Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Congo
Appel du mois

J’agis pour la ratification de la convention contre les disparitions forcées

Depuis 2007, la République du Congo promet de ratifier la Convention contre les disparitions forcées. Si elle a lieu, elle aura un impact en terme de prévention, concernant ces crimes qui continuent à être commis au Congo.
am-2022-12-web-Sendinblue CONGO-bd2
Le 21 / 11 / 2022

Nous sommes le 14 février 2021, aux environs de 2 heures du matin, dans un quartier de Brazzaville, capitale de la République du Congo. Alors que tout le monde dort, des individus en uniforme appartenant à l’unité de police de la Brigade Spéciale d’Intervention Rapide (BSIR), interpellent Dieu Merveille Ebalenini, 19 ans, au domicile de sa tante. Les hommes armés désignent le jeune homme comme étant un membre d’un gang urbain de « bébés noirs », terme désignant les
gangs d’adolescents au Congo. Ce sera la dernière fois qu’un membre de sa famille le verra.

Depuis, Dieu Merveille Ebalenini est porté disparu. Les multiples démarches effectuées par sa famille et l’association Centre d’Actions pour le Développement (CAD) pour rechercher Dieu Merveille, n’ont pas permis de le retrouver. Les autorités congolaises, responsables de cet enlèvement, gardent le silence sur cette affaire. Aucune enquête n’a été ouverte par les autorités judiciaires pour retrouver ce jeune homme. C’est la loi du silence.

Les disparitions forcées sont une constante dans le pays depuis des décennies. Durant la récente guerre survenue dans le département du Pool entre 2016 et 2017, de jeunes hommes - au nombre indéterminé - soupçonnés d’appartenir à la rébellion armée, ont disparu après avoir été faits prisonniers par les forces armées gouvernementales.

Ce bref conflit interne, passé sous silence international, s’est déroulé à huis-clos dans un département fermé à tout observateur extérieur. Aujourd’hui, les victimes de disparitions forcées sont majoritairement de jeunes hommes soupçonnés de banditisme urbain. Sur simples soupçons ou dénonciations, ils voient leur vie en danger du jour au lendemain et peuvent faire l’objet de disparitions forcées, exécutions sommaires, tortures, dans le cadre de la lutte contre la criminalité.

En 2007, le Gouvernement du Congo a signé la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées et a accepté de la ratifier suite aux recommandations de ses partenaires et d’instances  internationales. Néanmoins, jusqu’à ce jour, aucune réelle démarche n’a été entreprise au Congo en vue de cette ratification.

Il est temps, pour les autorités congolaises, de faire preuve de responsabilité et d’oeuvrer contre la pratique des disparitions forcées. Cette ratification serait un premier signal fort en ce sens.

Téléchargez la lettre d'interpellation

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_Chacona_Thumbnail_20220526
Congo

Toujours pas de réparations dans l’affaire Chacona

Le 25 / 05 / 2022
Le 17 novembre 2020, la justice congolaise condamnait l’État congolais à indemniser, à hauteur de 15 millions de francs CFA, les familles des treize jeunes décédés en juillet 2018 dans les geôles du commissariat de Chacona à Brazzaville. Conformément à la décision judiciaire, le paiement aurait dû être effectué dans les trois mois suivant le jugement. Plus d’un an et demi après le verdict, aucune somme ne leur a encore été versée.
Communiqué
Denis-Sassou-Nguesso
Congo

Ratifier la Convention contre les disparitions forcées

Le 28 / 02 / 2022
Alors que des milliers de familles sont toujours victimes de disparitions forcées, la République du Congo doit ratifier au plus vite la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées
Appel à mobilisation
20220120_aam_torture_commissariat_congo_thumbnail
Congo

Il faut enquêter sur les allégations de tortures !

Le 20 / 01 / 2022
Dans la nuit du 4 au 5 novembre 2021, six hommes – dont Brandon Keurtys Eleck, 26 ans, Guilliano Pernel Loubaki, 35 ans, Guira Hyppolite Doukoro, 47 ans, Arnaud Mondzola Embouet, 32 ans – sont morts au sein du Commandement territorial des forces de police de Brazzaville, l’ex-Commissariat central. Ils étaient sous mandat de dépôt, sous la surveillance de la police congolaise. Jusqu’à ce jour, aucune enquête n’a été menée par les autorités congolaises compétentes pour établir les faits et les responsabilités dans ce nouveau drame lié à l’usage routinier de la torture dans le pays.