Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Cameroun
Actualité

Plus de 250 membres du MRC en prison

Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) – parti d’opposition – fait l’objet d’une vaste campagne de répression : manifestations systématiquement interdites, emprisonnement de ses principaux leaders, répression des marches et arrestations massives de ses militants. Plus de 250 membres du MRC sont emprisonnés pour avoir participé à des marches pacifiques, interdites, organisées depuis fin janvier 2019.
prison centrale yaounde
Le 17 / 06 / 2019

Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) – parti d’opposition – fait l’objet d’une vaste campagne de répression : manifestations systématiquement interdites, emprisonnement de ses principaux leaders, répression des marches et arrestations massives de ses militants. Plus de 250 membres du MRC sont emprisonnés pour avoir participé à des marches pacifiques, interdites, organisées depuis fin janvier 2019.

Samedi 8 juin 2019, Yaoundé : malgré l’interdiction de manifester, des militants du MRC marchent brièvement dans les rues de la capitale pour demander la libération des prisonniers politiques affiliés à leur parti, dont leur leader Maurice Kamto. La police réprime. Plusieurs dizaines de personnes sont interpellées. Une semaine auparavant, la police avait fait usage de gaz lacrymogène, de jets d’eau et de matraquages. Au moins 350 manifestants avaient été arrêtés dans plusieurs villes du pays. 3 personnes avaient été sérieusement blessées lors de leur arrestation et une autre avait été passée à tabac en garde à vue.

Une centaine de militants du MRC ont été libérés depuis.

Parce que le MRC conteste les résultats de l’élection présidentielle d’octobre 2018 et que sa popularité naissante risque de porter du préjudice au régime en place, notamment dans le cadre des élections législatives à venir (2020), il semblerait que les autorités au pouvoir aient décidé de neutraliser le MRC et de mettre en prison son équipe dirigeante : Maurice Kamto, président du MRC, Mamadou Mota, vice-président, Biloa Effa, Dr Apollinaire Oko, Michèle Ndoki, Christian Penda Ekoka, Paul-Éric Kingue, Albert Dzongang, Célestin Djamen, Alain Fogue, Gaston Abe Abe, etc. sont inculpés devant la justice militaire sur la base de la loi contre le terrorisme.

La dérive autoritaire se renforce au Cameroun : l’État ne respecte plus ses lois ni les conventions et traités internationaux.

 

Vous voulez soutenir les prisonniers politiques membres du MRC ?

- Téléchargez ce modèle de lettre, personnalisez-la avec vos coordonnées et adressez-la au Président de la République du Cameroun.
- Partagez : Tweetez, postez sur Facebook, faites le savoir autour de vous !

 

 

CONTEXTE

 

Le président Paul Biya est au pouvoir depuis 1982.

En avril 2008, les députés camerounais - majoritairement membres du parti au pouvoir (Rassemblement démocratique du peuple camerounais, RDPC) - votent plusieurs projets d'amendements à la Constitution de 1996, ouvrant la voie à une présidence à vie de Paul Biya, alors âgé de 75 ans. L'article 6 (alinéa 2) prévoyait que le président était « renouvelable une fois ». Avec l’amendement, il devient « rééligible ». Paul Biya, qui était alors en fin de second mandat, peut postuler à la présidentielle de 2011 et aux suivantes, sans limitation de mandats. Un nouvel article de la Constitution officialise également l'immunité du chef de l'État à l'issue de son mandat au cas où la Justice s’intéresserait à lui en cas de départ en retraite. Ces modifications constitutionnelles n’ont pas fait l’objet de contestations dans les rues du pays. Les forces de l’ordre étaient déployées en masse dans toutes les villes stratégiques. Deux mois auparavant, en février 2008, ces mêmes forces de l’ordre avaient réprimé dans le sang des manifestations transformées en émeutes. Des populations, principalement urbaines et jeunes, étaient descendues dans les rues pour crier leur mécontentement face la cherté de la vie, le manque d’avenir et le projet de réforme constitutionnelle permettant à un vieux président, au pouvoir depuis 26 ans, de se maintenir au pouvoir. Les forces de l’ordre avaient tiré à balles réelles sur ces jeunes causant plus d’une centaine de morts ; une quarantaine de morts selon les autorités et uniquement par « légitime défense ». Plus de 700 jeunes avaient été arrêtés et condamnés à des amendes ou à des peines de prison de manière expéditive, souvent au mépris du droit. Dans ces conditions, plus personne n’était prêt à manifester en avril 2008 contre l’avènement d’une véritable « démocrature » au Cameroun.

En octobre 2011, Paul Biya a été réélu, pour un sixième mandat, à l’issue d’un scrutin sans enjeu dans un pays miné par le marasme économique, la corruption, et verrouillé par la répression. Dans l’Extrême-Nord du pays, région particulièrement délaissée par les autorités, des milliers de jeunes Camerounais ont commencé à rejoindre Boko Haram - groupe terroriste nigérian - qui leur promettait un meilleur avenir : argent, biens matériels, femmes, etc.

