Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Sahara OccidentalMaroc
Actualité

Nouvelles représailles contre Naâma Asfari et Claude Mangin

Le 13 mars au matin, les autorités marocaines ont à nouveau interdit l’entrée sur le territoire marocain à Claude Mangin, l’épouse du prisonnier politique sahraoui Naâma Asfari.
Claude Mangin
Le 21 / 03 / 2017

Le 13 mars au matin, les autorités marocaines ont à nouveau interdit l’entrée sur le territoire marocain à Claude Mangin, l’épouse du prisonnier politique sahraoui Naâma Asfari. Alors que ce dernier est actuellement jugé par la Cour d’appel de Rabat au cours d’un procès manifestement inéquitable, il est privé du soutien de son épouse.

Ce troisième refoulement de Claude Mangin en quelques mois est une énième représailles exercée par le Maroc à l’encontre de Naâma Asfari, pour le punir de dénoncer sans cesse les violations des droits de l’homme que ses 23 coaccusés et lui subissent depuis leur arrestation et leur torture en 2010 dans le cadre du démantèlement du camp de Gdeim Izik. En 2014, il a porté plainte devant le Comité des Nations unies contre la torture. Dans sa décision rendue le 12 décembre 2016, le Comité a condamné le Maroc notamment pour avoir torturé Naâma et pour avoir usé de représailles à son encontre, ainsi qu’à l’encontre de son épouse.

Loin de ramener le Maroc à la raison, cette décision a accru son courroux. Le Maroc a adressé un courrier au Comité lui annonçant qu’il rejetait absolument sa décision, au mépris de ses engagements internationaux en matière de droits de l’homme.

Le nouveau procès de Naâma et de ses coaccusés de Gdeim Izik s’est ouvert le 26 décembre 2016. Depuis, les irrégularités s’enchaînent. Les accusés sont interrogés sur la base de leurs aveux signés sous la torture, leurs avocats sont empêchés de plaider et leurs mémoires de défense rejetés, entre autres atteintes graves au droit à un procès inéquitable.

Interrogé sur le sujet le 14 mars dernier, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a déclaré que Claude Mangin avait bénéficié de la protection consulaire et que la France suivait attentivement le procès en cours. Pourtant, à notre connaissance, la France n’a pas rappelé aux autorités marocaines leurs obligations au titre du droit international humanitaire qui reconnaît notamment le droit des détenus aux visites familiales. Elle ne semble pas non plus avoir envoyé d’observateur au procès et n’a pas fait de déclaration pour appeler au respect du droit fondamental à un procès équitable.

Contexte

Cela fait quatre ans que Naama Asfari et ses coaccusés ont été condamnés pour leur participation présumée au camp de protestation sahraoui de Gdeim Izik en novembre 2010. Au cours de l’évacuation forcée du camp, des affrontements ont éclaté entre l’armée et des manifestants sahraouis, au cours desquels onze soldats marocains auraient trouvé la mort. Naama Asfari a été condamné à 30 ans d’emprisonnement pour meurtre alors même qu’il a été arrêté la veille du démantèlement. Torturé, battu, humilié, pendant sa garde à vue en 2010, il avait signé des aveux sous la contrainte. Avec lui, 24 autres militants sahraouis ont subi un sort similaire.

Leur condamnation a été prononcée à l’issue de neuf jours de procès inéquitable marqué notamment par la prise en compte d’aveux arrachés sous la torture. Les juges se sont refusés à tenir compte des allégations de torture formulées par les accusés et de satisfaire à leur demande d’expertise médicale, en violation du droit marocain et du droit international. Aucune preuve n’a été présentée prouvant l’implication des accusés dans le meurtre des agents de sécurité.

Depuis, les autorités marocaines s’emploient à faire taire toute critique des violations commises par le Royaume au Sahara occidental et notamment à l’encontre du groupe de Gdeim Izik. Ces trois dernières années, plus de 150 défenseurs des droits de l’homme, avocats, personnalités politiques et journalistes ont été refoulés ou expulsés par le Maroc en raison de leur intérêt pour la question sahraouie.

Télécharger la lettre

Articles associés

Communiqué
Gdeim-Izik_Thumbnail
Sahara OccidentalMaroc

Gdeim Izik : six nouvelles plaintes contre le Maroc

Le 08 / 11 / 2022
En cette date du 12ème anniversaire du démantèlement du campement de Gdeim Izik, l’ACAT‑France se félicite du dépôt de six nouvelles plaintes contre le Maroc devant le Comité contre la torture des Nations unies concernant six prisonniers d’opinion sahraouis membres du groupe de Gdeim Izik. Celles-ci s’inscrivent dans la suite des quatre plaintes déjà déposées par l’ACAT‑France et ses partenaires le 9 juin 2022.
Actualité
Visite-Sultana-Khaya_2022
Sahara OccidentalMaroc

Sahara occidental : Sultana Khaya, le visage des défenseures ...

Le 26 / 09 / 2022
Le 16 septembre 2022, l’ACAT-France a eu le plaisir de recevoir Sultana Khaya, défenseure des droits humains et activiste pacifique sahraouie, lors de son passage à Paris. Après un an et demi de résidence surveillée, de harcèlements, d’agressions physiques et sexuelles, elle a enfin pu quitter son domicile de Boujdour le 1er juin 2022 pour se rendre en Espagne où elle a pu recevoir des soins.
Bonne nouvelle
Libération-Sultana-Khaya_20220701
Maroc

La défenseure des droits humains sahraouie Sultana Khaya enfi...

Le 01 / 07 / 2022
Sultana Khaya, présidente de la Ligue pour la défense des droits de l’Homme et contre le pillage des ressources naturelles, retenue abusivement par les autorités marocaines depuis le mois de novembre 2020 dans sa résidence et victime d’agressions sexuelles à répétition, a été libérée le 1er juin dernier.