République Dém. du Congo
Actualité

Trois militants injustement en prison

Bienvenu Matumo, Marcel Héritier Kambale Kapitene et Victor Tesongo sont en prison du fait de leurs activités militantes en faveur de la démocratie dans leur pays, la République démocratique du Congo (RDC). Leur place n'est pas en prison. Mobilisons-nous pour qu'ils soient libérés !
Victor Tesongo Bienvenu Matumo Héritier Kapitene
Le 24 / 06 / 2016

Le 20 mai 2016, Bienvenu Matumo, Marcel Héritier Kambale Kapitene, membres de Lutte pour le changement (LUCHA), et Victor Tesongo, militant de l’opposition, ont été condamnés à un an de prison pour avoir, soit disant, distribué des tracts mensongers.

Les 15 et 16 février 2016, Victor Tesongo puis Bienvenu Matumo et Marcel Héritier Kambale Kapitene ont été arrêtés à Kinshasa, la capitale, alors que se préparait l’opération « ville morte », organisée par l’opposition et la société civile afin de protester contre le retard accumulé dans l’organisation de l’élection présidentielle devant normalement se tenir en novembre 2016, d’après la Constitution. Ces trois jeunes sont des militants actifs en faveur du respect de la Constitution. En les arrêtant, les autorités ont voulu déstabiliser la tenue de cette opération « ville morte » et les punir de leurs activités pacifiques.

Le 20 mai, ils ont été condamnés à un an de prison pour avoir distribué des tracts mensongers, qui n’étaient pas les leurs et qu’ils n’ont, en réalité, pas distribués. Les charges retenues contre eux sont « incitation à la désobéissance civile » et « propagation de fausses nouvelles ». Or, les tracts à propos desquels ils ont été condamnés n’incitent en aucun cas à la désobéissance civile ni ne propagent de fausse nouvelle…

A l’issue du verdict, le directeur du bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme, José Maria Aranaz, s’est dit très préoccupé par « l’instrumentalisation persistante de la justice, la criminalisation de la société civile ». Les avocats de la défense ont indiqué qu’ils avaient l’intention de se pourvoir en appel.

 

Contexte

 

Qui est le mouvement citoyen congolais Lutte pour le changement (LUCHA) ?

Il s’agit d’un mouvement de jeunes, créé en 2012, à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, située dans l’est de la RDC. LUCHA organise des actions pacifiques (sit-in, marches, mobilisation des réseaux sociaux) sur des sujets relatifs aux droits fondamentaux des citoyens congolais (droits économiques, sociaux et politiques). Il s’agit d’une nouvelle forme de mobilisation citoyenne, particulièrement mobilisatrice auprès de la jeunesse.

Un pouvoir de plus en plus répressif

Depuis janvier 2015, le régime au pouvoir harcèle de manière continue les membres de la société civile et de l’opposition qui se mobilisent en vue du respect de la Constitution. Cette Constitution ne prévoit que deux mandats présidentiels de suite. Le Président Joseph Kabila achève son second mandat en novembre 2016. Le 11 mai 2016, la Cour constitutionnelle l’a pourtant autorisé à rester en poste en cas de report du scrutin présidentiel. Auparavant, son gouvernement avait tenté en vain de modifier la Constitution ou les règles électorales afin de lui permettre de se maintenir au pouvoir. Face à la mobilisation citoyenne, ces tentatives avaient échoué. La décision contestée de la Cour constitutionnelle vise de nouveau à permettre au président en place, sous un vernis pseudo-démocratique, de se maintenir au pouvoir alors que son gouvernement a délibérément retardé la planification de l’élection présidentielle. Cette situation risque de faire replonger le pays dans une instabilité politique aux conséquences dévastatrices pour les droits de l’homme et leur respect, dans un pays où les armes circulent librement et où l’usage de la violence politique est endémique depuis plusieurs décennies.

Une augmentation du nombre de prisonniers d’opinion dans le pays

Il y aurait actuellement plus d’une vingtaine de prisonniers politiques et d’opinion en RDC dont Fred Bauma et Yves Makwambla, deux jeunes membres de Lucha et Filimbi, un autre mouvement citoyen, incarcérés depuis mars 2015 et toujours en attente de jugement.

 

Pour de plus amples informations sur la RDC : http://www.acatfrance.fr/actualites/?pays=COD

 

Vous pouvez agir en leur faveur en envoyant cette lettre.

Articles associés

Bonne nouvelle
BN-STANIS-BUJAKERA-202403
République Dém. du Congo

Stanis Bujakera Tshiamala enfin libre !

Le 20 / 03 / 2024
Bonne nouvelle pour les droits de l’Homme : le journaliste Stanis Bujakera Tshiamala, qui avait été condamné à 6 mois de prison en République démocratique du Congo, est libre. Les autorités lui reprochaient la publication d’une note des services de renseignements, qu’elles affirment être un faux. Problème, le document était authentique. Ce procès bâclé a gravement porté atteinte à la liberté de la presse. L’ACAT-France, qui s’était mobilisée pour lui, se réjouit de sa libération.
Communiqué
 Felix-Tshisekedi_Thumbnail
République Dém. du Congo

Non au rétablissement de la peine de mort en RDC !

Le 08 / 02 / 2024
Alors qu’un conflit armé déchire l’est de la République démocratique du Congo, le ministre de la Défense a plaidé, le 5 février 2024, pour l’exécution des personnes coupables de « trahison ». Le spectre de la peine de mort, aussi inhumaine qu’inutile, ressurgit après 20 ans sans exécutions. L’ACAT-France et 76 partenaires appellent le président Félix Tshisekedi, nouvellement réélu, à protéger les droits de l’Homme.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette9
République Dém. du Congo

Stanis Bujakera Tshiamala doit être libéré !

Le 07 / 02 / 2024
Le journaliste congolais Stanis Bujakera Tshiamala croupit dans une cellule de la prison de Makala à Kinshasa. Il est arbitrairement détenu depuis le 8 septembre 2023, date à laquelle il a été arrêté à l'aéroport de Ndjili à Kinshasa.