En décembre 2014, le Cameroun, après avoir laissé prospérer ce groupe terroriste sur son territoire pendant plusieurs années, lui a déclaré la guerre sous la pression internationale. S’en est suivie une confrontation directe puis indirecte entre les Forces de défense et de sécurité camerounaises et les combattants de Boko Haram avec son lot d’attentats-suicide, d’attaques de villages et d’exécutions sommaires. Les autorités camerounaises ont répondu par une répression féroce contre toute personne ayant ou pouvant avoir un lien avec Boko Haram : exécutions sommaires, tortures, disparitions forcées… L’Extrême-Nord du Cameroun est devenu une zone de non-droit.

En octobre 2016, les Camerounais anglophones ont commencé à manifester pacifiquement, dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, pour faire reconnaître leurs droits spécifiques liés à leur langue. Les autorités ont répondu par la répression. La contestation s’est alors durcie de jour en jour en réponse aux violences de l’État et aux négations de leurs droits. Les régions anglophones du Cameroun sont aujourd’hui en proie à un conflit de basse intensité où les groupes armés séparatistes contrôlent des territoires entiers et harcèlent les forces armées camerounaises sous forme de guérilla.

En octobre 2018, Paul Biya a été réélu pour un septième mandat à l’issue d’un scrutin, une nouvelle fois ni transparent ni démocratique. Le MRC, principal parti d’opposition, a tout de suite contesté les résultats et indiqué que leur leader, Maurice Kamto, était le réel vainqueur de la présidentielle. Le MRC a publiquement demandé le recomptage des voix, bureau de vote par bureau de vote, sur la base de la confrontation des procès-verbaux avec les listes d’émargement, ce qu’il n’a pas pu obtenir. Il a, dans le même temps, appelé à une réforme consensuelle du système électoral et réclamé un dialogue inclusif pour résoudre les crises multiformes qui affectent le pays. Le pouvoir en place, se sentant menacé par ce nouveau parti, a alors décidé de le neutraliser avec des arrestations massives suivies d’une judiciarisation des détentions. Objectif de cette répression : empêcher le MRC d’asseoir sa popularité naissante dans la perspective des élections législatives de 2020.

Aujourd’hui, toutes les voix dissidentes, politiques ou issues de la société civile, qui mettent en doute la légalité du pouvoir en place ou critiquent la gestion politique de la crise anglophone font l’objet d’une répression systématique : intimidations, arrestations, détentions arbitraires, poursuites judiciaires iniques et dans certains cas disparitions forcées.

Face aux dérives du régime de Paul Biya, le 13 Novembre 2018, la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) a demandé aux autorités camerounaises d’ « assurer un espace démocratique pour les acteurs de la société civile, de l’opposition politique, les journalistes, les avocats et des activistes des mouvements pro-démocratie ». Depuis lors, nombre de membres de la communauté internationale s’inquiètent de la détérioration de la situation politique au Cameroun. Mi-mars 2019, le sous-secrétaire américain chargé des Affaires africaines, Tibor Nagy, a rencontré le président Paul Biya à Yaoundé. En avril 2019, le Parlement européen a adopté une résolution demandant au gouvernement camerounais de « mettre un terme au harcèlement et à l’intimidation des militants politiques » et d’« ouvrir un espace de libre expression à la société civile ». Début mai, la Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, s’est rendu au Cameroun et a directement exprimé « sa préoccupation auprès du gouvernement concernant la réduction de l’espace civique ». Fin mai, la Secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, s’est également déplacée au Cameroun pour rencontrer Paul Biya. Enfin, plusieurs débats et interventions orales d’Etats membres ont été portés au sein d’instances des Nations unies, notamment un débat informel au Conseil de sécurité des Nations unies à New-York le 13 mai. Le 29 mai 2019, devant la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré : « Nous souhaitons que cette figure importante du Cameroun [Maurice Kamto] puisse être libérée ».

Jusqu’à ce jour, les autorités camerounaises s’enferment dans leur logique de répression systématique de l’opposition et considère les inquiétudes de la communauté internationale comme étant une forme d’atteinte à la souveraineté de l’Etat camerounais voir de néocolonialisme destiné à évincer le président en place (au pouvoir depuis 37 ans).

 

Articles associés

Appel du mois
WEB_HEAD 24.03
Cameroun

Je soutiens Sébastien Ebala et sa quête de justice!

Le 21 / 02 / 2024
Le citoyen camerounais Sébastien Ebala est en quête de justice. Victime de torture, il a déposé plainte au Cameroun et a saisi le Comité contre la torture des Nations unies à Genève. Jusqu’à ce jour, la justice camerounaise fait la sourde oreille.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette10
Cameroun

La justice doit enquêter sur les allégations de torture

Le 17 / 01 / 2024
Des militaires camerounais, en service à la Présidence de la République, auraient torturé plusieurs jeunes soupçonnés d’avoir volé une importante somme d’argent au sein du domicile du Directeur du cabinet civil de la Présidence. Jusqu’à ce jour, ces allégations ne font l’objet d’aucune enquête, bien que la torture soit incriminée en droit par l’article 277-3 du Code pénal.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette4
Cameroun

Justice pour Martinez Zogo !

Le 13 / 12 / 2023
Près d’un an après la découverte du corps supplicié du journaliste et animateur radio Martinez Zogo dans la banlieue de Yaoundé, capitale du Cameroun, l'instruction en cours au niveau du tribunal militaire de Yaoundé traîne en longueur et montre des limites en termes d’indépendance. Il est important de maintenir la pression sur les autorités camerounaises afin que toute la lumière soit faite sur cette affaire d’État.