Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Congo
Bonne nouvelle

Congo : six activistes en liberté provisoire après quatre mois de détention à Brazzaville

Le président de la Chambre d'accusation de la Cour d'appel de Brazzaville, Roger Justin Itsa a ordonné, le 13 juillet 2021, la « mise en liberté provisoire » d’Alexandre Dzabana, Christ Belvy Sidney Dongui Ganga, Niati Jean River, Paka Jean Louis, Mombo Etienne et Miangouila Florian Werner.
dzabana_liberation_provisoire_20210713
Le 13 / 07 / 2021

Le président de la Chambre d'accusation de la Cour d'appel de Brazzaville, Roger Justin Itsa a ordonné, le 13 juillet 2021, la « mise en liberté provisoire » d’Alexandre Dzabana, Christ Belvy Sidney Dongui Ganga, Niati Jean River, Paka Jean Louis, Mombo Etienne et Miangouila Florian Werner. Ces six activistes de la société civile étaient injustement poursuivis pour « atteinte à la sureté intérieure de l'Etat ». Ils ont été libérés le 14 juillet de la Maison d'arrêt de Brazzaville après quatre mois de détention arbitraire. La Cour d’appel n’a pas précisé la date d'un éventuel procès ni les raisons de cette libération.

L’ACAT-France se réjouit de ces libérations mais demeure préoccupée par l’absence d’abandon de ces inculpations iniques. Il s’agit pour les autorités congolaises de maintenir la pression sur ces activistes afin de leur faire comprendre qu’ils pourraient à tout moment être jugés, condamnés et emprisonnés en cas de nouvelles activités considérées comme préjudiciables au régime en place.

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_Chacona_Thumbnail_20220526
Congo

Toujours pas de réparations dans l’affaire Chacona

Le 25 / 05 / 2022
Le 17 novembre 2020, la justice congolaise condamnait l’État congolais à indemniser, à hauteur de 15 millions de francs CFA, les familles des treize jeunes décédés en juillet 2018 dans les geôles du commissariat de Chacona à Brazzaville. Conformément à la décision judiciaire, le paiement aurait dû être effectué dans les trois mois suivant le jugement. Plus d’un an et demi après le verdict, aucune somme ne leur a encore été versée.
Communiqué
Denis-Sassou-Nguesso
Congo

Ratifier la Convention contre les disparitions forcées

Le 28 / 02 / 2022
Il y a 15 ans, en février 2007, la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées était ouverte aux signatures avant d’entrer en vigueur trois ans plus tard. Alors que des disparitions forcées continuent d’affecter des familles en République du Congo (Congo), nous, organisations de défense des droits humains, appelons les autorités congolaises à ratifier la Convention.
Appel à mobilisation
20220120_aam_torture_commissariat_congo_thumbnail
Congo

Il faut enquêter sur les allégations de tortures !

Le 20 / 01 / 2022
Dans la nuit du 4 au 5 novembre 2021, six hommes – dont Brandon Keurtys Eleck, 26 ans, Guilliano Pernel Loubaki, 35 ans, Guira Hyppolite Doukoro, 47 ans, Arnaud Mondzola Embouet, 32 ans – sont morts au sein du Commandement territorial des forces de police de Brazzaville, l’ex-Commissariat central. Ils étaient sous mandat de dépôt, sous la surveillance de la police congolaise. Jusqu’à ce jour, aucune enquête n’a été menée par les autorités congolaises compétentes pour établir les faits et les responsabilités dans ce nouveau drame lié à l’usage routinier de la torture dans le pays.