Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
ArgentineFrance
Bonne nouvelle

La Cour de Cassation accepte l'extradition de Mario Sandoval

La Cour de Cassation a rendu une décision historique en rejetant le pourvoi formé par un ancien officier de la police fédérale argentine, Mario Sandoval, réclamé par la Justice argentine pour les crimes contre l’humanité qu’il aurait commis durant la dictature argentine 1976-1983.
2_-_beatriz_flia_y_carlos_loza-912ae_1
Le 24 / 05 / 2018

Cette décision pourrait marquer un revirement de la jurisprudence de la Cour qui vient enfin d’accepter l’extradition d’une personne accusée de crimes contre l’humanité.

Nos associations se réjouissent vivement de cette décision historique ainsi que la famille de la victime Hernan Abriata et en particulier sa mère Beatriz, âgée de 92 ans.

Nous appelons dès à présent le gouvernement français à, dans les plus brefs délais, procéder à la signature du décret d’extradition. Il doit également veiller à ce que Mario Sandoval ne cherche pas à s'échapper.

Signataires :

La famille d’Hernan Abriata 

ACAF - Assemblée de citoyens argentins en France

ACAT - Action des chrétiens pour l’abolition de la torture
FAL - France Amérique latine
FIDH - Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme

LDH - Ligue des droits de l’homme

CAJ - Comité de Acción Jurídica

CELS - Centro de Estudios Legales y Sociales

LADH - Liga Argentina por los derechos del hombre

 

Note aux rédactions :

Vous trouverez pour de plus amples informations :

  •  ici des éléments d’analyse sur le dossier Sandoval défendu par l’ACAT France
  • Ci- dessous une vidéo de Carlos Loza , qui revient notamment sur le cas Sandoval

 

 

Articles associés

Communiqué
RIO_Conférence-Presse_20220926
France

Nous saisissons la justice contre l'impunité policière

Le 26 / 09 / 2022
Il y a deux mois, nous avons sollicité le ministre de l’Intérieur afin de changer la réglementation sur le port du numéro « RIO » qui permet, en France, d’identifier policiers et gendarmes lors des opérations de maintien de l’ordre. Nous demandons que le non port du « RIO » soit plus souvent sanctionné et que le matricule des agents soit visible quelles que soient les circonstances. Des demandes pourtant simples pour lutter contre l'impunité qui n'a pas sa place dans un État de droit. Face à une fin de non-recevoir, nous saisissons désormais la justice pour contraindre le ministère.
Actualité
igpn_thumbnail
France

Rapport d’activité de l’IGPN : entre hausse de l’usage ...

Le 27 / 07 / 2022
L’Inspection générale de la police nationale vient de rendre public son rapport d’activité annuel : en 2021, 1093 enquêtes judiciaires lui ont été confiées dont la moitié relèvent d’allégations de violences commises par les forces de l’ordre. Un chiffre constant depuis 2020.