Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Appel du mois

Les Ouïghours, victimes de crimes contre l’humanité

Selon l’ONU, les Ouïghours sont victimes de violations massives de leurs droits fondamentaux, de crimes contre l’humanité. Toutefois, les autorités chinoises n’ont cessé de nier les répressions systémiques dont ils font l’objet.
AM 2022-11-WEB-Sendinblue-ThisIsXynjang-BD2
Le 20 / 10 / 2022

L’effacement institutionnalisé d’une identité…

M. X vit dans la région du Xinjiang, placée sous souveraineté chinoise. Il est ouïghour : il appartient à une minorité ethnique, turcophone, de religion musulmane sunnite. Une partie de sa famille s’est installée en Turquie, pour raisons  professionnelles. Fin 2016, il planifiait de les rejoindre. Toutefois, peu de temps avant son départ, il a compris qu’il était surveillé par les autorités chinoises. Il a prévenu ses proches que sa situation était « critique ». Depuis, ils sont sans nouvelles. Ils pensent qu’il a fait l’objet d’une disparition forcée et qu’il a été placé dans un « centre de formation professionnelle » du Xinjiang.
Ces « centres » sont en réalité des camps d’internement et d’endoctrinement visant à faire disparaître ce que le  gouvernement chinois considère comme des formes de contestation (islamisme, séparatisme) remettant en question sa souveraineté. M. X aurait aussi pu être une femme, un enfant ou une personne âgée : l’ONU estime qu’au moins un million de Ouïghours et d’autres minorités musulmanes y sont détenus au secret. La diffusion récente de certains documents confidentiels, puis le rapport du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme sur la région du Xinjiang publié le 31 août 2022 ont permis de révéler l’ampleur des répressions infligées aux Ouïghours et de confirmer que, dans ces camps, les autorités chinoises pratiquent la torture, les mauvais traitements et le travail forcé, en violation notamment
de la Convention contre la torture, que la Chine a ratifiée. Plusieurs ONG internationales et Etats ont qualifié cette politique répressive de « génocide ».

… Jusque dans le narratif des discours officiels

Non seulement il existe peu de données disponibles sur les répressions infligées aux Ouïghours, mais le gouvernement chinois les a toujours démenties. Si les enquêtes et rapports menés depuis quelques années par plusieurs organisations internationales, ainsi que la fuite de fichiers confidentiels, ont permis de contester ce discours de propagande, les autorités chinoises au sein du pays et à l’étranger continuent de véhiculer une image positive de la vie quotidienne pour toutes les ethnies dans le Xinjiang, particulièrement sur les réseaux sociaux et devant les institutions internationales.

L’ACAT-France se mobilise pour que cessent les crimes commis contre les Ouïghours, victimes de discriminations et répressions systémiques, simplement en raison de leur appartenance ethnique.

Télécharger la lettre d'interpellation

Articles associés

Appel à mobilisation
Zhang-Zhan_Thumbnail
Chine

L’état de santé de Zhang Zhan est toujours inquiétant

Le 02 / 11 / 2022
Zhang Zhan est une journaliste indépendante, avocate et défenseuse des droits humains, détenue arbitrairement depuis mai 2020, pour le seul fait d’avoir exercé sa liberté d’expression en informant ses concitoyens de la réalité de la situation à Wuhan, lors du pic de la pandémie de Covid-19. D’abord portée disparue, elle a été officiellement inculpée en septembre 2020 et condamnée quelques mois plus tard à une peine de quatre ans de détention. Il y a un an, l’ACAT-France se mobilisait pour obtenir sa libération immédiate, d’autant que sa vie était en danger en raison de ses conditions de détention. Aujourd’hui, son état de santé reste inquiétant. Ne l’oublions pas.
Article
ThisIsXinjiang_Thumbnail
Chine

Ouïghours : l’effacement institutionnalisé d’une identité

Le 31 / 10 / 2022
Installés dans la région du Xinjiang, les Ouïghours sont l'une 56 ethnies officiellement reconnues par la République populaire de Chine. Pourtant, malgré cette officialisation, ils font l’objet de répressions de la part des autorités, fondées sur cette seule appartenance ethnique. Des crimes contre l’humanité, continuellement niés par les autorités chinoises.
Actualité
Photo_Actualité 20ème Congrès PCC-redim
Chine

20ème congrès du Parti communiste chinois, dix ans de règne...

Le 12 / 10 / 2022
Le 16 octobre aura lieu le 20ème congrès du Parti Communiste Chinois (PCC), dont l’objectif est de désigner les dirigeants de la Chine pour cinq ans. Sauf évènement inattendu, Xi Jinping devrait être reconduit à son poste de secrétaire général du Parti pour un troisième mandat, après déjà presque dix ans de présidence. L'occasion de revenir sur son bilan en matière de droits humains, entre des arrestations arbitraires de la société civile et des crimes contre l’humanité commis envers les Ouïghours.