Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Actualité

J'agis pour Chen Qiushi et Fang Bin

Cela fait plus d’un an que les journalistes citoyens Chen Qiushi et Fang Bin sont portés disparus. Actifs sur les réseaux sociaux ils informaient la Chine et le reste du monde sur ce qui se passait réellement à Wuhan, épicentre de l’épidémie du Covid-19.
AM 2021- visuel_ACTU
Le 22 / 02 / 2021

Deux journalistes-citoyens qui bravaient la censure

Chen Qiushi, âgé de 35 ans, est un avocat des droits humains originaire du nord de la Chine. En janvier 2020, il se rend à Wuhan pour couvrir le début de la pandémie du COVID et témoigner de la réalité du terrain. Sur les réseaux sociaux, plusieurs centaines de milliers de personnes le suivent tandis qu’il sillonne les hôpitaux de la ville pour rendre compte du chaos ambiant.

Le journaliste-citoyen a conscience des risques qu’il encourt. Dans une vidéo, il déclare, les larmes aux yeux : « J’ai peur. Devant moi, il y a le virus. Derrière moi, il y a tout l’appareil légal et administratif du pouvoir chinois.Mais tant que je serai en vie, je ne rapporterai que ce que je vois et entends. »

Dans la soirée du 6 février 2020, Chen Qiushi disparaît. Ses proches ne parviennent plus à le joindre, son compte sur le réseau social Weibo est supprimé. Les autorités ne fournissent aucune information sur une éventuelle arrestation. Certaines rumeurs parlent d’une mise en quarantaine forcée. En septembre 2020, un proche de Chen Qiushi annonce qu’il serait gardé en « résidence surveillée dans un lieu déterminé », mais cela n’a jamais été officiellement confirmé par les autorités.

Fang Bin, un ancien homme d’affaires et habitant de Wuhan de 57 ans, avait lui aussi décidé de défier la censure mise en place par les autorités et de faire toute la transparence sur la crise affectant sa ville. Dès le mois de janvier, il documente la surcharge des hôpitaux et publie notamment des images des corps des victimes de la maladie, empilés dans des bus transformés en corbillards de fortune.
Quelques jours avant sa disparition, la police vient frapper chez lui pour le placer « en quarantaine ».
Il refuse et se voit confisquer une partie de son équipement. Le 9 février 2020, il est finalement arrêté à son domicile par des policiers en civil, sans aucun mandat. Depuis ce jour, ses proches sont sans nouvelles de lui.

Légalisation des disparitions forcées

La Chine n’a jamais ratifié la Convention sur les disparitions forcées. La pratique est coutumière et cible tout particulièrement les dissidents, les défenseurs des droits humains et les groupes ethniques et religieux persécutés. Une forme de disparition forcée a même été légalisée en 2012 à travers les placements en « résidence surveillée dans un lieu déterminé », permettant au pouvoir de détenir un suspect au secret dans un lieu indéterminé pendant une durée pouvant aller jusqu’à six mois, en dehors de tout registre officiel, favorisant ainsi les mauvais traitements et la torture.

Télécharger la lettre d'interpellation

Articles associés

Appel à mobilisation
Zhang-Zhan_Thumbnail
Chine

L’état de santé de Zhang Zhan est toujours inquiétant

Le 02 / 11 / 2022
Zhang Zhan est une journaliste indépendante, avocate et défenseuse des droits humains, détenue arbitrairement depuis mai 2020, pour le seul fait d’avoir exercé sa liberté d’expression en informant ses concitoyens de la réalité de la situation à Wuhan, lors du pic de la pandémie de Covid-19. D’abord portée disparue, elle a été officiellement inculpée en septembre 2020 et condamnée quelques mois plus tard à une peine de quatre ans de détention. Il y a un an, l’ACAT-France se mobilisait pour obtenir sa libération immédiate, d’autant que sa vie était en danger en raison de ses conditions de détention. Aujourd’hui, son état de santé reste inquiétant. Ne l’oublions pas.
Article
ThisIsXinjiang_Thumbnail
Chine

Ouïghours : l’effacement institutionnalisé d’une identité

Le 31 / 10 / 2022
Installés dans la région du Xinjiang, les Ouïghours sont l'une 56 ethnies officiellement reconnues par la République populaire de Chine. Pourtant, malgré cette officialisation, ils font l’objet de répressions de la part des autorités, fondées sur cette seule appartenance ethnique. Des crimes contre l’humanité, continuellement niés par les autorités chinoises.
Appel du mois
AM 2022-11-WEB-Sendinblue-ThisIsXynjang-BD2
Chine

Les Ouïghours, victimes de crimes contre l’humanité

Le 20 / 10 / 2022
Selon l’ONU, les Ouïghours sont victimes de violations massives de leurs droits fondamentaux, de crimes contre l’humanité. Toutefois, les autorités chinoises n’ont cessé de nier les répressions systémiques dont ils font l’objet.