Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
France
Actualité

«Rétablir la peine de mort nous couperait de l’Europe »

A quelques jours des élections départementales, la présidente du Front national, Marine Le Pen, a réaffirmé son positionnement en faveur de la peine capitale. La peine de mort est non seulement barbare mais inutile, lui rétorque Jean-Etienne de Linares, délégué général de l’ACAT.
france_marine_le_pen_2
Crédits : Blandine le Cain / Flickr Creative Commons
Le 19 / 03 / 2015

A quelques jours des élections départementales, la présidente du Front national, Marine Le Pen, a réaffirmé son positionnement en faveur de  la peine capitale. La peine de mort est non seulement barbare mais inutile, lui rétorque Jean-Etienne de Linares, délégué général de l’ACAT. Elle couperait aussi la France de la communauté internationale et de l’Europe.

Interview de Jean-Etienne de Linares sur Europe 1 :

Revenir à la peine de mort en France, est-ce envisageable ? Quelles en seraient les conséquences ?

J.E de Linares : Théoriquement ça n’est pas impossible mais serait inefficace, inhumain et très problématique sur le plan diplomatique. Sur le plan international, on ne peut juridiquement pas rétablir la peine de mort car la France a ratifié un traité onusien par lequel elle s’est engagée à abolir la peine capitale de manière irrévocable. Au niveau européen, elle a également ratifié des textes où elle renonce à la peine capitale. Il faut rappeler qu’aujourd’hui, pour entrer dans l’Europe, il faut avoir aboli la peine de mort!  Revenir sur ces textes reviendrait donc à créer une scission avec le reste de l’Europe. Surtout, cela reviendrait à créer une  souffrance et des injustices atroces car on sait que la justice envoie à la potence bien des innocents… sans rien résoudre.

La peine de mort ne peut-elle pas constituer un rempart contre le terrorisme ?

J.E de Linares : En aucun cas. Peut-on imaginer un seul instant que des gens qui souhaitent mourir en martyrs puissent en avoir peur ? C’est ridicule ! La peine de mort sert à une seule chose : donner l’illusion aux citoyens que leur gouvernement agit avec fermeté. D’ailleurs, la peine de mort n’a jamais servi à rien, ni contre le terrorisme, ni contre les autres types de crimes. En France par exemple, il y a en gros un petit millier de meurtres par an : c’était le cas quand la peine de mort était en vigueur, c’est le cas aujourd’hui. Qu’il y ait ou non la peine capitale n’y change rien.

Au niveau mondial, comment la situation évolue-t-elle ?

J.E de Linares : On est face à un mouvement contradictoire : d’un côté, il y  a un mouvement massif - et c’est heureusement celui qui prédomine - vers l’interdiction totale de la peine de mort. La moitié des pays ont aboli la peine  de mort et une quarantaine d’autres appliquent un moratoire de fait. Fin 2014, un vote record de 117 États s’est aussi prononcé à l’ONU en faveur d’un moratoire universel. Mais, parallèlement, on assiste à un retour en arrière inquiétant dans plusieurs pays : fin 2014, le Pakistan et la Jordanie ont levé le moratoire sur la peine capitale qui existait depuis six ans dans un cas, huit dans l’autre. Aux Maldives, la peine de mort a été rétablie même pour les mineurs : théoriquement, un enfant de sept ans peut y être exécuté ! On atteint le sommet de l’horreur. Face à cela, il est indispensable de rappeler, partout, que la peine de mort doit être combattue. A ce titre, le sondage disant que 50% des français seraient favorables au rétablissement de la peine de mort est inquiétant. Il est de notre devoir, à chacun, de dire qu’exécuter des hommes est inacceptable et ne permet pas d’en sauver d’autres. Nous ne voulons pas vivre dans un monde où la vengeance se substitue à la justice.

Articles associés

Communiqué
VDA22_DroitsHumains_site-acat
France

Vos dons agissent 2022 : découvrez la nouvelle campagne consa...

Le 03 / 10 / 2022
Ce lundi 3 octobre, France générosités dont l'ACAT-France est membre, lance sa grande campagne annuelle de sensibilisation à la générosité. Une action collective et solidaire portée par les 131 associations et fondations de France générosités autour d’un message commun « Vos Dons Agissent ».
Communiqué
RIO_Conférence-Presse_20220926
France

Nous saisissons la justice contre l'impunité policière

Le 26 / 09 / 2022
Il y a deux mois, nous avons sollicité le ministre de l’Intérieur afin de changer la réglementation sur le port du numéro « RIO » qui permet, en France, d’identifier policiers et gendarmes lors des opérations de maintien de l’ordre. Nous demandons que le non port du « RIO » soit plus souvent sanctionné et que le matricule des agents soit visible quelles que soient les circonstances. Des demandes pourtant simples pour lutter contre l'impunité qui n'a pas sa place dans un État de droit. Face à une fin de non-recevoir, nous saisissons désormais la justice pour contraindre le ministère.