Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Sahara OccidentalMaroc
Actualité

Je dénonce les crimes de guerre du Maroc

Le Sahara Occidental est occupé illégalement par le Maroc depuis 1975. Depuis, le Royaume ne cesse de commettre des crimes de guerres à répétition : torture des militants sahraouis, procès inéquitables, détentions sur le territoire marocain …
Capture d'écran - VD
Le 19 / 12 / 2017

Mépris de la dignité des Sahraouis et iniquité de la justice marocaine

Privation de sommeil, d’eau et de nourriture. Violences sexuelles profondément humiliantes. Coups de pieds et coups de poing sur l’ensemble du corps. Insultes… Tous les moyens ont été bons pour affaiblir physiquement et psychologiquement les 24 militants sahraouis arrêtés dans le cadre du démantèlement du camp de Gdeim Izik en 2010. Ce démantèlement s’est déroulé dans la violence, faisant des morts et de nombreux blessés parmi les Sahraouis et les forces de sécurité. Après des jours de supplice en garde à vue, les 24 militants ont tous fini par signer des aveux sur la base desquels ils ont été condamnés par un tribunal militaire en 2013, à l’issue d’un procès outrageusement inéquitable. Malgré l’appel, 19 des accusés ont été condamnés une deuxième fois à de lourdes peines en juillet 2017, toujours sur la base de leurs aveux forcés.

Des crimes de guerre avérés

Le Sahara Occidental, reconnu par les Nations Unies comme un territoire non-autonome, est occupé illégalement par le Maroc depuis 1975. Depuis, le Royaume intensifie sa colonisation du territoire, en exploite allègrement les ressources naturelles et porte quotidiennement atteinte aux libertés fondamentales des Sahraouis. En tant que territoire occupé, le Sahara Occidental est régi par le droit international humanitaire, autrement nommé le droit de la guerre. Tortures, procès inéquitables, détention des accusés sur le territoire du Maroc, puissance occupante, sont autant de violations graves du droit international humanitaire perpétrées à l’encontre des prisonniers de Gdeim Izik. Engagée depuis longtemps pour la libération des prisonniers sahraouis, l’ACAT se bat désormais pour que la communauté internationale reconnaisse ces agissements pour ce qu’ils sont : des crimes de guerre !

Agissez : téléchargez la lettre d'intervention !

Articles associés

Bonne nouvelle
BN-Rida-Benotmane-202404
Maroc

Le journaliste Rida Benotmane est libre !

Le 18 / 04 / 2024
Condamné pour ses opinions, le journaliste Rida Benotmane, a été libéré le 9 mars dernier, après avoir purgé une peine d’un an et demi de prison. Il avait été arrêté à la suite de contenus postés sur les réseaux sociaux puis condamné à trois ans de prison, avant de voir sa peine réduite en appel. L’ACAT-France dénonce la torture subie par Rida Benotmane qui est resté l'isolement en permanence. Elle rappelle l’importance de la liberté de la presse et de la liberté d’expression en démocratie.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette4
Maroc

Libérons Saïda el Alami, condamnée pour ses propos sur les ...

Le 28 / 06 / 2023
La militante des droits humains Saïda El Alami a été condamnée le 25 mai à deux ans d’emprisonnement dans une nouvelle affaire, alors qu’elle purge déjà une peine de trois ans pour avoir simplement exprimé son opinion sur les réseaux sociaux.
Communiqué
Hassan-Al-Rabea
MarocArabie Saoudite

Pourquoi Hassan al-Rabea a-t-il été extradé ?

Le 13 / 02 / 2023
Dans une lettre ouverte au Premier ministre du Maroc, 24 organisations signataires demandent des explications sur l'extradition de Hassan al-Rabea vers l'Arabie saoudite qui souhaite le poursuivre pour terrorisme. Issu de la minorité chiite, victime de discrimination, son extradition l'expose à de nombreux risque de persécutions et de torture.