Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Burundi
Actualité

Les défenseurs des droits humains doivent être libérés !

Le 9 décembre 2020, jour la célébration de la Journée internationale des défenseurs des droits humains, quatre-ving neuf ONG internationales - dont la FIACAT et douze ACAT - ont adressé une lettre ouverte à plusieurs instances et mécanismes de défense des droits humains en Afrique et au niveau des Nations unies pour exprimer leur profonde préoccupation quant à la situation des défenseurs des droits humains détenus au Burundi.
Burundi Iwacu condamnation
Le 09 / 12 / 2020

Le 9 décembre 2020, jour la célébration de la Journée internationale des défenseurs des droits humains, quatre-ving neuf ONG internationales - dont la FIACAT et douze ACAT - ont adressé une lettre ouverte à plusieurs instances et mécanismes de défense des droits humains en Afrique et au niveau des Nations unies pour exprimer leur profonde préoccupation quant à la situation des défenseurs des droits humains détenus au Burundi.

 

 

A l’attention de :


L’honorable Solomon Ayele Dersso, président de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples,
L’honorable Rémy Ngoy Lumbu, vice-président de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples,

CC :

L’honorable commissaire Jamesina Essie L. King, rapporteure spéciale sur la liberté d’expression et l’accès à l’information en Afrique,
L’honorable commissaire Maria Teresa Manuela, rapporteure spéciale sur les prisons, les conditions de détention et le maintien de l’ordre en Afrique,
L’honorable commissaire Marie Louise Abomo, commissaire rapporteure sur le Burundi,
La rapporteuse spéciale des Nations unies sur la situation des défenseurs des droits de l’homme, Mary Lawlor,
Le rapporteur spécial des Nations unies sur l’indépendance des juges et des avocats, Diego García-Sayán,

 

Dans l’esprit de la feuille de route d’Addis-Abeba entre les titulaires de mandat au titre des procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme des Nations unies et la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, nous, les organisations de la société civile africaine et internationale soussignées, exprimons notre profonde préoccupation quant à la situation des défenseur·e·s des droits humains détenu·e·s au Burundi.

Le 9 décembre 2020, alors que nous célébrons la Journée internationale des défenseur·e·s des droits humains, nous demandons aux titulaires de mandat au titre des procédures spéciales de prendre les mesures nécessaires pour engager le dialogue et soulever cette question avec le gouvernement burundais. Nous demandons la libération immédiate et inconditionnelle de tous les défenseur·e·s des droits humains actuellement injustement détenu·e·s, en signe de bonne volonté et de réconciliation par le Président S.E. Ndayishimiye.

En particulier, nous exprimons notre profonde préoccupation concernant le cas de Germain Rukuki, Nestor Nibitanga et les 4 journalistes de la maison de presse Iwacu, Egide Harerimana, Christine Kamikazi, Térence Mpozenzi et Agnès Ndirubusa. Ils n’auraient jamais dû être arrêtés et leurs détentions violent les principes et les lignes directrices sur le droit à un procès équitable et à l’assistance juridique en Afrique, proclamés par la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples conformément à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples.

Nous vous demandons en outre d’exhorter le gouvernement burundais à :

1. Renforcer son engagement en faveur de l’indépendance de la justice, comme le souligne la résolution (i) 412 (LXIII) 2018 de la CADHP
2. Assurer une procédure d’appel équitable en audience publique pour le procès de Germain Rukuki ; et permettre l’observation du procès par une présence physique.
3. Donner suite à la résolution 412 (LXIII) 2018 de la CADHP qui demande aux autorités burundaises de :
o (i) Respecter, protéger et garantir les droits humains et les libertés fondamentales pour tous, conformément à la Constitution du Burundi et aux obligations internationales du pays, notamment en respectant les principes de l’État de droit ;
o (iiv) libérer toutes les personnes détenues arbitrairement, en particulier les défenseur·e·s des droits humains y compris en respectant strictement les procédures applicables en la matière.
o (viii) Coopérer avec toutes les parties prenantes de la communauté internationale, y compris l’Union africaine, les Nations unies et la Communauté de l’Afrique de l’Est, dans la recherche d’une solution pacifique et respectueuse des droits humains à la situation de crise au Burundi.

 

 

