exemple procédé à l’inventaire de 617 incidents violents commis entre 1993 et 2003, répertoriés dans le « Rapport Mapping ». En vain, car ce dernier dort dans un tiroir depuis octobre 2010, tandis que d’autres violences ont lieu, comme celles attestées dans la région du Kasaï depuis août 2016.

Seule manque, en définitive, une position politique prête à engager en RDC des mesures d’ampleur, capables d’enrayer ce cycle de la violence et de l’impunité.

L’impunité prive les personnes victimes d’une nécessaire reconnaissance, et leur interdit vérité et réparation. Au surplus, elle empêche la société congolaise de bâtir un esprit de concorde où domine durablement le respect des droits humains. Pendant ce temps, les responsables des crimes passés se maintiennent au pouvoir.

Il est urgent d’agir pour éviter que ces drames se poursuivent ou se réitèrent. À cette occasion, et afin que les Congolais puissent enfin vivre en paix, l’ACAT-France appelle une nouvelle fois les autorités congolaises à mettre en place un mécanisme de justice transitionnelle indépendant et impartial en vue d’établir les responsabilités, rendre justice et réparer les préjudices.


Contact presse :

Louis Linel, Chargé de communication et plaidoyer
communication@acatfrance.fr | +33 1 40 40 74 10 | +33  6 27 76 83 27

Articles associés

Communiqué
 Felix-Tshisekedi_Thumbnail
République Dém. du Congo

Non au rétablissement de la peine de mort en RDC !

Le 08 / 02 / 2024
Alors qu’un conflit armé déchire l’est de la République démocratique du Congo, le ministre de la Défense a plaidé, le 5 février 2024, pour l’exécution des personnes coupables de « trahison ». Le spectre de la peine de mort, aussi inhumaine qu’inutile, ressurgit après 20 ans sans exécutions. L’ACAT-France et 76 partenaires appellent le président Félix Tshisekedi, nouvellement réélu, à protéger les droits de l’Homme.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette9
République Dém. du Congo

Stanis Bujakera Tshiamala doit être libéré !

Le 07 / 02 / 2024
Le journaliste congolais Stanis Bujakera Tshiamala croupit dans une cellule de la prison de Makala à Kinshasa. Il est arbitrairement détenu depuis le 8 septembre 2023, date à laquelle il a été arrêté à l'aéroport de Ndjili à Kinshasa.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette9
République Dém. du Congo

Appel à une enquête indépendante sur Goma !

Le 10 / 10 / 2023
La fin du procès rapide devant la cour militaire du Nord-Kivu de six militaires impliqués dans le massacre de Goma, survenu le 30 août 2023, et la condamnation de quatre d’entre eux – dont un haut gradé – n’exonère pas les autorités congolaises de diligenter une enquête indépendante et impartiale pour établir l’ensemble des faits et toutes les responsabilités dans ce massacre de plus de 50 civils non armés.