Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
République Dém. du Congo
Communiqué

Déclaration commune à l'occasion de la sortie nationale du film L'Empire du silence

On ne construit pas la paix sur des fosses communes, proclame inlassablement le docteur congolais Denis Mukwege, prix Nobel de la paix 2018, devant tous les grands de ce monde qui l'accueillent, l'encensent et lui décernent les plus hautes distinctions.
EDS_Visuel-Site_Main
Le 16 / 03 / 2022

>> Télécharger la déclaration

On ne construit pas la paix sur des fosses communes, proclame inlassablement le docteur congolais Denis Mukwege, prix Nobel de la paix 2018, devant tous les grands de ce monde qui l'accueillent, l'encensent et lui décernent les plus hautes distinctions.

Pourtant, depuis plus de 25 ans jusqu'à ces derniers jours, les massacres se perpétuent en République démocratique du Congo dans le silence assourdissant de la communauté internationale. Avec L'Empire du silence, le cinéaste belge Thierry Michel relate les nombreuses atrocités de masse, commises dans ce pays, en toute impunité, par de hauts responsables militaires et politiques, congolais et étrangers.

Sur la base du « Rapport Mapping » il reprend le plaidoyer du docteur pour une stratégie de justice transitionnelle en RDC.

Ce « Rapport Mapping », résultat d'une enquête rigoureuse, réalisée par des experts congolais et internationaux, pour le compte du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, répertorie, en effet, les violations les plus graves des droits humains, dont fut victime le peuple congolais entre 1993 et 2003.

Ce précieux document a été rendu public en octobre 2010. Depuis, il croupit scandaleusement dans un tiroir onusien et, faute d'être pris en compte, il se voit même être remis en question par ceux qui sont soupçonnés être les responsables de ces crimes relevant du droit international.

Le 12 mars 2022, Denis Mukwege est intervenu dans une salle de cinéma parisienne, dans le cadre du lancement en France de L'Empire du silence.

À cette occasion, il a exhorté les spectateurs présents, et avec eux l'ensemble de la société civile et civique française, à se saisir du film pour soutenir concrètement son combat pacifique en faveur de la vérité et de la justice, fondements essentiels à une paix durable.

Afin que personne ne puisse dire: nous ne savions pas !

Jugeant qu'aujourd'hui il est temps pour la communauté internationale, au premier rang de laquelle – la France, de sortir de son inaction, les partenaires du film s' associent à cet appel.

Contre l'impunité et pour la justice en RDC brisons l'empire du silence !

Signataires :

  1. ACAT-France

  2. Amnesty International France

  3. Comité de soutien du docteur Denis Mukwege

  4. Ensemble contre la peine de mort

  5. Fédération internationale pour les droits humains

  6. Forum réfugiés-Cosi

  7. Ligue des droits de l'Homme

  8. Médecins sans frontières

Articles associés

Communiqué
 Felix-Tshisekedi_Thumbnail
République Dém. du Congo

Non au rétablissement de la peine de mort en RDC !

Le 08 / 02 / 2024
Alors qu’un conflit armé déchire l’est de la République démocratique du Congo, le ministre de la Défense a plaidé, le 5 février 2024, pour l’exécution des personnes coupables de « trahison ». Le spectre de la peine de mort, aussi inhumaine qu’inutile, ressurgit après 20 ans sans exécutions. L’ACAT-France et 76 partenaires appellent le président Félix Tshisekedi, nouvellement réélu, à protéger les droits de l’Homme.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette9
République Dém. du Congo

Stanis Bujakera Tshiamala doit être libéré !

Le 07 / 02 / 2024
Le journaliste congolais Stanis Bujakera Tshiamala croupit dans une cellule de la prison de Makala à Kinshasa. Il est arbitrairement détenu depuis le 8 septembre 2023, date à laquelle il a été arrêté à l'aéroport de Ndjili à Kinshasa.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette9
République Dém. du Congo

Appel à une enquête indépendante sur Goma !

Le 10 / 10 / 2023
La fin du procès rapide devant la cour militaire du Nord-Kivu de six militaires impliqués dans le massacre de Goma, survenu le 30 août 2023, et la condamnation de quatre d’entre eux – dont un haut gradé – n’exonère pas les autorités congolaises de diligenter une enquête indépendante et impartiale pour établir l’ensemble des faits et toutes les responsabilités dans ce massacre de plus de 50 civils non armés.