Égypte
Appel urgent

Bientôt deux ans de détention arbitraire pour Ramy Shaath

Cela fera bientôt deux ans que le défenseur des droits humains égypto-palestinien Ramy Shaath, arrêté le 5 juillet 2019 est en détention provisoire. Ce mois de juin doit être celui de toutes les mobilisations pour obtenir sa libération avant qu'il ne soit formellement inculpé ou reversé arbitrairement dans une autre affaire judiciaire.
Ramy_Shaath_L
Ramy Shaath
Le 03 / 06 / 2021

Ce mois de juin 2021 sera certainement déterminant pour Ramy Shaath et le mouvement de mobilisation internationale appelant à sa libération. La Cour de cassation rendra le 9 juin prochain sa décision concernant l’ajout de Ramy Shaath ainsi que du défenseur des droits humains Zyad Elelaimy, à la liste égyptienne des terroristes. Cette décision avait initialement été prévue le 10 mars, mais la cour avait préféré reporter le prononcé de sa décision, probablement en raison de la mobilisation internationale. Ce mois de juin doit également être celui de toutes les mobilisations pour sa libération avant les deux ans de son arrestation. S’il n’est pas libéré avant le 5 juillet 2021, il pourra être ajouté arbitrairement à une nouvelle affaire judiciaire – une pratique courante des autorités égyptiennes pour maintenir des prisonniers de conscience en détention sans procès – ou formellement inculpé, et donc rester en prison tout le temps de la longue procédure pénale, sans compter une possible condamnation à l’issue de ce procès.

Depuis son arrestation en juillet 2019, les mouvements de soutien à Ramy Shaath ont sollicité les autorités françaises afin qu’elles agissent auprès de leurs partenaires égyptiens en vue de sa libération. Après de nombreuses démarches et temps forts de mobilisation, l’épouse de Ramy, Céline Lebrun Shaath a pu se rendre en avril dernier en Égypte et enfin rendre visite à son époux qu’elle n’avait pas vu depuis 20 mois. Cependant la visite du président al-Sissi en décembre dernier ainsi que l’annonce récente de la vente de 30 rafales à l’Égypte ne sont pas de nature à rassurer sur l’engagement et la volonté réelle de la France à faire avancer le cas de Ramy Shaath au-delà des déclarations d’intention.

La campagne de mobilisation pour la libération de Ramy Shaath ainsi que pour les autres prisonniers de conscience, doit donc s’intensifier. Le mois de juin constitue la dernière fenêtre pour la libération de Ramy avant d’atteindre les deux ans d’emprisonnement. C’est donc le moment pour exprimer son soutien à Ramy Shaath, en signant la pétition en ligne appelant à sa libération et en interpellant les autorités françaises pour qu’elles fassent tout leur possible pour obtenir la libération de Ramy avant le 5 juillet 2021. Il est temps que cette détention arbitraire cesse et que le Président Emmanuel Macron fasse tout ce qui est en son pouvoir pour obtenir la libération de Ramy avant les deux ans de détention !

Vous souhaitez vous mobiliser pour demander la libération de Ramy Shaath en demandant aux autorités françaises de faire tout leur possible ?

- Téléchargez la lettre, personnalisez-la avec vos coordonnées et adressez-la au président de la République française, en mettant en copie le minsitère des affaires étrangère et l'ambassade de France en Egypte.

- Tweetez, postez sur Facebook, faites-le savoir autour de vous !

 

CONTEXTE

Ramy Shaath, fils de l’homme d’État palestinien Nabil Shaath, est un acteur important de la scène politique palestinienne et égyptienne de 48 ans. Habitant au Caire depuis 1977, Ramy fut lui-même un conseiller de Yasser Arafat. Il se fit également connaître pendant la révolution égyptienne de 2011 et contribua à la création de divers partis, mouvements et coalitions de gauche, libéraux ou pro-démocratie. Depuis 2015, il coordonne la branche égyptienne du mouvement BDS (Boycott-Désinvestissement-Sanctions), une campagne internationale faisant pression sur Israël pour le respect des droits des Palestiniens. Juste avant son arrestation, Ramy avait exprimé publiquement son opposition au Deal du Siècle pour la Palestine proposé par l’administration Trump, critiquant également le soutien de l’Égypte à cette initiative. Les militants du mouvement BDS font l’objet de nombreuses restrictions et poursuites judiciaires dans plusieurs pays, y compris en Europe et en France, visant à neutraliser le mouvement.

