Burundi
Bonne nouvelle

Libération des quatre journalistes d'Iwacu !

Après 430 jours de prison, les quatre journalistes d’Iwacu, média indépendant burundais, ont été libérés le 24 décembre 2020 à la suite d’une grâce présidentielle accordée par le nouveau président Évariste Ndayishimiye.
grâce présidentielle Burundi Iwacu
Le 24 / 12 / 2020

Après 430 jours de prison,  Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Egide Harerimana et Térence Mpozenzi, les quatre journalistes d’Iwacu (média indépendant burundais), ont été libérés le 24 décembre 2020 à la suite d’une grâce présidentielle accordée par le nouveau président Évariste Ndayishimiye.

Accusés d' « atteinte à la sureté de l'État », Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Egide Harerimana et Térence Mpozenzi avaient été arrêtés le 22 octobre 2019 et condamnés à deux ans et demi de détention à l'issue d'une procédure judiciaire inique où leurs droits n’ont pas été respectés.

L'ACAT-France se réjouit de ces libérations et appelle les nouvelles autorités burundaises à libérer tous les prisonniers d'opinion, notamment les deux défenseurs des droits humains Germain Rukuki et Nestor Nibitanga.

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_Muhoza-Irangabiye_VIGNETTE
Burundi

Sandra Muhoza et Floriane Irangabiye doivent être libérées !

Le 10 / 07 / 2024
Dans un contexte de rétrécissement de l’espace public au Burundi, les libertés d’expression et de la presse indépendante sont particulièrement ciblées par les autorités au pouvoir. Depuis le 18 avril 2024, la journaliste Sandra Muhoza est emprisonnée pour avoir fait des commentaires dans un groupe de conversations privées. Le 13 février 2024, la chambre de cassation de la Cour suprême a décidé de maintenir la condamnation de 10 ans d'emprisonnement contre la journaliste Floriane Irangabiye.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette9
Burundi

Floriane Irangabiye doit être libérée

Le 28 / 02 / 2024
Le 13 février 2024, la chambre de cassation de la Cour suprême a décidé de maintenir la condamnation de 10 ans d'emprisonnement contre la journaliste Floriane Irangabiye. Une décision injuste car la journaliste burundaise est arbitrairement détenue pour avoir usé de sa liberté d’expression.
Appel à mobilisation
Template_AAM-vignette1
Burundi

Il est temps de rétablir dans leurs droits les défenseurs !

Le 26 / 07 / 2023
La condamnation du Burundi par la Cour d’appel de justice de la communauté est africaine (EAC) pour avoir autorisé le troisième mandat de feu Pierre Nkurunziza, aurait dû avoir un effet immédiat sur la condamnation inique des défenseurs des droits humains burundais qui s’étaient mobilisés pacifiquement contre ce troisième mandat : la levée des condamnations. Il n’en est rien jusqu’à ce jour…