FranceKazakhstan
Actualité

M. Valls, non à l'extradition de M. Abliazov vers la torture

L'ACAT et Open Dialog adressent une lettre ouverte au Premier ministre pour lui demander de ne pas extrader vers la torture un opposant kazakh.
ablyazov_1944467c
Le 24 / 04 / 2015

A la tête de l’État depuis 25 ans, le président Kazakh devrait être réélu ce dimanche avec plus de 80% ou 90% des voix. Le « Père de la Nation » comme Nursultan Nazarbaïev aime se faire appeler, continue à supprimer dans son pays toute opposition politique et permet à ses forces de sécurité de recourir largement à la torture à l’encontre des dissidents ou des détenus de droit commun, comme l’ACAT l’a documenté à plusieurs reprises.

Un homme d’affaires kazakh devenu un des principaux opposants politiques, Moukhtar Abliazov, a fui son pays. Détenu depuis près de deux ans dans une prison française, il attend la décision de la France concernant son extradition demandée par la Russie et l'Ukraine, qui agissent en faux-nez intéressés du Kazakhstan. En cas de renvoi dans son pays, en Russie ou en Ukraine, il sera soumis à l’absence de procès équitable, à une détention dans des conditions incompatibles avec les droits de l’homme et à des risques de torture. Autant de motifs qui interdisent une extradition au regard du droit. Pourtant la justice française a refusé de les prendre en compte.

Dans une lettre ouverte à Manuel Valls publiée aujourd'hui, l'ACAT et Open Dialog (une Fondation de protection des droits de l'homme basée en Pologne) appellent le Premier Ministre à ne pas signer le décret d'extradition.

Nos organisations rappellent que huit pays européens, ainsi que les États-Unis, ont refusé les demandes d’extradition de la Russie, l’Ukraine ou du Kazakhstan, ou ont accordé l’asile politique ou des protections semblables aux anciens collaborateurs et aux membres de la famille de Monsieur Ablyazov.

 

Monsieur le Premier Ministre,

La sécurité et la vie de Monsieur Mukhtar Ablyazov dans les prochains mois dépendent de vous.

Monsieur Ablyazov, qui est sous la menace d’une extradition par la France vers la Russie ou l’Ukraine, est l’une des principales figures de l’opposition à Monsieur Noursoultan Nazarbaïev, Président du Kazakhstan depuis 26 ans et candidat à sa propre réélection le 26 avril prochain.

Nos organisations vous ont déjà alerté sur les risques qu’encourt Monsieur Ablyazov en cas de renvoi dans son pays ou en Russie ou en Ukraine : absence de procès équitable conforme aux normes internationales,  détention dans des conditions incompatibles avec les droits de l’homme et torture.

En août 2013, les autorités françaises ont été saisies de demandes d’extradition émanant du Kazakhstan, de l’Ukraine et de la Russie....
Lire la suite

Articles associés

Communiqué
Gaza-Airstrike-20231010_by-Wafa-APAimages
FranceIsraëlPalestine

Action juridique pour stopper les livraisons d’armes à Israël

Le 12 / 04 / 2024
L'ACAT-France et un ensemble d'ONG de défense des droits de l'Homme saisissent la justice en urgence pour stopper les ventes d'armes par la France à Israël. Objectif : obliger la France à respecter le droit international, qui interdit de transférer des armes vers un pays susceptible de les utiliser pour commettre de graves crimes internationaux. Par ces transferts, la France contribue au risque de faire basculer le droit légitime d'Israël à se défendre en génocide.
Actualité
Police-France_1160x600_by-Frederic-Legrand-COMEO
France

Usage excessif de la force par la police : la France persiste

Le 15 / 03 / 2024
Le 15 mars est la Journée internationale contre les violences policières. L’occasion pour l’ACAT-France de revenir sur les recommandations adressées par l’ONU au gouvernement français pour encadrer l’usage de la force par la police et la gendarmerie. Après son « examen périodique universel », c’est-à-dire son bilan en matière de droits de l’Homme, quelles recommandations la France a-t-elle accepté de mettre en œuvre ? Lesquelles ont été retoquées ? Analyse.
Actualité
BADINTER-ACTU-20240209
France

Hommage à Robert Badinter

Le 09 / 02 / 2024
Artisan de l’abolition de la peine de mort, Robert Badinter a permis à la France d’entrer dans le cercle très restreint des pays abolitionnistes en 1981. Son action pour les droits de l’Homme a inspiré et continue d’inspirer celle de l’ACAT-France qui lui rend ici hommage.