Arrêté à son domicile le 5 juillet 2019 après minuit par une douzaine d’agents lourdement armés sans qu’aucun mandat ou motif ne lui ait été présenté, Ramy Shaath ne réapparaît que 36 heures plus tard devant le parquet de la Sûreté de l’État, sans avoir pu contacter son avocat ou sa famille. Malgré l’absence de toute preuve et de base légale incriminant ses activités pacifiques, il est accusé d’assistance à un groupe terroriste et rajouté à une affaire pénale déjà existante dans laquelle sont poursuivis plusieurs militants et opposants politiques (le cas de l’espoir). Son épouse, Céline Lebrun Shaath, une enseignante française résidant au Caire depuis sept ans et mariée à Ramy depuis un an, était présente lors de son arrestation. Elle a immédiatement été expulsée vers la France sans pouvoir prévenir les autorités consulaires françaises. Elle ne revoit son époux que lors d’une courte visite exceptionnelle accordée par les autorités égyptiennes en mars 2021.

Alors que Ramy Shaath vient de passer 9 mois en détention provisoire, la crise du Covid-19 frappe l’Égypte, touchant également les prisons. Cette situation est particulièrement alarmante sachant que Ramy est enfermé dans une cellule de 25 m2 avec 17 codétenus et que les gardes ne respectent pas toujours les gestes barrière. On compte en septembre 2020 au moins 14 décès en raison du Covid-19 parmi les détenus[1]. Alors qu’elle était toujours interdite de séjour en Egypte, son épouse, Céline Lebrun Shaath, a été autorisée pour la première fois par les autorités égyptiennes à échanger par téléphone avec Ramy pendant 45 minutes en mai 2020. Après 20 mois de séparation, elle a enfin pu retourner en Égypte et lui rendre visite pour la première fois en mars 2021.


[1] Coronavirus : Infections multiples et décès dans les prisons égyptiennes, selon Human Right Watch, 20/07/20202, 20 Minutes avec AFP, https://www.20minutes.fr/monde/2825451-20200720-coronavirus-infections-multiples-deces-prisons-egyptiennes-selon-human-right-watch

Articles associés

Appel à mobilisation
HUSSEIN-AAM202405
Égypte

Mahmoud Hussein doit être libéré !

Le 01 / 05 / 2024
Arrêté en 2014, détenu et torturé pour avoir porté un T-shirt où il était écrit « une nation sans torture », Mahmoud Hussein est libéré en 2016, mais est à nouveau arrêté en août 2023 toujours pour la même affaire. Un juge ordonne le 23 avril 2024 sa libération que l’on attend toujours. Les charges portées contre lui n’ont toujours pas été abandonnées.
Communiqué
Al-Sissi-2015
Égypte

L'Égypte après le massacre de Rabaa

Le 14 / 08 / 2023
10 ans après le massacre de Rabaa, durant lequel plus de 1 000 personnes ont été tuées par les forces de sécurité, l’Égypte d’Abdel Fatah El-Sissi s’est enfoncée dans une inquiétante dérive autoritaire. Surveillance de masse, disparitions forcées, détentions arbitraires, procès inéquitables, condamnations à mort... tandis que ceux qui ont ordonné d’ouvrir le feu n’ont toujours pas répondu de leurs actes. L'ACAT-France se joint à la commémoration collective et demandent que les responsales soient enfin traduits en justice.
Bonne nouvelle
El-Baker-Liberation-2023072-ACTU
Égypte

Mohamed El-Baker est libre !

Le 24 / 07 / 2023
Détenu depuis le 29 septembre 2019, l’avocat et défenseur des droits humains Mohamed El-Baker a été libéré le 20 juillet 2023 après la publication, la veille, d’un décret présidentiel le graciant. Cette libération intervient symboliquement le jour de l’anniversaire de ses 43 ans, qu’il a ainsi pu fêter auprès de sa famille et tout particulièrement avec son épouse Neama Hisham, présente depuis le début à ses côtés pour le soutenir et obtenir sa libération.