Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Rwanda
Actualité

Rapport Mapping: J'agis pour que Laurent Nkunda soit jugé

Le général Laurent Nkunda, ex-chef de guerre congolais dont le nom apparaît dans le « Rapport Mapping » des Nations unies, a disparu des radars depuis plus de 10 ans. Il se fait discret au Rwanda, pays dans lequel il a été officiellement arrêté le 22 janvier 2009. Il y bénéficie d’une impunité notoire.
photo AM fevrier
Le 21 / 01 / 2021

Le 1er octobre 2010, le Haut-commissariat aux droits de l’Homme des Nations unies rend public le « Rapport Mapping », un inventaire de 617 incidents violents commis entre 1993 et 2003 en République démocratique du Congo (RDC) ayant occasionné des violations graves des droits humains.
Parmi les responsables présumés de ces exactions, le nom de Laurent Nkunda est plusieurs fois cité. Pour les auteurs du rapport, ce chef de guerre congolais a sévi dans les deux provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu à partir de 1998. Alors officier au sein de l’Armée patriotique rwandaise, il rejoint le Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD-Goma), un nouveau groupe armé, créé et soutenu par le Rwanda dans l’est de la RDC pour combattre le gouvernement congolais. Laurent Nkunda prend le poste de commandant de la Septième Brigade, qui commet à plusieurs reprises de graves violations des droits humains dont des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité.

Des crimes imputables aux soldats de Laurent Nkunda


Les premiers crimes publiquement connus, imputables à Laurent Nkunda et à ses soldats, remontent à mi-mai 2002 lorsqu’ils sont envoyés à Kisangani pour mater une mutinerie de militaires et de policiers congolais. Selon les Nations unies, plus de 160 exécutions sommaires ont été commises par ses hommes, ainsi que des viols et des pillages. Laurent Nkunda est présent sur beaucoup de scènes de massacres.
Après 2003, le chef de guerre continue à diriger d’autres groupes armés violents jusqu’à son arrestation sur le territoire rwandais le 22 janvier 2009.

Laurent Nkunda bénéfice d’une impunité de fait au Rwanda

Il est assigné à résidence à Kigali, dans un lieu gardé secret. Aucun motif officiel ni inculpations précises ne sont fournis par les autorités rwandaises pour justifier sa détention. Les autorités congolaises demandent à ce qu’il soit extradé vers la RDC pour y être jugé mais le Rwanda refuse, sous prétexte que la peine de mort est toujours en vigueur en RDC. Le 26 mars 2010, la Cour suprême du Rwanda décide, qu‘ayant été capturé par l’armée rwandaise, Laurent Nkunda devra être jugé devant un tribunal militaire au Rwanda. Ensuite, plus rien... Est-il encore détenu ? Est-il libre ? Cela fait maintenant plus de 10 années qu’on ne sait plus rien sur la situation judiciaire de Laurent Nkunda au Rwanda. Une chose est sûre, ses victimes attendent que justice soit faite. Il est de la responsabilité du Rwanda de le juger pour les crimes qu’il a commis en RDC conformément au droit international humanitaire et aux Conventions de Genève de 1949.

Je télécharge la lettre d'interpellation


 

Articles associés

Appel à mobilisation
dieudonne
Rwanda

Allégations de torture sur un journaliste

Le 06 / 07 / 2022
Le reporter Dieudonné Niyonsenga – alias Cyuma Hassan – condamné, en novembre 2021, à sept ans de prison – aurait fait l’objet d’actes de torture en prison. Malgré plusieurs témoignages en ce sens de personnes l’ayant rencontré, les autorités judiciaires rwandaises n’ont entrepris, jusqu’à ce jour, aucune enquête pour établir les faits et les responsabilités éventuelles.
Appel à mobilisation
AAM_Aimable-Karasira_Thumbnail_20220616
Rwanda

Allégations de torture sur un activiste rwandais

Le 16 / 06 / 2022
Aimable Karasira a déclaré, le 30 mai 2022, devant la justice rwandaise qu’il a fait l’objet de tortures au sein de la prison de Nyarugenge. Il a également indiqué que d’autres détenus considérés comme dissidents faisaient l’objet d’un tel traitement de la part des autorités pénitentiaires. Face à de telles allégations, l’Union européenne et la France doivent se saisir de sa situation et veiller à ce que les autorités rwandaises respectent le droit.
Communiqué
Commonwealth-Secretariat-2018
Rwanda

Appel aux dirigeants du Commonwealth pour les droits des Rwandais

Le 10 / 06 / 2022
Nous, les organisations de la société civile soussignées, exprimons par la présente nos graves inquiétudes quant à la situation des droits humains au Rwanda alors que le pays se prépare à accueillir la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth (Commonwealth Heads of Government Meeting, CHOGM) en juin 2022. Le silence du Commonwealth sur le bilan du Rwanda en matière de droits humains risque de remettre en cause le mandat de l’organisation concernant ces droits, ainsi que son intégrité et sa crédibilité.