Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
France
Actualité

Hommage à Robert Badinter, infatigable défenseur de l’abolition de la peine de mort

Artisan de l’abolition de la peine de mort, Robert Badinter a permis à la France d’entrer dans le cercle très restreint des pays abolitionnistes en 1981. Son action pour les droits de l’Homme a inspiré et continue d’inspirer celle de l’ACAT-France qui lui rend ici hommage.
BADINTER-ACTU-20240209
Le 09 / 02 / 2024

Robert Badinter était un précurseur. Quand il porte la voix de l’abolition de la peine de mort en 1981, la France est le 28e pays du monde à franchir ce pas immense pour la dignité humaine, le 4e au sein de la Communauté européenne de l’époque.

En tant qu’ONG chrétienne de défense des droits de l’Homme, la nouvelle de son décès nous bouleverse. Nous rendons aujourd’hui hommage au grand artisan de l’abolition qu’il était.

Nous continuerons à porter l’espoir de l’abolition pour un monde sans torture ni peine de mort.

« Demain, grâce à vous, la justice française ne sera plus une justice qui tue. »

– Robert Badinter, le 17 septembre 1981 devant l’Assemblée nationale.

Dans les pas de Robert Badinter

Lorsque Robert Badinter fait voter l’abolition, l’ACAT-France a 7 ans d’existence. Son engagement pour les droits de l’Homme prend alors un nouveau tournant : porter l’abolition universelle de la peine de mort

« L’ACAT-France a eu l'honneur de collaborer avec monsieur Badinter et, en cette journée sombre, nous honorons sa mémoire, mais aussi ses valeurs, ses convictions, son engagement et sa force qui sont pour nos membres une source d'inspiration qui continue à nous nourrir. Nous redoublerons nos efforts pour un monde sans torture ni peine de mort, où le droit d'asile est respecté. Que son héritage guide notre quête de justice. »

– Yves Rolland, président de l’ACAT-France.

Abolition de la peine de mort en France et à l’international

Aujourd’hui, le chemin ouvert par Robert Badinter a permis de changer la face du monde. La peine de mort apparaît de plus en plus comme un héritage du passé. 113 pays l’ont abolie pour tous les crimes, 9 pour les crimes commis en temps de paix, et une quarantaine d’autres ne l’ont plus mis à exécution depuis dix ans.

Mais l’actualité nous rappelle que l’abolition n’est jamais un acquis et elle doit se gagner dans les esprits. C’est le cas actuellement en République démocratique du Congo où les exécutions pourraient reprendre à la demande du ministre de la Défense, après un moratoire de 20 ans.

La peine de mort est une peine inhumaine. Aucune étude n’a su démontrer qu’elle était dissuasive. Au contraire, elle est discriminatoire et meurtrit toute la société.

L’ACAT-France s’engage pour faire reconnaître la peine de mort comme un acte de torture, ce qui la rendrait illégale en vertu des traités internationaux relatifs aux droits de l’Homme.

Télécharger le communiqué de presse.

Articles associés

Communiqué
CeasefireNOW
FranceIsraëlPalestine

Notre tribune collective d'ONG pour un cessez-le-feu à Gaza

Le 19 / 12 / 2023
L'ACAT-France, au sein d'une une large coalition d'ONG, interpelle le président de la République et demande un cessez-le-feu à Gaza. Le déluge de bombes que la population subit constitue une véritable torture à laquelle il est impératif de mettre fin immédiatement.
Article
JNP2023_VISUEL_ACTU
France

Densité carcérale contre droits humains

Le 27 / 11 / 2023
La surpopulation carcérale est un phénomène chronique en France. Avec un taux d’occupation moyen de 122%, les prisons françaises occupent le bas du classement européen. Derrière ces chiffres se cachent des abus, des violations des droits humains et des traitements cruels, inhumains et dégradants comme l’a souvent dénoncé l’ACAT-France. Des solutions existent, comme un mécanisme contraignant de régulation carcérale.
Appel du mois
WEB_HEAD 23.12
France

J’agis pour un maintien de l’ordre plus respectueux des dr...

Le 20 / 11 / 2023
Après son 4ème Examen périodique universel (EPU) par les Nations unies, la France a fait l’objet de 27 recommandations pour un maintien de l’ordre plus respectueux des droits humains. Elle en a accepté 19. La France a désormais 4 ans pour mettre en oeuvre ces recommandations.