Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Arabie Saoudite
Appel du mois

J’agis pour Israa al-Ghomgham

Arrêtée pour avoir simplement manifesté en décembre 2015, Israa al-Ghomgham risquait la peine de mort. Suite à une mobilisation en sa faveur, elle a été condamnée à huit ans d’emprisonnement en 2021 avant de voir sa détention augmentée de cinq années supplémentaires en 2022.
WEB 1160 x 600_ACTU 2023-02
Le 23 / 01 / 2023

Arrêtée pour avoir manifesté pacifiquement

Dans la continuité du printemps arabe de 2011, des manifestations pour la justice et l’égalité se déroulent en Arabie saoudite, principalement dans la province de l’Ouest, riche en pétrole et où réside une forte minorité chiite, discriminée et réprimée par le pouvoir saoudien sunnite.
Comme de nombreux autres Saoudiens de confession chiite, Israa al-Ghomgham participe à ces manifestations dans la ville d’al-Qatif et y rencontre son futur mari Mousa al-Hisham. Ils poursuivent leur engagement sur les réseaux sociaux appelant à la mise en place de réformes dans le pays et à la libération de prisonniers d’opinions. Ce sont précisément ces activités pacifiques qui vont attirer sur le couple l’attention des services saoudiens.

Le 6 décembre 2015, le destin d’Israa et Mousa bascule. Arrêtés tous les deux par les services de sécurité saoudiens, ils sont transférés dans la prison al-Mabahith de Damman, capitale de la province orientale saoudienne.

Une peine de mort requise par le parquet

Détenus provisoirement pendant 32 mois, ils n’ont pas accès à un avocat et auraient subi des mauvais traitements sans qu’aucune enquête n’ait été ouverte sur ces allégations par la justice saoudienne. Ce n’est que le 6 août 2018 qu’ils comparaissent pour la première fois devant la cour pénale spécialisée, une juridiction largement utilisée pour réprimer les défenseurs des droits humains et autres activistes. Ils sont présentés avec quatre autres militants, tous chiites.

À la stupeur de tous, le procureur demande la peine de mort pour cinq d’entre eux, dont Israa et Mousa. Si une telle peine venait à être confirmée, Israa serait la première femme à être condamnée pour son militantisme pacifique. S’engage alors une mobilisation internationale, renforcée par la dénonciation de meurtre sauvage du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans les locaux du consulat saoudien à Istanbul le 2 octobre 2018, révélant aux yeux du monde la cruauté du régime saoudien. Face à cette pression, les autorités saoudiennes annoncent le 1er février 2019  ne plus requérir la peine de mort contre Israa. Le 10 février 2021, elle écope de huit ans de prison tandis que son époux Mousa écope quant à lui, de dix-sept ans. Les autres co-accusés sont condamnés à des peines de prison allant de huit à quinze ans. Mais cette peine déjà lourde est aggravée en 2022 pour Israa, de cinq années supplémentaires d’emprisonnement en appel, portant à treize la durée totale de son emprisonnement.

Téléchargez la lettre d'interpellation

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_Salamn-Al-Awdah_Thumbnail_20220915
Arabie Saoudite

Salman al-Awdah : cinq ans de détention à l’isolement

Le 15 / 09 / 2022
Arrêté le 10 septembre 2017, cela fait cinq ans qu’il est arbitrairement détenu. Depuis septembre 2018, les audiences de son procès ne cessent d’être reportées tandis que le procureur continue de requérir la peine de mort contre al-Awdah.
Appel à mobilisation
Salman_al-Ouda
Arabie Saoudite

Salman al-Awdah : 4 ans de détention à l’isolement

Le 09 / 09 / 2021
Arrêté le 10 septembre 2017, il est détenu à l’isolement depuis lors et a subi de nombreux mauvais traitements qui ont grandement détériorés sa santé. Depuis septembre 2018, les audiences de son procès ne cessent d’être reportées tandis que le procureur continue de requérir la peine de mort contre al-Awdah.
Actualité
AM 2020-10-CARROUSSEL2
Arabie Saoudite

Contre la peine de mort, j'agis pour la libération de Salman ...

Le 24 / 09 / 2020
Avec l’arrivée en 2015 de Salman Al-Saoud et de son fils le Prince héritier Mohammed Ben Salman, à la tête du royaume, le triste record de 184 personnes exécutées a été atteint en 2019. Salman Al-Awdah, un religieux très populaire, est enfermé dans les geôles saoudiennes depuis 3 ans et risque la peine de mort.