1. Agir ensemble pour les droits humains (AEDH)
2. Action for Rural Women Empowerment (ARUWE)
3. Action et Aide pour la Paix (AAP)
4. Affirmative Action on Gender Equality (AGEN)
5. Agape Aids Control Program
6. Alerte Congolaise pour l’Environnement et les Droits de l’Homme (ACEDH)
7. Anti-corruption and Economic Malpractice Observatory (OLUCOME)
8. Arche d’Alliance (ARAL)
9. Association Burundaise pour la Protection des Droits Humains et des Personnes Détenues (APRODH)
10. Association d’actions de Paix et de Développement Communautaire (APADEC)
11. Association des Femmes Juristes du Congo (AFEJUCO)
12. Association des Journalistes Burundais en Exile (AJBE)
13. Association pour la Coopération et l’Auto-Developpement (ACAD)
14. Association pour le Développement des initiatives paysannes (ASSODIP)
15. Blessed Aid
16. Building inclusive society Tanzania organization (BISTO)
17. Bunge Mashinani initiative
18. Centre pour l’Éducations, Animation et Défense des Droits de l’Homme (CEADHO)
19. Civic and Legal Aid Organization (CiLAO)
20. Christian Education and Development Organization (CEDO)
21. Coalition Burundaise des Défenseurs des Droits Humains (CBDDH)
22. Coalition Burundaise pour la CPI (CB-CPI)
23. Coalition de la Sociéte Civile pour le Monitoring Electoral (OSOME)
24. Collectif des Femmes Journalistes (CFJ)
25. Collectif des femmes pour le développement intégral et consolidation de la paix (COFEDIP)
26. Congrès Africain des Journalistes (CAJ)
27. Defenders Coalition Kenya
28. Defend Defenders (East and Horn of Africa Human Rights Defenders Project)
29. Door of Hope to Women and Youth Tanzania.
30. FIDH, dans le cadre de l’Observatoire pour la Protection des Défenseurs des Droits de l’Homme
31. Forum des organisations nationales des droits de l’homme (FONAHD)
32. Fédération internationale des ACAT (FIACAT) et les organisations suivantes de ACAT (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture) :
33. ACAT Belgium
34. ACAT Burundi
35. ACAT Canada
36. ACAT Central African Republic
37. ACAT Chad
38. ACAT Congo
39. ACAT Cote d’Ivoire
40. ACAT France
41. ACAT Germany
42. ACAT Italy
43. ACAT Switzerland
44. ACAT UK
45. Forum pour la Conscience et le Dévelopment (FOCODE)
46. Forum pour le Renforcement de la Societe Civile (FORSC)
47. Genre Actif pour le Devenir meilleur (GAD)
48. Global Alliance for Justice
49. Groupe d’Association de défense des Droits de l’homme et de la Paix (GADHOP)
50. Haki Africa
51. Héritiers de la Justice (HJ)
52. Independent Medico- Legal Unit (IMLU)
53. Initiative Alpha (IA)
54. Initiative congolaise pour la justice et la paix (ICJP)
55. Institut pour la Protection et l’Apprentissage des Droits (IPAD)
56. International Service for Human Rights (ISHR)
57. Jumuiya ya Kulinda na Kutetea haki za wanawake na watoto (JUKUWAM)
58. Jumuiya ya Maendeleo ya Elimu ya Watoto Pemba (JUMAEWAPE)
59. Jukwaa la Katiba Tanzania (JUKATA)
60. League Burundaise des Droits de l’Homme "Iteka"
61. Le Réseau européen pour l’Afrique centrale (EurAc)
62. Mouvement des Femmes et Filles pour la Paix et le Developpement (MFFPS)
63. Mouvement Inamahoro, femmes et filles pour la paix et la sécurité
64. Mutuelle des Femmes Paysannes pour le Développement et la Santé en Afrique (MFPDSA)
65. Nguruka Development Agency (NDA)
66. Observatoire de Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques (OLUCOME)
67. OMCT (Organisation mondiale contre la torture), dans le cadre de l’Observatoire pour la Protection des Défenseurs des Droits de l’Homme
68. Organization of Journalists against Drug Abuse and Crimes in Tanzania (OJADACT)
69. Organisation pour la Transparence et la Gouvernance (OTRAG)
70. Partenariat pour la protection intégrée (PPI)
71. Pemba Environment and Malaria Control (PEMCO)
72. Protection International
73. Protection International Africa
74. Réseau des Citoyens Probes (RCP)
75. Réseau pour la Réforme du Secteur de Sécurité et de Justice (RRSSJ)
76. Save the mother and children of central Tanzania
77. Solidarité féminine pour la Paix et le développement Intégral (SOFEPADI)
78. Synergie des femmes pour la Paix et la Réconciliation des peuples des Grands Lacs (SPR)
79. SOS-Torture/Burundi
80. Tanzania Human Rights Defenders Coalition (THRDC)
81. Tournons la Page
82. Tournons la Page-Burundi
83. Tanzania Legal Knowledge and Aid Centre.
84. Tanzania Network of Women Living with HIV
85. Tanzania Peace Legal Aid and Justice Centre (PLAJAC)
86. Tanzania Tobacco Control Forum
87. Tunduru Paralegal Centre (TUPACE)
88. Union Burundaise des Journalistes (UBJ)
89. Wote Initiative for Development Empowerment

Courrier sous format PDF

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_Nkina_TW_20221114-1
Burundi

Il faut faire libérer le dernier défenseur !

Le 17 / 11 / 2022
Tony Germain Nkina est le dernier défenseur des droits humains emprisonné au Burundi. Il est emprisonné depuis le 13 octobre 2020. Le 7 octobre 2022, la Cour suprême de Bujumbura a tenu une audience concernant son dossier. Elle a maintenant 60 jours pour prononcer son jugement final.
Appel à mobilisation
AAM_Militaires-Burundi_Thumbnail_20220519
Burundi

Des militaires détenus arbitrairement depuis 7 ans

Le 18 / 05 / 2022
Ernest Nyabenda, Patrick Nsengiyumva, Cadeau Bigirumugisha et Alexis Sebahene sont des militaires de l’armée nationale, la Force de défense nationale du Burundi (FDNB). Accusés sans preuves d’être mêlés à l’assassinat du général Adolphe Nshimirimana – survenu le 2 août 2015 – sur la base de leur appartenance ethnique ces militaires issus de l’ancienne armée régulière, ont été arrêtés sans aucun mandat.
Communiqué
Communiqué-Presse_Levée-Sanctions-UE-Burundi_Main_20220209
Burundi

L'UE lève ses sanctions au Burundi

Le 09 / 02 / 2022
Le Conseil de l’Union européenne (UE) a annoncé la levée des sanctions décidées en 2016 à l’encontre du Burundi, « [prenant] acte des progrès accomplis par le gouvernement burundais en ce qui concerne les droits de l'homme ». Une prise de position politique, en violation avec les valeurs de l’Union européenne, qui constitue un mépris flagrant pour la situation au Burundi.