Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Burundi
Bonne nouvelle

Burundi : Tony Germain Nkina libéré !

L'ACAT-France salue l'acquittement puis la libération, en cette fin d'année 2022, de Tony Germain Nikina et de son client Apollinaire Hitimana. Il était le dernier défenseur des droits humains emprisonné au Burundi, à la suite d'un procès injuste qui l'avait condamné pour de prétendus actes de complicité avec des attaques qui ont secoué le pays. Pour seules preuves, l'accusation pointait son travail de défenseur au sein de l'Association pour la protection des droits humains et des personnes détenues.
Tony-Germain-Nkina_Libération_20221228
Le 28 / 12 / 2022

L’avocat et défenseur des droits humains, Maître Tony Germain Nkina, et son client, Apollinaire Hitimana, ont été libérés le 27 décembre 2022 après avoir été acquittés par la cour d’appel de Ngozi le 20 décembre 2022. Le 8 décembre 2022, la Cour suprême de Bujumbura avait annulé leur condamnation à cinq ans de prison, survenue le 15 juin 2021 à l’issue d’un procès inique puis confirmée le 29 septembre 2021. Le 7 octobre 2022, cette Cour suprême avait tenu une brève audience concernant ce dossier et avait 60 jours pour prononcer son jugement final.

Tony Germain Nkina avait été arrêté le 13 octobre 2020 dans la province de Kayanza – située dans le nord du Burundi – alors qu’il rendait visite à son client, Apollinaire Hitimana, dans la commune de Kabarore pour une affaire de litige foncier. Accusé d’avoir collaboré avec le groupe armé RED-Tabara, Tony Germain Nkina avait été condamné, le 15 juin 2021, à cinq ans de prison ferme pour « collaboration avec les rebelles qui ont attaqué le Burundi » par le tribunal de Kayanza. Ce verdict était tombé à l’issue d’une parodie de procès où les seuls éléments de preuve produits contre lui étaient en relation avec son travail passé de défenseur des droits humains au sein de l'Association pour la protection des droits humains et des personnes détenues (APRODH). En tant qu’ancien représentant local de l’APRODH dans la province de Kayanza, Tony Germain Nkina a longtemps fourni une assistance juridique aux victimes de violations des droits humains.

L’avocat du défenseur des droits humains avait interjeté appel devant la Cour d'Appel de Ngozi le 16 juillet 2021. Le 29 septembre 2021, la cour d’appel de Ngozi avait confirmé la condamnation en première instance. Une fois de plus, le parquet avait été incapable de fournir la moindre preuve de collusion entre l’avocat et RED-Tabara ni de présenter le moindre témoin à charge. Fin novembre 2021, l’avocat de Tony Germain Nkina avait fait appel devant la Cour suprême, en dernier ressort judiciaire.

L’ACAT-France se réjouit de l’acquittement de Maître Tony Germain Nkina et son client Apollinaire Hitimana, et de leur libération à venir après plus de 2 ans d’emprisonnement injuste au Burundi.


Pour aller plus loin :

> Notre appel à mobilisation du 17 novembre 2022 : « Il faut faire libérer le dernier défenseur des droits humains emprisonné ! »

Articles associés

Appel à mobilisation
Tony-Germain-Nkina_Main
Burundi

Il faut faire libérer le dernier défenseur !

Le 17 / 11 / 2022
Tony Germain Nkina est le dernier défenseur des droits humains emprisonné au Burundi. Il est emprisonné depuis le 13 octobre 2020. Le 7 octobre 2022, la Cour suprême de Bujumbura a tenu une audience concernant son dossier. Elle a maintenant 60 jours pour prononcer son jugement final.
Appel à mobilisation
AAM_Militaires-Burundi_Thumbnail_20220519
Burundi

Des militaires détenus arbitrairement depuis 7 ans

Le 18 / 05 / 2022
Ernest Nyabenda, Patrick Nsengiyumva, Cadeau Bigirumugisha et Alexis Sebahene sont des militaires de l’armée nationale, la Force de défense nationale du Burundi (FDNB). Accusés sans preuves d’être mêlés à l’assassinat du général Adolphe Nshimirimana – survenu le 2 août 2015 – sur la base de leur appartenance ethnique ces militaires issus de l’ancienne armée régulière, ont été arrêtés sans aucun mandat.
Communiqué
Communiqué-Presse_Levée-Sanctions-UE-Burundi_Main_20220209
Burundi

L'UE lève ses sanctions au Burundi

Le 09 / 02 / 2022
Le Conseil de l’Union européenne (UE) a annoncé la levée des sanctions décidées en 2016 à l’encontre du Burundi, « [prenant] acte des progrès accomplis par le gouvernement burundais en ce qui concerne les droits de l'homme ». Une prise de position politique, en violation avec les valeurs de l’Union européenne, qui constitue un mépris flagrant pour la situation au Burundi.